février 2019

Voies d’apprentis

Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les jeunes rencontrés pour ce dossier apprennent la pâtisserie, la maintenance, le paysagisme ou la pharmacie, autant de domaines qui ont peu à voir entre eux. Leur point commun, c’est l’apprentissage. Un statut commun, plusieurs voies. Ce qui les réunit : une formation concrète, entièrement centrée sur un métier, une alternance entre période en établissement d’enseignement et moments dans des entreprises dont ils sont salariés. Les apprentis sont des élèves déjà dans le monde du travail. Ce qui n’interdit pas de faire des études longues puisque certains vont jusqu’au diplôme d’ingénieur. Pour mieux en rendre compte, la journée portes ouvertes annuelle est organisée le 16 mars. Conjointement, les quelque 130 sites de centres de formation d’apprentis de la région sont ce jour-là accessibles aux visiteurs. Avec des élèves, des enseignants et un personnel administratif prêts à répondre à toutes les questions.
Dossier
- Wienerberger, résolument tourné vers l'apprentissage

- "Ouvrir un salon, c'est mon plus grand rêve !"

- "On applique rapidement ce que l'on apprend en cours"

- L'alternance, c'est déjà de l'expérience

- "Nous avons beaucoup de demandes d'entreprises"

- Et si je faisais mon stage à l'étranger ?

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Frais étudiants


août 2019
Plus de 500 euros d'écart dans les dépenses mensuelles des étudiants selon qu'ils vivent à Paris ou à Limoges. Ce baromètre établi par l'Unef (Union nationale des étudiants de France) classe 42 villes : en moyenne, les dépenses s'élèvent à 1288 euros à Paris. A Dijon, 28e (828 euros) et Besançon, 34e (805 euros), on s'en sort plutôt mieux qu'ailleurs.

Diplômés


août 2019
En 2017, 91 % des jeunes sont sortis du système scolaire avec un diplôme. Ce taux était de 59 % en 1978.

Recherche de salariés dans l'agroalimentaire


août 2019
Les entreprises agroalimentaires locales recherchent des salariés. Actuellement, Pôle emploi recense environ 150 offres  en Bourgogne-Franche-Comté.pour l'intitulé "conduite d'équipement de production alimentaire". Pour pallier une pénurie de main d’œuvre dans ce domaine, l'Enil de Mamirolle, le Greta du Haut-Doubs et Pôle emploi Pontarlier ouvrent une promotion de CAP conducteurs de machines agroalimentaires. Cette formation diplômante est prévue à Pontarlier et Mamirolle du 23 septembre 2019 au 12 août 2020, avec 12 semaines de stage en entreprise. Elle est accessible à toute personne majeure inscrite sur les Pôles emploi ou Missions locales du Haut-Doubs. Qualités requises : ne pas être sensible aux zones de travail humides et chaudes ou froides, être rigoureux, savoir respecter protocoles et normes d'hygiène, sécurité et environnement, savoir communiquer à l'oral et à l'écrit,  comprendre les consignes, être autonome, savoir s'organiser et s'adapter. Une séance d'information est programmée le 6 septembre à 9 h à l'agence Pôle emploi de Pontarlier (6 rue Claude Chappe).

Baby-sitting


juillet 2019
A chaque rentrée, le réseau Information jeunes de Bourgogne-franche-Comté organise des rencontres entres candidats au baby-siitng et parents à la recherche de gardes d'enfants. Renseignements sur babysitting-bfc.fr et dans les structures Information Jeunesse.

Aide à domicile


avril 2019
Le CCAS de la Ville de Besançon recrute des auxiliaires de vie lors des périodes de vacances scolaire. Rôle : accompagner et aider à domicile les personnes âgées ou handicapées dans les actes du quotidien. Permis de conduire exigé. Compétences : ponctualité, adaptabilité, initiative. Infos, 0381412218.
Voir tout