novembre 1994

Dr Curtet : «On ne devrait as incarcérer les drogués»

Depuis 25 ans, ce médecin travaille auprès des toxicomanes et au niveau de la prévention. Un homme d'expérience, qui a déjà créé deux associations.
Photo AFP

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Quel est votre travail par rapport à la drogue ?
J'ai travaillé avant tout au niveau de la prise en charge mais aussi sur d'autres terrains, notamment en prison et avec des magistrats. Assez rapidement également dans le milieu de l'école, des lycées. En 79, j'ai créé le «Trait d'union», centre de soin, de consultation, de postcure avec un travail important dans les maisons d'arrêt de la région parisienne. Depuis 3 ans, j'ai laissé à mon assistant la charge de ce centre, en me disant qu'un retard considérable s'est installé dans la prévention. Donc j'ai créé une nouvelle association, «Grande écoute», qui a pour but la prévention grand public des conduites toxicomaniaques.

Pensez-vous que la prison est un moyen de thérapie ?
Aucunement. La prison n'est en aucun cas un lieu thérapeutique. Je ne dis pas qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un en prison : pour celui qui a commis un délit de droit commun, il est important que la loi s'applique, protège la société s'il risque de nuire. Mais ce n'est pas un lieu thérapeutique. Le maximum que puisse obtenir un toxicomane en prison, c'est d'être sevré sur le plan physique. Comme la toxicomanie pose des problèmes d'ordre socio-psychologique intenses que la personne a cru résoudre avec la drogue, ce sevrage physique est totalement insuffisant. Nous avons des gens enprison et sevrés physiquement. Mais la nécessité de se droguer et les raisons pour lesquelles ils se droguent sont restées les mêmes et bien évidemment ne vont pas être résolues en prison.

Est-ce que la prison peut-etre incitative ?
Incitative à la drogue, je ne sais pas ; mais incitative à l'exclusion, oui. C'est vrai qu'il y a un rôle de pourrissoir de la prison qui fait que si on y passe du temps, on peut y acquérir « la haine » comme ils disent et puis les techniques pour pouvoir faire des casses... Il est important de maintenir un interdit sur les drogues, parce que c'est un rempart sur lequel on peut prendre appui pour aider les gens, mais je crois que ceux qui transgressent cet interdit, c'est-à-dire les usagers de drogues, ne devraient jamais être incarcérés. Le grand changement devrait être là, au niveau de la loi : que l'usage de drogue ne puisse jamais être sanctionné par une incarcération.

La prison peut-elle être préventive par la crainte qu'elle inspire ?
Je n'y crois pas du tout. Vous savez, quand quelqu'un est vraiment toxico et vraiment va mal, il joue tous les jours avec la prison, il joue tous les jours avec la mort. Donc la prison n'est absolument pas quelque chose qui va l'empêcher de rentrer dans cette conduite.

Votre avis sur la dépénalisation ?
Je pense que c'est une erreur parce qu'il faut être conscient que la drogue, dans la quasi-totalité des cas des usagers d'héroïne et même dans au moins 10 % des cas des usagers de cannabis, traduit une souffrance, un malaise qu'on s'imagine résoudre avec la drogue. Or la seule réalité de la drogue est qu'elle ne résoud rien. Si vous ne pénalisez plus, ça veut dire qu'il n'y aura plus personne pour dire à ceux qui s'imaginent qu'ils vont résoudre quelque chose avec la drogue : «Ecoutez, là vous êtes dans une mauvaise voie, peut-être qu'il y a d'autres manières possibles, sur le plan social, sur le plan thérapeutique, il ya des gens, des animateurs, des éducateurs, des médecins qui peuvent vous aider». On n'aurait donc plus ce point d'appui permettant de donner cette réponse. Je crois qu'il faut garder l'interdit, non pas pour sanctionner, mais pour aider.

S.P.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Pass'sport forme


décembre 2018
Le Réseau de prévention et prise en charge de l'obésité pédiatrique a mis en place un Pass'sport forme destiné aux jeunes de 7 à 17 ans qui se trouvent en difficulté à cause de leur poids. Moyennant 30 euros, il leur permet de participer à des ateliers éducatifs sportifs hebdomadaires dans une vingtaine de villes du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort. +infos 0381219002

#MoisSansTabac


octobre 2018
Sous ce hashtag, un défi collectif : proposer aux fumeurs d’arrêter pendant un mois (voire plus) avec le soutien de leurs proches. Pour cela, une campagne d’information a désormais pris ses habitudes en novembre. Elle est accompagnée de nombreux outils : un kit d’aide à l’arrêt pour mettre toutes les chances de son côté, une appli e-coaching qui sert aussi de rappel quotidien, un numéro de téléphone permettant de joindre des tabacologues du lundi au samedi de 8 h à 20 h (38 89) et des comptes facebook et twitter sur lesquels sont partagés les astuces et conseils des participants. En savoir plus.

Tabac


mai 2018
Pour continuer à lutter contre le tabagisme, le gouvernement vient de décider que deux traitements de substitution nicotinique sont désormais remboursables : des « gommes à mâcher »  depuis le 22 mars 2018 et des « patchs » depuis le 16 mai 2018. Cette prise en charge permet à tous les patients l’accès à ces traitements de substitution,  supprime l’avance de frais, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

Drogues


octobre 2017
En France, l'alcool est de loin la plus répandue des substances psychoactives (47 millions d'expérimentateurs, 43 millions d'usagers dans l'année, 9 millions d'usagers réguliers, 5 millions d'usagers quotidiens) devant le tabac (38 milions d'expérimentateurs, 17 millions d'usagers dans l'année, 14 millions d'usagers quotidiens) et le cannabis (17 millions d'expérimentateurs, 1,4 million d'usagers réguliers, 700 000 usagers quotidiens). Cocaïne : 2,2 millions d'expérimentateurs dont 450 000 usagers dans l'année. MDMA/ecstasy : 1,7 million d'expérimentateurs dont 400 000 usagers dans l'année. Héroïne : 600 000 expérimentateurs. Source : observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Pass santé jeunes


décembre 2016
Le pass santé jeunes est un site régional qui permet aux 8-18 ans de trouver conseils, astuces, ressources, adresses utiles. Plusieurs espaces donnent des réponses adaptées à chacun en fonction de son âge, de ses interrogations, expériences et inquiétudes. Des quizzes et des jeux sont l'occasion de tester ses connaissances sur tous les sujets : Internet, cannabis, audition, alcool, sexualité, sécurité routière, mal-être... Site, facebook 
Voir tout