décembre 2013

«Cet emploi est tombé à point»

Alexis, 23 ans, travaille depuis le mois de juillet pour Intermed, à Besançon.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
«Un CDI à temps plein. Pour moi, c’est parfait». Quand on évoque les Emplois d’avenir avec Alexis Chartier, il ne trouve évidemment rien à redire. «J’ai travaillé chez Peugeot à Sochaux puis j’ai connu le chômage pendant quelques mois. C’est ma mère, qui travaille à Pôle emploi, qui m’a parlé des Emplois d’avenir. J’ai envoyé un CV et une lettre sur une offre et on m’a contacté le lendemain. Dans mon cas, ça s’est passé rapidement».
Ce Bisontin de 23 ans a été embauché par Intermed en juillet dernier. Il est chargé d’accueil physique et téléphonique des personnes salariées par cette d’insertion par l’activité économique. Celle-ci propose une mise à l’emploi, un accompagnement socio-professionnel et des parcours de formation personnalisés dans une quinzaine de domaines. «Dans ce cadre, je reçois les personnes employées, leur remets leur contrat et leur rémunération. Je suis aussi là pour répondre à leurs demandes et leurs soucis». Alexis fait partie des 10 permanents qui gèrent environ 400 salariés en parcours d’insertion à l’année.
«Je pense m’être bien intégré. Même si je n’avais pas d’expérience dans ce domaine, je n’ai pas connu de souci d’adaptation. Pour une fois, j’ai même trouvé un boulot où je suis content de me rendre. Le contact, discuter avec les gens, voir qu’on arrive à les aider : ce sont des vraies satisfactions». Il a compris rapidement les qualités relationnelles, humaines, d’empathie, de compréhension et d’ouverture que son nouveau travail exige. Le reste, il l’acquiert par des formations, volet fondamental du dispositif. En arrivant, il a reçu une formation juridique sur le droit des associations intermédiaires. Et en septembre, des sessions à propos de l’accueil, du recrutement et du suivi des salariés. «Pour moi, cet Emploi d’avenir est tombé à point» sourit-il.

S.P.
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Recherche de salariés dans l'agroalimentaire


août 2019
Les entreprises agroalimentaires locales recherchent des salariés. Actuellement, Pôle emploi recense environ 150 offres  en Bourgogne-Franche-Comté.pour l'intitulé "conduite d'équipement de production alimentaire". Pour pallier une pénurie de main d’œuvre dans ce domaine, l'Enil de Mamirolle, le Greta du Haut-Doubs et Pôle emploi Pontarlier ouvrent une promotion de CAP conducteurs de machines agroalimentaires. Cette formation diplômante est prévue à Pontarlier et Mamirolle du 23 septembre 2019 au 12 août 2020, avec 12 semaines de stage en entreprise. Elle est accessible à toute personne majeure inscrite sur les Pôles emploi ou Missions locales du Haut-Doubs. Qualités requises : ne pas être sensible aux zones de travail humides et chaudes ou froides, être rigoureux, savoir respecter protocoles et normes d'hygiène, sécurité et environnement, savoir communiquer à l'oral et à l'écrit,  comprendre les consignes, être autonome, savoir s'organiser et s'adapter. Une séance d'information est programmée le 6 septembre à 9 h à l'agence Pôle emploi de Pontarlier (6 rue Claude Chappe).

Trouver un emploi


juin 2017
Selon l’enquête menée en octobre/novembre 2016 par Pôle emploi, 18 % des emplois ont été trouvés directement grâce à un outil numérique (12 % par une offre d’emploi déposée sur internet, 2 % par candidature spontanée, 2 % par les réseaux sociaux, 2 % par dépôt de CV en ligne). Les deux principales solutions pour trouver un emploi restent la sollicitation du réseau personnel (37 %) et le placement pas un intermédiaire du marché du travail (26 %).

Outils numériques


juin 2017
D’après une enquête Pôle emploi / Ifop de janvier 2017, 88 % des demandeurs d’emploi utilisent les outils numériques, que ce soit pou trouver des offres, s’informer sur le marché du travail, améliorer leur technique de recherche ou se former.
Sur ceux qui n’utilisent pas du tout internet, la moitié disent soit avoir des problèmes d’accès techniques, soit ne pas savoir comment s’en servir, soit avoir des problèmes de compréhension écrite.

Des perspectives dans la banque et l'assurance


mars 2017
D'après l'Insee, le domaine banque et assurances vit un essor qui offre des perspectives aux jeunes diplômés : en Bourgogne-Franche-Comté, 9000 actifs partiront en retraite entre 2010 et 2020. Ces départs du marché du travail constituent des opportunités de carrière pour les jeunes formés en finance, banque, gestion, commerce et vente. Diplômés du supérieur pour la plupart, ils débutent le plus souvent leur carrière en tant qu'employés ou techniciens. Bien que plus diplômés que leurs aînés, ces jeunes actifs accèdent rarement aux emplois plus qualifiés de cadre en début de carrière, les promotions en interne étant fréquentes dans ce domaine professionnel.

Mobilité et emploi


mars 2017
Selon le cabinet Elabe et les résultats de l’étude "mobilité et emploi", les populations les plus jeunes et socialement les plus fragiles (faible niveau de diplôme et faibles revenus) sont les plus touchées par les problèmes de mobilité et d’accès à l’emploi : respectivement 43 % et 46 % des 18-24 ans déclarent avoir renoncé à un entretien (embauche ou recherche d’emploi) et avoir refusé un travail ou une formation, faute de pouvoir s’y rendre. Globalement, près d’un Français sur cinq (19%) déclare avoir déjà renoncé à se rendre à un entretien d’embauche ou dans un structure d’aide à la recherche d’emploi parce qu’il ne pouvait s’y rendre.


Voir tout