mai 2018

La culture dans l’agriculture

Les élèves des lycées agricoles ont des cours d’éducation socioculturelle qui passent par la pratique artistique. En avril, certains étaient venus de toute l’académie à Montmorot pour montrer leurs réalisations.
Photo Yves Petit
La culture dans l’agriculture La culture dans l’agriculture La culture dans l’agriculture

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le projet s’appelle "Cartographier l’intime". Les élèves participant ont dû élaborer un autoportrait au moyen de dessins et de textes, en se basant sur un paysage qui leur plaisait, en se référant à leurs "paysages intérieurs" et en laissant vagabonder leur imagination. Un sujet qu’on peut s’attendre à voir proposer en école d’art. Mais les élèves qui s’en sont emparés cette année viennent des lycées agricoles de Plombières-les-Dijon et de Dannemarie-sur-Crête. Ils ont travaillé sous l’égide de leurs professeurs d’éducation socio-culturelle et de deux artistes lyonnais, Géraldine Trubert et Raphaël Patout. «Nous avons passé 5 jours avec eux relate ce dernier. Nous leur avons imposé le format et le noir et blanc pour qu’ils se concentrent sur le fond. Et nous avons vu des élèves dont on pourrait penser qu’ils ne sont pas forcément à l’aise avec l’art se laisser aller à l’expérimentation et à la radicalité».
Exposé, le résultat formait l’un des quinze projets d’élèves présentés le 24 avril au lycée de Montmorot dans le cadre des Rencontres culture(s) et territoire, regroupant 11 des 21 lycées de l’académie.

   "Initiation, enrichissement, émulation"

Tous les lycéens agricoles ont des profs d’éducation socioculturelle et suivent des cours d’éducation artistique pendant leur cursus. En terminale, ils travaillent avec des artistes et expérimentent une pratique. «C’est une matière propre à l’enseignement agricole depuis 70 ans explique Guillaume Thibault, animateur régional du réseau des professeurs d’éducation socioculturelle ("la Belle FaBriC") et lui-même enseignant de cette discipline. A l’époque, la volonté était d’apporter une ouverture culturelle à des élèves issus en totalité du monde agricole».
Ce cours est aujourd’hui l’occasion pour eux de découvrir le monde artistique, côtoyer des artistes, voir des œuvres, acquérir des connaissances et vivre une expérience de création. Il fait l’objet d’un contrôle continu tenant compte du «chemin parcouru, de l’investissement dans le projet, du regard critique»
«Il faut remercier les précurseurs de l’éducation socioculturelle qui n’avaient pas tort dans leur démarche estime Hubert Martin, chef du service régional de la formation et du développement de la Draf (1). Cela apporte une richesse et un complément aux autres disciplines, cela crée également un lien. C’est une source d’initiation, d’enrichissement, d’émulation pour les élèves».
On ne le sait pas beaucoup. L’enseignement agricole est plutôt connu pour ce que décrit avec une fierté légitime Dominique Roulin, proviseure de l’établissement de Montmorot : «nous possédons une véritable exploitation et les élèves apprennent leur métier dans des ateliers d’application lait, viande, poulet, maraîchage biologique et, c’est plus rare, viticole». La culture n’est pas primordiale mais elle est présente.

   "Châteaux en Espagne"

«Au départ, ils n’ont pas le choix du domaine qu’ils vont découvrir car ce serait compliqué à organiser reprend Guillaume Thibault. Et même si certains peuvent se braquer à l’idée d’aborder la danse, par exemple, en général tout se débloque lors de la rencontre avec l’artiste» souligne-t-il.
Toutes les pratiques sont envisageables. Lors de la journée de Montmorot, les présentations des élèves abordaient le land art, la sculpture musicale, le cirque, la photographie, les arts plastiques, la vidéo, la danse, l’écriture, le théâtre, la musique. Ils regroupaient des élèves fiers de présenter leurs créations. Certains en représentation en public comme ceux du lycée de Valdoie venus exposer leur travail en atelier d’écriture et chant nommé "Inventons le bonheur !". Pas si évident pour des élèves censés se spécialiser dans la vente en animalerie et produits de jardin. Et non préparés à affronter le trac d'une représentation en public. «Au départ on a été surpris, on ne s’attendait pas à devoir chanter» admettent-ils. Non seulement ils l’ont fait, mais en écrivant leurs propres textes avec l’aide de Ludivine Faivre, auteure, compositrice, interprète. Des écrits personnels mais aussi une chanson collective, "Châteaux en Espagne" au refrain en forme de dévoilement intime : «Voici nos châteaux en Espagne / Là où nos rêves sont des montagnes / Que l’on gravit grâce à l’espoir / Tous les rêves arrivent à point / Il faut s’en donner les moyens / C’est à nous d’écrire notre histoire». 
Pour la Drac (2) et le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, qui financent également, cette manifestation va au-delà du seul aspect enseignement. «La possibilité de se confronter aux artistes et aux pratiques culturelles est aussi un projet de société» estime Patrick Demange, conseiller d’éducation artistique à la Drac. «La culture dans les lycées n’est pas obligatoire mais nous pensons que c’est important résume Stéphane Guiguet, vice-président du Conseil régional délégué aux lycées. Nous soutenons de nombreux dispositifs permettant d’infuser la culture, car elle permet de développer un esprit critique, d’avoir un regard lucide, d’analyser, de s’ouvrir sur le monde, de mieux le comprendre, d’acquérir des connaissances et des compétences».

Stéphane Paris
En photo
1 - Elèves de l'atelier écriture et chant "Inventons le bonheur !" (bac pro, lycée de Valdoie).

2 - De g. à dr., Emilie Fontaine (lycée agricole de Montmorot), Patrick Demange (Drac), Hubert Martin (Draaf) et Stéphane Guiguet (Conseil régional) découvrent l'expo photo "Portraits de métiers" réalisée par les secondes pro du lycée viticole de Davayé.

3 - Antoine (lycée de Dannemarie-sur-Crête), Camille, Laure et Eduardo (lycée de Plombières-les-Dijon), participants du projet "Cartographier l'intime".

Notes
(1) Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt
(2) Direction régionale des Affaires culturelles

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout