novembre 2018

Saint-Apollinaire, ville novatrice de l’intergénérationnel

Dans deux quartiers de cette commune de l’agglomération dijonnaise, plusieurs personnes travaillent à favoriser le lien social et proposer des activités associant les seniors. Un cas d’école en France, depuis 2002.
Photo Laurent Cheviet
Saint-Apollinaire, ville novatrice de l’intergénérationnel Saint-Apollinaire, ville novatrice de l’intergénérationnel

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En ce 30 octobre, elles sont 3 retraitées à participer à l’animation du jour, la préparation d’une soupe en commun. Le froid qui enveloppe l’agglomération dijonnaise a peut-être découragé les motivations. «C’est parfois un peu compliqué pour que ça prenne déclare Barbara Millot, l’accompagnatrice à la vie sociale qui prépare les animations. Il m’est arrivé de faire une sortie shopping avec une seule personne. D’autres fois, elles sont une petite dizaine. On parle d’isolement des personnes âgées, mais il y a aussi une volonté de leur part de ne pas sortir, de rester chez elles en sécurité». Mais les 3 participantes de l'activité du jour sont ravies de l’occupation. 
Peut-être faut-il attendre que des habitudes se prennent. Le quartier Pré Thomas est neuf, le programme Atout âge également. Barbara Millot travaille pour le Vill’âge bleu de la Mutualité français dans le cadre de ce programme lancé par la Ville de Saint-Apollinaire. Proposé depuis 2 ans à Pré Thomas, il est le deuxième créé par la municipalité après Générations élaboré dès 2002 dans un autre quartier, Val Sully. La Ville duplique une idée à la fois précurseur et couronnée de succès, avec notamment un prix d’innovation sociale dans un concours de l’UNCCAS

   Projets précurseurs

Ces projets ont été conçus avec différents partenaires des champs du logement ou du social (1), pour favoriser la solidarité intergénérationnelle, le maintien des personnes âgées dans la cité. Ils incluent logements, espaces d’accueil collectifs et animations. Une charte de respect et d'entraide est proposée aux habitants. Dans certains cas, des familles ont profité de cette politique pour se regrouper, rapprocher les grands-parents des petits-enfants. «Des élus et des journalistes viennent régulièrement en visite signale également Isabelle Benoit, directrice de l’office municipal des aînés. Certains sont même venus de l’étranger. Plusieurs villes comme Rennes,  Villevêque, Nouan-le-Fuzelier ou Le Mans ont mis en place des dispositifs proches».
Ni Barbara Millot, ni Suzy Ribeiro, son alter ego en charge des animations à Générations, n’avaient vocation à travailler dans l’accompagnement des aînés. «Auparavant, j’étais responsable périscolaire dit Suzy Ribeiro. Je trouve ce que je fais désormais à la fois chouette et intéressant. On est là pour apporter la matière et fédérer.» La matière : de nombreuses animations (au moins une par semaine en novembre et décembre) allant du loto aux jeux aux activités manuelles. «Le public varie. Parfois on a des familles. Quand on organise des activités avec les enfants, ça va tout seul. Tout le monde adhère». En évoquant le Val Sully, Isabelle Benoit décrit un quartier où vivre ensemble est une réalité. Seul bémol, le monde «des ados, la tranche la plus compliquée à impliquer. Mais sinon, on constate que les relations existent, il se passe des choses, mais pas forcément spontanément. Il y a un besoin de créer des activités. On suggère, mais on ne fait pas tout à la place des résidents. Les habitants peuvent aussi nous faire des demandes. Les agents d’animation servent de relais et sont à l’écoute de chacun».
Après 15 ans, la Ville tire un bilan positif de Générations. «Les différents professionnels y travaillant se sont approprié «l’esprit Générations». Ils apportent une dynamique complémentaire. Ils se rencontrent régulièrement pour proposer des actions qui permettent aux gens du quartier, aux enfants, aux aînés de se rencontrer. L’intergénération ne se décrète pas, elle se vit. Il ne suffit pas d’affirmer la nécessité des relations entre les générations pour que celles-ci se mettent en place. Il faut se donner les moyens pour qu’émerge une telle dynamique».

   Silver economy

Saint-Apollinaire est une commune de 7500 habitants, dont 30 % de plus de 60 ans. Son exemple montre que l’accompagnement des personnes âgées génère de l’emploi ailleurs que dans le seul domaine médical. Dans l’industrie, c’est évident puisque le logement et la vie quotidienne des aînés sont l’objet de recherche et développement pour mieux aménager l’habitat et limiter les risques. Les expressions "silver economy" ou "or gris" utilisées pour caractériser ce domaine laissent soupçonner un certain potentiel... Dans le social, cette notion vient moins spontanément à l’esprit. Et s'il est encore balbutiant, l'accompagnement des seniors représente une partie d'un secteur à fort potentiel d’emploi à venir. Une étude de la Dares ("Les métiers en 2022") note que «l’ensemble des professions de soins et d’aide aux personnes fragiles devrait bénéficier d’une forte dynamique de l’emploi. Aides à domicile, aides-soignants et infirmiers figureraient ainsi parmi les métiers qui gagneraient le plus d’emplois à l’horizon 2022, avec de l’ordre de 350 000 créations nettes en 10 ans». Pyramide des âges aidant, le besoin ne peut que s’amplifier. Selon la Dares, «le vieillissement de la population engendre des besoins croissants en matières de soins et d’accompagnement de la dépendance dans un contexte de baisse programmée du nombre de médecins et tandis que les possibilités de prise en charge par les familles tendent à se réduire avec la poursuite de la hausse du taux d’activité des femmes après 45 ans et la fragmentation croissante des structures familiales. Le développement de la médecine ambulatoire et le maintien à domicile des personnes âgées nécessiteront donc un accompagnement par des professionnels des services à la personne. Le nombre de professionnels de l’action sociale, répondant aux besoins des personnes âgées, des personnes handicapées et des jeunes en difficulté, devrait également être orienté à la hausse».

   
Mixité sociale

Retour à Pré Thomas. A quelques mètres de la salle polyvalente, des jeunes en insertion s’activent dans une brasserie pédagogique créée par les Pep. Installée au milieu du quartier, "Traits d’union" offre un espace de restauration où se retrouvent le midi personnes âgées, habitants du quartier, salariés. Que des jeunes de l’IME dijonnaise les Ecayennes préparent et servent les repas complète la mixité. Certains viennent parfois aux animations intergénérationnelles.
«Pour ces jeunes, c’est valorisant note Sonia, agent d’accueil responsable de la brasserie. Des habitués viennent tous les jours, des liens se créent, c’est vraiment intéressant. Inversement, il arrive que l’on se rende à la salle commune pour certaines animations proposées par Barbara». Pour elle non plus, l’aspect intergénérationnel n’était pas dans ses perspectives. Mais elle est venue à la brasserie car le projet global l’intéressait : «c’est d’abord du relationnel. Et depuis qu’on a ouvert, en septembre, ça se passe super bien. C’est un public facile, avec lequel il est agréable de travailler».

Stéphane Paris
En savoir plus
Saint-Apollinaire, ville intergénérationnelle

Vill'âge bleu

Brasserie Traits d'union

(1)
La Ville de Saint-Apollinaire, Grand Dijon habitat et la Fedosad ont lancé conjointement Générations, appuyé sur les recommandations d’un sociologue. A Pré Thomas, la Mutualité, les PEP, Orvitis, l’Acodedge et l’Adapei participent au programme.

En photo
1 A la brasserie Traits d'union

2 Isabelle Benoit

3 Animation soupe avec Barbara Millot

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Histoire(s) en court : visionner les films


juin 2019
Les courts métrages à base d'archives réalisés par les élèves de la région dans le cadre des Fabriques citoyennes 2018-2019 sont à voir ici.

Maison de l’Europe


avril 2019
Centre d’information et de ressources sur l’Union européenne, la Maison de l’Europe a pour mission de mieux faire connaître l'Union européenne, ses institutions, ses programmes et financements, son actualité. Elle la réalise au moyen de documentation disponible sur ses 2 sites de Besançon et Dijon mais aussi d’actions diverses notamment en milieu éducatif : interventions dans les écoles, expositions, simulations de parlement européen avec les élèves…
Maison de l'Europe en Bourgogne-Franche-Comté : 26 D rue de la République à Besançon (0381212955) et 37 boulevard  de la Trémouille à Dijon (0380306788), bfc-europe.eu.

"Fabriques citoyennes BFC"


avril 2019
Les "Fabriques citoyennes BFC" sont une initiative du réseau information jeunesse de Bourgogne-Franche-Comté qui sensibilise, chaque année sous une forme différente, les élèves de la région aux discriminations. Elles sont soutenues par la DRDJSCS de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabriques citoyennes 2019 : 19 films


avril 2019
19 établissements scolaires ont décidé de participer aux "Fabriques ciotyennes" cette année. Leurs élèves ont réalisé 19 documentaires à base d'archives sur les personnalités issues de l’immigration suiantes :
Lycée professionnel des métiers Vauban (Auxerre) : François Solano, footballeur, résistant, potier et maire.
Lycée professionnel Jouffroy d’Abbans (Baume-les-Dames) : Amor Hakkar, cinéaste.
Lycée des métiers Denis Diderot (Bavilliers) : Raymond Forni, homme politique.
Lycée Louis Pergaud (Besançon) : Fatima Demougeot, ouvrière.
Lycée Ledoux (Besançon) : Rassoul Altamirov, lutteur.
Collège Herriot (Chenôve) : Sonia Rolland, miss France.
Lycée agricole Granvelle (Dannemarie-sur-Crête) : Naemon Rahal, musicien.
Collège Maurice Genevois (Decize) : Evariste Hitayezu, prêtre.
Lycée des métiers Hyppolite Fontaine (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée Simone Weil (Dijon) : Encarnacion Fuentes, ouvrière.
Collège Carnot (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée professionnel Jacques Prévert (Dole) : Carole Desmarais, peintre.
Collège Louis Pergaud (Faverney) : Jean Morossof, immigré russe.
Collège Albert Jacquard (Lure) : Kiffin Yates Rockwell, aviateur.
Lycée Germaine Tillon (Montbéliard) : Dita Parlo, actrice.
Lycée technique Alain Colas (Nevers) : Aspirante Lisette, résistante.
Collège Pasteur (Saint-Rémy) : les tirailleurs algériens.
Lycée Pré Saint Sauveur (Saint-Claude) : Rosine Schiari, résistante.
Lycée les Haberges (Vesoul) : Enzo Franchi, marchand ambulant.
Pour voir les films, des ciné-rencontres sont organisées dans la région. Infos sur lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Habits responsables


février 2019
A Besançon, l'organisme de psychiatrie citoyenne les Invités au festin ont ouvert une nouvelle boutique de vêtements neufs responsables et solidaires : «Fil&Cie, boutique porteuse de sens» rassemble des marques de vêtements engagées et des accessoires upcyclés fabriqués sur place. S'ajoutant aux autres activités d’insertion sociale et citoyenne de personnes en souffrance psychique, elle permet de créer des emplois pour ces personnes en proposant au public des jeans en coton bio, des créations "Made in sens" et des produits textiles issus de récupération. Boutique ouverte 42 rue de Belfort du mardi au samedi. +infos
Voir tout