octobre 2017

«Avec la Garantie jeunes, on reprend confiance en soi»

Anthony, Sandy, Laura. Trois jeunes Doubiens qui ont bénéficié de la Garantie jeunes donnent leur avis sur le dispositif.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Anthony, 22 ans, originaire de Montbéliard
«J’ai fait un BEP en service restauration puis un bac pro hygiène, propreté, restauration au lycée Nelson Mandela à Audincourt. En cherchant du travail, je me suis inscrit à la Mission locale et comme je ne trouvais pas, j’ai intégré la Garantie jeunes. L’intérêt est que cela me permettait d’obtenir plus facilement à l’aide au permis de la région. Sans le permis, l’accès à l’emploi est clairement plus compliqué.
L’un des intérêts de la Garantie jeunes est que c’est personnalisé. Pour ma part, je savais déjà ce que je voulais faire, j’avais mon projet professionnel. Ce qui m’a été plus utile c’est l’aide aux démarches pour rechercher un emploi, comment construire un CV, écrire une lettre de motivation, trouver les clés pour construire un réseau professionnel.
Je suis à la moitié du dispositif et ça m’a bien servi : je suis en CDD dans un organisme de soins et j’ai pu étendre mon réseau professionnel. Je conseille clairement aux jeunes de se renseigner sur le dispositif : il est nouveau mais déjà au point, je trouve. C’est très bien organisé, on est bien suivis».

Sandy, 24 ans, de Besançon
«Après mon bac S, je suis allée jusqu’en licence puis j’ai entamé un master en biologie que j’ai abandonné pour cause de burn out. J’étais dégoûtée de l’écologie, je me demandais si j’étais faite pour ça. Je me suis tournée vers la Mission locale où j’ai suivi un atelier d’orientation avant d’intégrer la Garantie jeunes en février. J’ai commencé par une période de 15 jours pour approfondir la question de mes centres d’intérêts et de mes compétences. En discutant, je suis allée vers les métiers de la qualité, sécurité, environnement. Le dispositif permet d’explorer les pistes. J’ai fait un stage en animalerie, j’ai aussi cherché dans les domaines de la diététique, des laboratoires, de l’optique. Mais là je suis en recherche d’expériences dans le secteur de la qualité. Je me suis fixée sur cette voie et peut-être qu’il faudra que je reprenne des études.
Mais d’ores et déjà, je remercie la Garantie jeunes qui est une chance de repartir quasiment de zéro. C’est ne porte qui nous est ouverte, notamment quand on est perdu. Concrètement, le fait de commencer en groupe est déjà positif. On se rend compte qu’on n’est pas des cas isolés.  Dans mon groupe, il y avait des diplômés et d’autres qui n’avaient pas le bac mais avec le point commun fréquent du manque de confiance en soi. On se pense nul, bon à rien. Personnellement, ça m’a déjà aidée sur ce plan d’un nouveau départ. Je me suis dit, je me reprends en mains. D’un point de vue pratique, on reçoit également une allocation qui m’a permis de sortir la tête de l’eau. Mais il faut donner de soi-même. Si on s’y met, on a des résultats».

Laura, 18 ans, de Montperreux
«A Besançon, j’ai fait un BEP métiers de la relation clients et usagers puis je suis allée en bac pro commerce mais je n’ai pas pu le passer. Je suis allée me renseigner sur la Garantie jeunes parce qu’un copain m’en a parlé. Je cherchais une solution parce que je ne me sentais pas retourner à l’école ; je voulais entrer dans la vie active. Je suis entrée en Garantie jeunes l’an dernier, d’abord à Besançon puis à Pontarlier.
C’est un dispositif qui m’a beaucoup apporté. Il m’a aidée à me construire, à être moins timide. On apprend le lien social, on se fait des amis. Quand on manque de confiance en soi, ça aide. Sur le plan professionnel, on apprend à faire un CV, à écrire une lettre de motivation.  Pendant ma Garantie jeunes, je suis retournée dans la vente, dans un magasin où j'avais fait des stages, ça a été très positif, j'ai repris confiance et ensuite ça m'a aidé à trouver un contrat de 2 mois. La vente me plaît, mais je vais aussi explorer le domaine de la petite enfance, un secteur qui m’attire également. Et puis ça m’a également motivée pour passer le permis car je me suis rendu compte qu’il est indispensable pour travailler».
Lire aussi
Garantie jeunes pour l'accès à l'autonomie et à l'emploi

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Trouver un emploi


juin 2017
Selon l’enquête menée en octobre/novembre 2016 par Pôle emploi, 18 % des emplois ont été trouvés directement grâce à un outil numérique (12 % par une offre d’emploi déposée sur internet, 2 % par candidature spontanée, 2 % par les réseaux sociaux, 2 % par dépôt de CV en ligne). Les deux principales solutions pour trouver un emploi restent la sollicitation du réseau personnel (37 %) et le placement pas un intermédiaire du marché du travail (26 %).

Outils numériques


juin 2017
D’après une enquête Pôle emploi / Ifop de janvier 2017, 88 % des demandeurs d’emploi utilisent les outils numériques, que ce soit pou trouver des offres, s’informer sur le marché du travail, améliorer leur technique de recherche ou se former.
Sur ceux qui n’utilisent pas du tout internet, la moitié disent soit avoir des problèmes d’accès techniques, soit ne pas savoir comment s’en servir, soit avoir des problèmes de compréhension écrite.

Des perspectives dans la banque et l'assurance


mars 2017
D'après l'Insee, le domaine banque et assurances vit un essor qui offre des perspectives aux jeunes diplômés : en Bourgogne-Franche-Comté, 9000 actifs partiront en retraite entre 2010 et 2020. Ces départs du marché du travail constituent des opportunités de carrière pour les jeunes formés en finance, banque, gestion, commerce et vente. Diplômés du supérieur pour la plupart, ils débutent le plus souvent leur carrière en tant qu'employés ou techniciens. Bien que plus diplômés que leurs aînés, ces jeunes actifs accèdent rarement aux emplois plus qualifiés de cadre en début de carrière, les promotions en interne étant fréquentes dans ce domaine professionnel.

Mobilité et emploi


mars 2017
Selon le cabinet Elabe et les résultats de l’étude "mobilité et emploi", les populations les plus jeunes et socialement les plus fragiles (faible niveau de diplôme et faibles revenus) sont les plus touchées par les problèmes de mobilité et d’accès à l’emploi : respectivement 43 % et 46 % des 18-24 ans déclarent avoir renoncé à un entretien (embauche ou recherche d’emploi) et avoir refusé un travail ou une formation, faute de pouvoir s’y rendre. Globalement, près d’un Français sur cinq (19%) déclare avoir déjà renoncé à se rendre à un entretien d’embauche ou dans un structure d’aide à la recherche d’emploi parce qu’il ne pouvait s’y rendre.


Filière numérique


novembre 2016
Selon le baromètre "People in tech", le secteur des nouvelles technologies va recruter 10 000 personnes en 2017.
Voir tout