juillet 2019

L’aviron, prestigieux mais méconnu

La région compte une vingtaine de clubs dont le Sport nautique bisontin est le plus ancien.
Photo Laurent Cheviet
L’aviron, prestigieux mais méconnu

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
1865. Victor Hugo avait 63 ans quand le Sport nautique bisontin est né (1). Ce qui fait du club bisontin l’un des plus anciens de la région, toutes disciplines confondues. L’aviron possède un certain prestige lié à son histoire. Le premier défi Oxford-Cambridge date de 1829.  «Il y a eu des compétitions dès le début du XIXe siècle et la pratique s’est répandue via le monde anglo-saxon en Europe occidentale relate Marc Mallet, actuel président du club. L’aviron était au programme des premiers Jeux olympiques modernes en 1896 à Athènes, même si la compétition a été annulée en raison des intempéries».
Considéré comme «sport noble et difficile, notamment important dans certains pays tels que la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou l’Italie», l’aviron possède une aura qui rejaillit sur les pratiquants. «Il y a un côté à part. Quand on en fait, ce n’est pas le lot commun» estime Marc Mallet. Un motif légitime de fierté pour les pratiquants.

   Licences à prix abordable

L’an dernier, le ministère des Sports recensait dans la région 1210 licenciés dans 19 clubs. «Il n’y a pas une grande notoriété regrette Marc Mallet. Par exemple à Besançon, on connaît le SNB mais pas forcément l’aviron ! C’est un sport peu médiatisé. Beaucoup découvrent par connaissance ou par activité scolaire. Qui plus est, si on veut essayer, on ne peut le faire de son côté. Il faut vraiment venir en club.». Noble ne veut pas dire élitiste. «Nous avons une politique d’accès pour tous» assure Patrick Nicoulaud, l’un des entraîneurs du club (photo 2). A témoin, des licences abordables. Elles débutent à une centaine d’euros alors que la matériel est plutôt onéreux. Le hangar du SNB dévoile à la disposition des licenciés un matériel complet de qualité, avec des bateaux allant du skiff de 7 ou 8 m au «huit de couple» de 20 m.
Actuellement le club compte environ 150 adhérents à Besançon. «C’est en progression. A une époque, nous sommes tombés à 70. Notre objectif est de dépasser les 200 adhérents à moyen terme, espère Marc Mallet. Avec les nouveaux équipements qui vont être construits aux Prés-de-Vaux, c’est un objectif cohérent si l’on compare aux villes de même taille».

 
 Un sport qui fait travailler tous les muscles

Evidemment, les années olympiques sont plus propices aux inscriptions. Mais le club propose régulièrement  des initiations, des sessions de découverte, des séances scolaires. Quand essayer ? «A tout âge à partir de 10 ans, car ça dépend du gabarit et de la coordination motrice indique Patrick Nicoulaud. Mais cette dernière s’acquiert, de même que l’endurance car il faut faire des efforts très soutenus pendant 8 mn». Marc Mallet insiste sur la mixité : «Le sport en France, c’est en général 1/3 de filles. Dans l’aviron, elles sont entre 35 et 40 %».
«A part en skiff, c’est un vrai sport d’équipe avec un effort collectif ajoute Patrick Nicoulaud. Dans un bateau, le plus fort se met au tempo du plus faible». Si l’on veut faire de la compétition, c’est 3 à 5 séances par semaine. Mais c’est aussi un sport de loisir, «avec une sensation de glisse, d’équilibre sur l’eau très sympa dit Patrick Nicoulaud. On est sur l’eau, ça change. Il y a une certaine sérénité et pas de contact physique».
L’entraînement sur l’eau est privilégié, en toutes saisons. Seuls les orages, les crues ou le gel empêchent la pratique. Combinant force, endurance et équilibre, l’apprentissage de l’aviron mêle ces trois apports. Patrick Nicoulaud ne réfléchit pas longtemps pour en trouver d’autres :«C’est un sport complet qui sollicite tous les muscles, jambes comprises. L’aviron, c’est de la musculation douce, qui développe la capacité aérobie et renforce beaucoup le dos».

Stéphane Paris
(1)
Le SNB a été rejoint par une section natation après la première guerre mondiale et par le canoë-kayak après la seconde. Aujourd’hui, les 3 disciplines sont séparées, la Ville ayant repris la propriété de la piscine et parce que l’aviron et le canoë-kayak appartiennent à deux fédérations différentes. Ils forment 2 clubs distincts depuis 2016.



Sport nautique bisontin

SNB aviron
2 avenue de Chardonnet
25000 Besançon
0381538940
facebook



En savoir plus
ffaviron.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Mâcon, 25e club français en 2018


juillet 2019
158 clubs figuraient au classement performance 2018 établi par la fédération française d’aviron.  Parmi eux, 6 clubs de la région :
- Deux en division 2 : la Société des régates mâconnaise (25e) et le Cercle de l’aviron de Chalon-sur-Saône (40e).
- Quatre en division 4 : le Club nautique creusotin (74e), l’Aviron dijonnais (76e), le Sport nautique bisontin (127e) et l’Aviron club dolois (144e).
En ce qui concerne les athlètes de l’équipe de France, une seule licenciée dans la région : Marie Jacquet, 25 ans, licenciée à Chalon-sur-Saône le club de ses débuts, actuellement à l’Insep (elle compte 3 médailles d’argent en championnat du monde U23).

Canoë-kayak marathon


mai 2019
Cette année, les championnats d'Europe de marathon de canoë-kayak sont organisés à Decize du 22 au 28 juillet. Sports et animations la journée, musique en soirée (5 concerts gratuits). En savoir plus.

Golf, bienvenue au club


mai 2019
Putter, green, eagle. Si ces mots ne vous disent rien c'est que vous ne connaissez rien au golf. Ne vous inquiétez pas, il n'est pas trop tard ! Du 10 mai au 16 juin, les 48 golfs Bluegreen (dont celui de Quetigny et de Parcey) vous propose 2h d'initiation entièrement gratuite. Il suffit d'amener une paire de baskets et votre bonne humeur ! Pour plus d'informations, rendez vous ici

77 %


novembre 2017
C'est le pourcentage des Français qui disent avoir une activité sportive, selon une enquête Harris menée en octobre 2017. Parmi eux, 47 % citent la marche/randonnée, 20 % le fitness/musculation (cette pratique arrive en tête chez les moins de 35 ans) et 18 % la natation.

Pratique sportive régionale


novembre 2017
En 2017, la Bourgogne-Franche-Comté compte 626 155 licenciés. Les 5 sports les plus représentés : football (94 209), tennis (32 836), équitation (31 481), judo (25 088) et handball (22 840). Il y a également quelques licenciés en polo (7) et en char à voile, rugby à XIII et pelote basque (moins de 5 pour ces disciplines cependant).
Voir tout