janvier 2020

« Ce projet nous a fait grandir »

Les « Fabriques citoyennes » menées par le Cij de Haute-Saône en 2018-2019 ont été une vraie réussite. Des élèves de la région ont réalisé 19 films sur l’immigration.
Photo Yves Petit
« Ce projet nous a fait grandir » « Ce projet nous a fait grandir »

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Lancées en septembre 2018, les « Fabriques citoyennes » autour de l’histoire de l’immigration se sont terminées en décembre 2019. Une remise des prix à Paris et une rencontre avec Lilian Thuram, parrain de l’opération, à Dijon sont venus conclure un exercice réalisé avec une vingtaine de classes de toute la région. Conclure n’est pas le bon mot : ces fabriques perdurent à travers l’exposition itinérante Bourgogne-Franche-Comté, présence des suds et 19 films de 2 mn créés par les élèves à partir d’archives et du parcours d’immigrants. Exercice pédagogique qui a donné lieu pour eux à recherches historiques, écriture de scénario et de commentaire, montage, enregistrement de voix, visite du musée de l’Immigration à Paris.
L’ensemble a été émaillé de rencontres liées au projet. Des élèves du lycée agricole Granvelle de Dannemarie-sur-Crête ont décidé de raconter l’histoire de Maemon Rahal, musicien syrien expatrié à Besançon. Plus que la satisfaction d’être parvenus à finaliser leur projet, ils retiennent l’utilité de témoigner. « Le musicien nous a beaucoup sensibilisés et émus. Le rencontrer nous a fait grandir. L'immigration est un sujet important sur lequel il faut se pencher actuellement. Les vies des migrants sont difficiles et les migrations ne font qu'augmenter. » Frédérique Roy, la prof d’éducation socio-culturelle qui les a accompagnés, est ravie des heures passées sur le film, d’autant que Maemon Rahal s’est montré très disponible pour rencontrer les élèves : « C’est un enjeu primordial de travailler sur les discriminations dans un lycée agricole, où nos élèves sont souvent très ancrés dans leurs cultures familiale et professionnelle et peu habitués à côtoyer d’autres cultures ».
Les lycéens de Pergaud, à Besançon, eux aussi félicités pour leur film sur Fatima Demougeot, ouvrière de Lip, résument un sentiment général : « c’était hyper intéressant de retracer l’itinéraire d’une personne et de pouvoir la rencontrer ». Chance supplémentaire, la voix off de leur film a été enregistrée par Leïla Slimani. Fatima Demougeot dit ressentir beaucoup d’émotion en voyant le travail réalisé. « J’ai accepté la demande des élèves d'abord parce que leur motivation m’a touchée » dit-elle. Pascal Blanchard, historien du groupe de recherche Achac, avait au départ donné le cadre et les pistes de travail aux élèves. A l’arrivée, il avoue avoir été surpris par la qualité du résultat. « C’était un vrai challenge. Le résultat montre qu’ils ont été à la hauteur, qu’ils ont su à la fois perpétuer la mémoire et transmettre des émotions  Ces films suscitent l’émergence de projets similaires dans d’autres régions.»
En photo
1 - Les lycéens de Granvelle avec Maemon Rahal.

2 - Les élèves du lycée Pergaud autour de Fatima Demougeot

3 - Pascal Blanchard (Achac) et Marie-Pierre Slemett (Crij Bourgogne-Franche-Comté), instigateurs du projet.

En savoir plus
lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Lire aussi
Dossier Histoires d'immigration

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Stéréotypes stéréomeufs


janvier 2020
Adosen lance son 3e concours de scénarios pour lutter contre les stéréotypes de genre. Il est ouvert jusqu'au 7 février aux jeunes de 10 à 19 ans, y compris dans le cadre scolaire. Infos.

Campus car


janvier 2020
Un site de covoiturage local imaginé par les étudiants de l'IUT de Belfort-Montbéliard. Opérationnel depuis 2015, il permet de proposer ou chercher un trajet : campus-car.fr

Solidarité


novembre 2019
Jusqu’au 31 mars les détenteurs de la carte Avantages jeunes sont invités à aider les plus démunis en faisant un don aux Restos du cœur (jeux, jouets, équipements pour bébé, vêtements enfant, soin du corps…). Chaque don sera accompagné de repas financés par le Crédit Mutuel et la Région Bourgogne Franche-Comté. Infos sur avantagesjeunes.com

Restos du coeur


novembre 2019
Jusqu'au 31 mars, la carte Avantages jeunes invite ses détenteurs à aider les plus démunis en faisant un don matériel aux Restos du coeur. Un double geste puisque ce don (jeu, jouet, equipement pour bébé, soin du corps, vêtement enfant) sera accompagné de repas financés par le Crédit Mutuel et la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Histoire(s) en court : visionner les films


juin 2019
Les courts métrages à base d'archives réalisés par les élèves de la région dans le cadre des Fabriques citoyennes 2018-2019 sont à voir ici.
Voir tout