août 2019

Je suis responsable de pôle équestre

A 23 ans, Emeline Rognon réalise un souhait : travailler avec des chevaux. La jeune femme originaire d'Arçon est en CDI au lycée Lasalle, à Levier.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’ai commencé l’équitation à 10 ans. Sur le plan scolaire, j’ai suivi une 4e et une 3e agricoles au lycée Lasalle. Ensuite j’ai obtenu un bac pro conduite et gestion de l’entreprise hippique. J’ai continué avec un BP Jeps à Chaux-Neuve, au centre de formation sport et nature. Lors de ma dernière année, j’étais en CDD à Sport nature Espace Mont d’Or. Il y a 3 ans, on m’a proposé un CDI au lycée Lasalle alors je suis venue sans hésiter, car je connaissais déjà l’établissement.

Métier
Je m’occupe de la gestion de la cavalerie, des infrastructures et de l’enseignement des classes 4e, 3e, bac techno STAV et BTSA Acse, Je dois en particulier animer l’équipe, les plannings, encadrer les élèves de garde qui s’occupent des chevaux.

Intérêt
Depuis que je suis toute petite, j’ai envie de travailler avec des chevaux. C’était ça ou pompier ! Aussi suis-je toujours aussi motivée. Etre ici n’est pas lassant, il n’y a pas de routine. Je peux avoir beaucoup d’activités différentes, avec une certaine liberté et des responsabilités. On me fait confiance, c’est appréciable. Comme il y a une très bonne ambiance et que je suis une ancienne élève, c’est une deuxième famille !

Qualités nécessaires
Il faut du courage, de la persévérance, de la disponibilité. Et de la patience, c’est très important. On ne peut pas être énervé quand on s’occupe de chevaux. Sans oublier qu’il faut toujours garder une bonne forme physique.

Difficultés
La fatigue physique et mentale, le fait de devoir être tout le temps présent. Travailler avec des animaux exige une certaine permanence. Mais ici, au lycée, on forme une équipe de 5 donc on peut se relayer pour les week-ends et vacances. Il peut y avoir des imprévus : cheval malade, abreuvoir qui casse… C’est pour ça que j’habite tout près d’ici.
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout