juin 2019

«Mon service civique ? Enrichissant»

Chloé Ledentec, volontaire en service civique à la MFR de Beaune-Grandchamp depuis le 7 janvier. Une mission de 24 h par semaine réparties sur 3 jours jusqu’à fin juin.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Comment as-tu eu l’idée de faire ton service civique à la MFR de Beaune-Grandchamp ? Tu es originaire de la région ?
Je suis originaire de région parisienne, j’ai fait toute ma scolarité et ma licence en Humanité dans les Yvelines, à Poissy. Je suis venue ici parce que je suis en année de césure. Je voulais  partir de chez mes parents et de la région parisienne en général pour un petit temps avant de reprendre sur mon master toujours dans la même université des Yvelines à la rentrée prochaine.

Comment s’est mise en place ta mission ? As-tu été accompagnée dans tes premiers projets ?
Au début, quand je suis arrivée ma mission était un peu floue pour tout le monde. Moi j’ai rapidement réussi à me l’approprier. C’était plus compliqué pour l’équipe pédagogique qui me répétait les choses dans l’esprit de «qu’est-ce que tu fais là ?». Mais j’en ai pas mal parlé avec le directeur William et il m’a aidé à savoir sur quel temps je pouvais organiser des activités avec les élèves, quel genre de projet je pouvais mettre en place etc. Il m’a encouragée à prendre des initiatives ! Et voilà, moi sur le temps que je suis là, les après-midis, pendant le temps d’étude, le repas du soir et le temps de veillée, j’organise mes ateliers.

Quel genre d’atelier fais-tu avec les élèves ?
J’ai fait un atelier d’anglais et un atelier débat pour parler avec eux des jeux vidéo, leur apprendre à débattre et à savoir utiliser à bon escient les jeux vidéo. C’était surtout ça : leur apprendre à en parler en trouvant un thème qui les intéresse.

Avec  quel public es-tu  plus en contact ?
La MFR propose des formations de la 4e au BTS et même des formations adulte, moi je suis plus avec les 4e/3e parce qu’il y beaucoup plus besoin de les encadrer tout simplement. Et puis, comme j’aimerais bien devenir professeur de français au collège/lycée, et qu’aujourd’hui les classes sont de plus en plus nombreuses, j’espère pouvoir travailler ma posture et comportement devant un public adolescent. Les BTS mènent eux-mêmes leurs propres projets, mais s’ils ont besoin d’un coup de main, je suis là aussi pour les aider. Parallèlement à l’accompagnement, je fais aussi des projets de communication pour alimenter les réseaux de la MFR, par exemple en recueillant des témoignages d’élèves.

Selon toi quelles sont les qualités utiles pour ta mission ? Et en quelques mots, comment résumes-tu ton début de mission ?
Il faut être bienveillant, patient,  avoir confiance en soi (c’est ce qu’il me manque un petit peu et que je travaille) et savoir se positionner par rapport à eux, mettre les bonnes distances. Pour mon début de mission, je dirais : enrichissant, ça s’est sûr ! Même si je suis encore en train de cerner mes objectifs, de mettre en place des choses, il est toujours gratifiant de réussir  à mettre en place des projets qui réussissent !

Recueilli par Jade Olivain
En savoir plus
service-civique.gouv.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Filmer un métier


novembre 2019
"Je filme le métier qui me plaît" est l'occasion pour les élèves de découvrir le monde professionnel, de s’approprier des codes, des savoir-faire et savoir-être spécifiques et pourquoi pas de découvrir leurs propres talents et leur voie. Ce concours est une expérience originale qui permet également de développer des compétences en numérique et audioviuel à travers des projets collectifs. La saison 13 est lancée. Tout est dans l'intitulé : il faut filmer un métier. Cahier des charges, règlement et récompenses sur jefilmelemetierquimeplait.tv. Date limite d'inscription: 19 janvier 2020. Date limite d'envoi des vidéos: 16 mars 2020.

Frais étudiants


août 2019
Plus de 500 euros d'écart dans les dépenses mensuelles des étudiants selon qu'ils vivent à Paris ou à Limoges. Ce baromètre établi par l'Unef (Union nationale des étudiants de France) classe 42 villes : en moyenne, les dépenses s'élèvent à 1288 euros à Paris. A Dijon, 28e (828 euros) et Besançon, 34e (805 euros), on s'en sort plutôt mieux qu'ailleurs.

Diplômés


août 2019
En 2017, 91 % des jeunes sont sortis du système scolaire avec un diplôme. Ce taux était de 59 % en 1978.

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058
Voir tout