octobre 2019

Retour vers le passé

Une association dijonnaise fait revivre le combat de jadis. Parce que manier les armes à la manière des Vikings ou des chevaliers ne s’improvise pas, De taille et d’estoc propose depuis 2003 des séances d’initiation et de perfectionnement.
Retour vers le passé

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les armes et combats historiques, c’est leur spécialité. Et ils l’enseignent à tous les amoureux de l’histoire avec un grand H. Des lourdes et imposantes épées Vikings aux épées de chevaliers, en passant par les armes du 17e siècle, toutes les époques (ou presque) sont mises à l’honneur dans l’association De taille et d’estoc, à Dijon.
C’est depuis 2003 qu’elle initie les plus courageux des Dijonnais aux techniques de combat de manière la plus fidèle possible. Sur le campus, les séances ouvertes à tous permettent de se faire une première idée sur cette activité plutôt insolite. Un projet, dont n’est pas peu fier le président de l’association, Fabrice : « Cela fait plus de 20 ans que je pratique ce sport, les cours vont de l’an 1000 au 20e siècle. Chacun peut venir et s’y essayer, tout comme chacun peut donner des cours. Notre méthode est simple, nous travaillons ensemble sur des documents anciens et nous mettons en œuvre ce qui y est décrit. La meilleure façon de progresser est d’expérimenter. »

   
Armes sans danger

C'estt à base de documents d’époque qu’ils établissent leur méthode et qu’ils construisent des hypothèses de gestes. Un mot d’ordre : « s’amuser et s’instruire ». C’est par ce travail méticuleux sur les sources qu’une grande fidélité historique peut exister. Appelées « simulateurs », les armes ne présentent aucun danger, leurs matériaux étant légèrement modifiés et leurs bouts arrondis pour une sécurité optimale.
Au cours de l’année, près d’une cinquantaine de journées de démonstrations, stages, animations ou salons sont présentées par l’association. Parmi ces moments, le Dijon Saiten, salon du manga et de l’animation ou encore la nuit des étudiants au musée des beaux-arts. Leur but : transmettre le savoir acquis depuis des années et favoriser le travail en groupe.
Et parce que la France n’est pas la seule experte en la matière, les amateurs des quatre coins du monde et de l’Europe se rassemblent chaque année pour échanger sur les pratiques  : « Nous voulons avant tout faire connaître nos activités. Nous organisons de ce fait chaque année un congrès international sur Dijon, où les associations de l’étranger nous rencontrent pour échanger. Il se déroule généralement autour de la mi-mai. » poursuit le président.
L’année dernière se déroulait ainsi la 17e édition de l’évènement avec près de 220 passionnés et chercheurs du monde entier sur le campus de la capitale burgo-comtoise. Au programme : tournois, démonstrations, conférences et ateliers sur 4 jours.
Avec près d’une centaine d’adhérents, De taille et d’estoc est aujourd’hui l’une des plus grosses associations de France à proposer le combat historique. Elle soufflera ses 16 bougies cette année.

Cyrielle Le Houezec
En savoir plus
15 euros la licence par an pour les étudiants et 25 pour les extérieurs. Séances de 2 heures par époque, indiquées sur le calendrier du site detailleetdestoc.com

facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Rassemblements geeks


janvier 2019
Principaux événements dans la région :
En février : Necronomi'con (2 et 3 à Andelnans), Troll penché (16 et 17 à Sevenans), Migennes collector (23 et 24). En mars : Kamo Con (23 et 24 à Dijon). En avril : Légendaria (6 et 7 à Dijon), Sayonne'ara (12 et 13 à Sens). En mai : Ludinam (3 au 5 à Besançon), Bloody week-end (du 31 mai au 2 juin à Audincourt). En juin : Gamers gathering (29 et 30 à Dijon). En août : Otak'est (24 et 25 à Pontarlier). En septembre : Little Jura geek parc (14 et 15 à Dole). En octobre : Dijon Saiten. Auxerre galactic days (19 et 20). En novembre : A little country of (2 et 3 à Charnay-lès-Mâcon), Retrogeek festival (à Vesoul).

Cosplay


janvier 2019
Contraction de costume et play, la pratique est née aux Etats-Unis, à la fin des années 30 lorsque le premier cosplayer a fait un costume d’homme de l’espace. Aujourd’hui, elle consiste à jouer le rôle d’un personnage issus de mangas, de films, de jeux vidéo, de comics voire de la réalité en adoptant leurs habits, leurs cheveux, etc. La pratique a été relancée et démocratisée par le succès des mangas ou de Star Wars, deux des principaux pourvoyeurs d’inspiration cosplay.
Voir tout