juillet 2016

«Le meilleur job de France»

Chaque été, le Tour de France recrute 300 jeunes. Principales conditions : être de bonne humeur et capable de vivre en groupe pendant trois semaines. Jérémy et Anne-Claire témoignent.
«Le meilleur job de France» «Le meilleur job de France»

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En ce lundi 18 juillet, le 103e Tour de France est accueilli sous le soleil à Moirans-en-Montagne. Dès 7 h 30, le site de départ d’étape est lieu d’une agitation qui va s’amplifier à mesure que la foule affluera, jusqu’au point culminant du départ des coureurs aux alentours de 12 h 30. Pour le moment, tous les membres de l’organisation sont sur le pont pour installer le village départ, ses stands, ses podiums, ses espaces de circulation, préparer les 170 véhicules de la caravane publicitaire et s’apprêter à accueillir le public. Avant de démonter, de se rendre à la ville suivante et de recommencer le lendemain.
Ces tâches occupent 300 personnes dont beaucoup de jeunes en jobs saisonniers. Parmi eux, Jérémy, 19 ans, installe la boutique officielle. Au 17e jour de la course, tout le monde est rodé. «Chacun sait ce qu’il doit faire. On fait en un quart d’heure ce que l’on faisait en 1 h le premier jour». Accueil, logistique, sécurité… : les postes sont nombreux et souvent polyvalents. «Je suis vendeur mais je fais aussi de la logistique et je suis amené à conduire des camionnettes résume Jérémy. C’est pour cela que pour postuler, il faut le permis. Sinon, c’est principalement l’état d’esprit qui compte : être accueillant, souriant de bonne humeur».
Sa journée de travail commence entre 4 et 6 h selon les étapes mais elle se termine relativement tôt. «Après le départ des coureurs, on remballe et on part pour la ville suivante en s’arrêtant sur la route pour manger. Dans l’ensemble, c’est quand même physique, fatigant, il faut un mental solide. Mais surtout, il faut être capable de vivre en groupe pendant 3 semaines. Etre suffisamment mature et savoir faire des concessions car on est ensemble 24 h / 24 dans les bons et mauvais moments». Les organisateurs ont établi des règles à respecter et se réservent le droit d’exclure celui qui va trop loin. L'alcool n'est par exemple pas très bien vu. «Cela arrive très rarement» assure Nicolas Bridoux, manager VIP d’ASO (Amaury sport organisation), principale entreprise d’embauche sur le Tour.

   Expérience humaine

Ce 18 juillet, la chaleur devient rapidement caniculaire mais on imagine que les jours de pluie sont un peu plus pénibles. Anne-Claire, 23 ans, le confirme, «le temps peut rendre les choses plus difficiles». Mais si les intempéries représentent l’un des rares inconvénients du travail, dans la balance, les avantages sont beaucoup plus nombreux. «Il y a l’ambiance, le voyage, la découverte de la France et des paysages dit-elle. Tout ce qu’on gagne, on l’économise et c’est un peu plus que le smic». «C’est une expérience humaine et une ligne sur un CV. Et on est bien "soigné", on s’occupe vraiment bien de nous. On va à l’hôtel, au restaurant. C’est le meilleur job étudiant de France. Et pour ceux qui aiment le sport, c’est encore mieux énumère Jérémy. On côtoie les cyclistes qui sont vraiment sympas. J’ai même joué à la playstation avec l’un d’eux. Ils sont plus accessibles que dans le tennis».
Jérémy a été recruté par son manager alors qu’il travaillait sur Roland Garros. Mais sur le Tour, les agences comme Amaury sport organisation, Panenka ou Alentours embauchent principalement sur candidatures classiques (CV, lettre, entretiens) à partir de janvier - février.
«Nous recevons environ 900 demandes donc nous recrutons environ un quart des postulants estime Nicolas Bridoux. La très grosse majorité a entre 18 et 25 ans. Beaucoup viennent d’écoles de commerce mais il y a d’autres cursus universitaires et nous sommes très ouverts». A part le permis de conduire, rien n’est éliminatoire.
Anne-Claire a suivi ce parcours d'embauche classique. Etudiante en commerce, elle est sur son 2e Tour. Embauchée par Amaury, elle estime que les organisateurs sont surtout attentifs à la personnalité et à l’état d’esprit des candidats. Ce qu’ils cherchent : des jeunes capables de faire vivre un moment exceptionnel au public. «Il faut aussi de la rigueur et de la vaillance complète Nicolas Bridoux. Les 3 semaines du Tour sont quand même éprouvantes».

   Etre créatif

«C’est une amie qui a fait 4 fois le Tour qui m’a parlé de cette opportunité relate Anne-Claire. J’ai envoyé mon CV en janvier et j’ai eu 2 entretiens en mars et en avril à Paris. La première fois, on était reçus en groupes pour des entretiens basiques. Pour le second, c’était des ateliers avec des sketches, des simulations de vente. Il faut être créatif, montrer qu’on sait communiquer, être souriant». C’était l’an dernier. Après son premier Tour, elle n’a pas eu besoin de postuler à nouveau. «Quand ça se passe bien, les organisateurs nous envoient un message l’année suivante pour nous demander si l’on est disponible».
Sur la Grande boucle 2016, elle est caravanière sur le stand de l'emploi à domicile (syndicats et fédération des particuliers employeurs). «On se lève vers 6 h, on se rend sur le parking de la caravane où l’on a un brief sur les spécificités de l’étape puis on s’occupe des chars, on prépare les stocks d’objets et nourriture à distribuer et chacun va à son poste de travail pour la journée. Au village d’arrivée, on vide les caravanes et on récupère les stocks. Chaque étape est différente mais en général on finit assez tôt. Le travail n’est pas compliqué mais quand même fatigant. Mais comme on voyage, que l’on est dans une ambiance festive, cela atténue l’impression de travailler. C’est quand même un job hyper avantageux». Un chiffre indique que la plupart des jeunes qui obtiennent le boulot sont de cet avis : «environ 50 % reviennent l’année suivante signale Nicolas Bridoux. Et quand ils ne le font pas, c’est souvent parce qu’ils ne peuvent pas».

S.P.

Pour postuler
Envoyer une candidature auprès des principales agences de recrutement mais aussi directement auprès de tous les partenaires du Tour de France.

Amaury sport organisation

Panenka

Alentours











Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Baby-sitting


juillet 2019
A chaque rentrée, le réseau Information jeunes de Bourgogne-franche-Comté organise des rencontres entres candidats au baby-siitng et parents à la recherche de gardes d'enfants. Renseignements sur babysitting-bfc.fr et dans les structures Information Jeunesse.

Aide à domicile


avril 2019
Le CCAS de la Ville de Besançon recrute des auxiliaires de vie lors des périodes de vacances scolaire. Rôle : accompagner et aider à domicile les personnes âgées ou handicapées dans les actes du quotidien. Permis de conduire exigé. Compétences : ponctualité, adaptabilité, initiative. Infos, 0381412218.

Aide à domicile


février 2019
Eliad, organisme spécialisé dans l’aide à domicile, recrute pour des missions de remplacement, notamment pendant les vacances scolaires de Pâques et d’été, dans le Doubs et en Haute-Saône. Profils : être majeur. Permis de conduire, véhicule, formation préalable dans l’aide à la personne sont des atouts. Plus d’infos sur eliad-fc.fr. Pour postuler : recrutement@eliad-fc.fr.

Jobs d'été avec CEI


mai 2018
Grâce à son réseau de partenaires, le Centre d'échanges internationaux dispose de nombreuses propositions de jobs d'été à l'étranger : l'animation en centres de vacances à l'étranger mais aussi la restauration à Londres, le tourisme en Islande, l'exploitation agricole sont des exemples de lieux et thèmes alliant expérience professionnelle découverte. Renseignements, 0140511185
CEI work, travel & study
.

Animateurs périscolaires


mai 2017
La Ville de Besançon recrute 450 animateurs périscolaires pour la rentrée. Ils auront pour mission d'encadrer des groupes d’enfants avant et après l’école (matin, midi, après-midi et mercredi midi) et leur proposent des activités à caractère éducatif favorisant le bien-être et le développement. Les titulaires du Bafa ou équivalent seront recrutés en priorité. Pour les personnes sans qualification, la Ville offre la possibilité de se former au Bafa gratuitement. Un animateur travaillant les 4 temps d’accueil gagne environ 600 € par mois.
Consulter l'’offre 
Voir tout