septembre 2019

Cloé Bernard, médiatrice avec l’acteur cheval

Cette Dijonnaise de 26 ans s’est installée à Houtaud, dans le haut Doubs, pour exercer un nouveau métier : elle est équicienne.
Photo Laurent Cheviet
Cloé Bernard, médiatrice avec l’acteur cheval

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Se sentir mieux grâce au cheval. On connaissait l’équithérapie et l’équitation adaptée, voici l’équicie, qui n’est ni l’une, ni l’autre. Une profession nouvelle reconnue en 2014. Cloé Bernard est l’une des premières diplômées du seul centre de formation, situé à Lixières (Lorraine). Elle situe : «en équicie, les séances sont menées dans le cadre de projets qui peuvent être à visée thérapeutique, mais aussi éducative ou de loisir».
Cloé Bernard a lancé son activité il y a bientôt 2 ans à Houtaud, du côté de Pontarlier. Elle fait donc partie des premiers diplômés et des premiers à exercer. «Je suis originaire de Dijon. J’ai passé un bac agricole à Quetigny et un BTS gestion et protection de la nature à Montmorot. Je me suis orientée vers l’animation notamment pour les classes en camp vert puis pour le public en situation de handicap. Quand mon père m’a parlé de ce nouveau métier alliant chevaux et champ médico-social, je me sus lancée dans la formation. Je suis passionnée de cheval depuis toute petite, pouvoir l’associer à une activité en rapport avec l’animation m’a motivée».
Elle est installée en libéral aux Ecuries de la Plaine, une structure qui l’accueille avec ses 4 chevaux. «Je cherchais un lieu qui se rapproche le plus possible de l’environnement naturel des chevaux, nés pour être dehors, avec des locaux permettant d’accueillir le public en situation de handicap. Ici, personne ne faisait cette activité, c’est proche de la Suisse où je pourrais éventuellement prospecter.»

    
Tout passe par la relation avec le cheval

En tant qu’équicienne, elle s’inscrit en médiatrice qui peut apporter un complément à des thérapeutes, des éducateurs ou des familles. L’équicie ne s’adresse pas seulement aux personnes en situation de handicap. Elle peut aider à se sortir d’une situation de mal-être, de dépression, d’addiction, de fragilité passagère, de difficultés relationnelles et sociales. «Quelqu’un qui arrête le tabac peut trouver un appui avec l’équicie donne Cloé en exemple. On peut aussi être utile à quelqu’un qui a besoin de reprendre confiance en lui. On peut travailler la motricité, la prise de conscience de son corps, la gestion des émotions».
Elle est également médiatrice dans une relation triangulaire avec le client et le cheval. «On travaille pour l’humain en fonction de ses besoins et ses objectifs. Monter à cheval n’est pas obligatoire. L’animal n’est pas un outil mais un partenaire. C’est la relation qui est importante».
Elle décrit cette dernière de manière étonnante, dès les premiers instants. «J’ai noté que lorsque le client a une préférence pour un cheval, le cheval le choisit aussi. C’est réciproque et en général, ça colle». En pratique : «j’ai vu une personne âgée pouvoir refaire le geste d’enfiler un t-shirt, quelqu’un réussir à monter des escaliers, un jeune garçon qui passait son temps à crier ne plus le faire. Les moments passés avec le cheval se répercutent dans la vie quotidienne. Par exemple quand on monte à cheval, on retrouve les sensations de la marche».
Elle cite aussi l’exemple d’un jeune autiste qui refusait de sortir : «finalement il a accepté de venir. Pendant 3 séances, il est resté dans la voiture à regarder le cheval. Un jour, de lui-même, il a demandé à li donner un morceau de pain. Aujourd’hui, il le voit une fois tous les 15 jours, le mène au manège, le brosse, lui raconte sa vie…»
Les établissements avec qui elle travaille tirent des bilans largement positifs. Mais ce n’est pas une question de miracle : «le cheval est un animal fort en termes de mythologie, de symbole, c’est celui qui nous porte. C’est surtout un miroir de l’homme, qui communique en envoyant des microsignes. En tant qu’équicienne, je suis là pour les détecter. Mon travail, c’est d’abord de l’observation. Le plus compliqué pour moi, c’est de rester neutre, de ne pas être touchée émotionnellement. Il faut surtout savoir être patient et rester dans l’instant présent».

Stéphane Paris



En savoir plus
Cloé Bernard
les Ecuries de la Plaine
rue de l’Aérodrome
25300 Houtaud
0789659050

Equicien
L’équicien s’inscrit dans une démarche d’accompagnement et d’aide avec comme partenaire le cheval, sur la méthodologie de projet de l’action sociale. Il permet à une personne de créer une relation avec un cheval pour mobiliser des compétences qui l’aident à s’épanouir, se stabiliser, améliorer un comportement ou réduire une détérioration. Il n’est ni thérapeute, ni éducateur spécialisé et ne dispense aucun apprentissage équestre.
handicheval.asso.fr

Se former
equitaide.com




Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Talents des cités


décembre 2018
Ce concours récompense les créateurs d'entreprises et porteurs de projets installés dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville. Cette année, le jury régional a récompensé deux lauréats en Bourgogne-Franche-Comté, dont Julien Tripard, 25 ans, créateur de Sporthopeo à Montbéliard. L'autre lauréat est Masoud Nezamabadi, 44 ans, pour son projet de micro-tamisage à Besançon. +infos

Romain Laroche et Jonathan Troppy récompensés par Pepite


juillet 2014
En 2013, ils ont créé le projet Saac, entreprise qui propose un outil organisationnel de recrutement pour l'animation périscolaire. Le premier était étudiant en BTS commerce à l'IMT d'Etupes, le second bachelier et tous deux figurent parmi les 50 lauréats nationaux du concours "Pepite tremplin entrepreneuriat étudiant" organisé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Leur projet, comme 4 autres retenus au niveau régional, bénéficiera d'un appui spécifique du Pôle étudiant ITE Bourgogne Franche-Comté.

LimpidMarket, gagnant du concours Numérica 2013


décembre 2013
Limpidmarket, start-up basée à Montbéliard, a remporté le premier prix de l’édition 2013 du concours Numérica. Ce concours valorise la création d'entreprises innovantes dans le domaine des TIC en Franche-Comté. LimpidMarket a reçu 20000€. L'entreprise propose un comparateur de solutions de paiement aux commerçants, qui peuvent choisir celle des solutions d’encaissement par carte bancaire qui correspond le mieux à ses besoins tout en réduisant ce poste de dépense. Infos, limpidmarket.fr

Hassan Belhadj, lauréat Talent des cités


septembre 2013
Entrepreneur en catégorie "émergence", il a été récompensé par le jury régional. Son projet, concrétisé depuis avril 2013 : l'ouverture dans le quartier de Planoise, à Besançon, du salon Coiffure Ino. A 25 ans, il s'agit de son 3e salon après ceux ouverts à Vesoul et Besançon. Son idée : permettre aux habitants du quartier de disposer d'un salon de coiffure de proximité où il propose des coupes hommes originales.
Voir tout