août 2019

Métiers du sport : l’antenne bisontine du Creps relance des formations

Elles sont proposées à tous niveaux : certificat de professionnalisation, brevet professionnel et diplôme d'Etat. Elles ont surtout un finalité d’emploi.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Depuis le début de l’année, il y a de nouveau des formations Creps en Franche-Comté (1), ce qui n’était plus le cas depuis la fin de toute activité du Centre de ressources, d’expertise et de performance sportive en 2015. Un retour avec des diplômes de BP Jeps en activités physiques pour tous, en activités aquatiques et de la natation, en judo, de DE Jeps mention VTT et mention cyclisme et de CP Jeps (2). Domaines dans lesquels le besoin de personnel formé est réel. Ces formations ne viennent pas de nulle part. «Pour les créer, on est parti de l’historique du Creps en Franche-Comté explique Florent Gaubard, formateur au Creps. On travaille uniquement en partenariat avec les ligues ou avec d’autres organismes de formation. On est parti sur des diplômes qui n’existaient pas ici, sauf le BP activités physiques pour tous, que l’on propose avec l’UFR Staps et Profession sport ainsi que le CDOS 90 et la Ville de Belfort dans le Nord Franche-Comté». Ce dernier est symptomatique : la demande du public engendre un besoin d’encadrement et donc de professionnels formés. Même chose pour le BP activités aquatiques organisé avec l’Erfan (école de la fédération française de natation) : ceux qui l’obtiennent peuvent espérer trouver du travail.
A l’échelon inférieur, la création du certificat de professionnalisation répond à l’appel d’air né des activités périscolaires. Proposé en partenariat avec la ligue de hand, l’UFCV et Trajectoire formation dans le Nord Franche-Comté, il fait l’objet de 2 sessions par an, en septembre et en janvier.
Les DE VTT et cyclisme traditionnel (route, piste, cyclo-cross) entrent quant à eux dans la logique des pôles présents à Besançon.

   Orientation sport

Pour qui veut faire du sport une profession, il n’est pas toujours facile de s’orienter. Entre l’Université, Jeunesse et Sports et des organismes tels que Profession sport, les pistes et les diplômes sont nombreux. Les diplômes précités peuvent d’ailleurs représenter une alternative pour les jeunes qui s’orientent en Staps et qui s’aperçoivent qu’ils n’ont pas forcément envie d’aller vers le professorat ou la recherche. Les BP permettent de devenir éducateur sportif, coach en club ou en salle ou plus spécifiquement maître nageur sauveteur dans le domaine de la natation. Les DE orientent vers les métiers d’entraîneur, team manager, chargé de mission, formateur. «Nous avons élaboré les formations en lien avec les fédérations, en ajustant en fonction des besoins possibles. Raison pour laquelle nous avons préféré ouvrir un BP plutôt qu’un DE dans le judo. D’ailleurs, il y a peu de DE en France. L’objectif final est  que le candidat ait un métier au bout». Au préalable, les tests de sélection et l’entretien permettent d’examiner expérience, compétences, investissement et surtout projet professionnel des candidats.

S.P.
(1)
Située à Besançon, aux Montboucons, il s’agit d’une antenne du Creps de Bourgogne-Franche-Comté (15 rue Pierre de Coubertin à Dijon, 0380654612, creps-dijon.sports.gouv.fr)

(2)
CP : certificat de professionnalisation. BP : brevet professionnel. DE : diplôme d’Etat.

Lire aussi
"Je suis maître-nageur sauveteur"

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout