mai 2019

Clément Jacquet, céiste qui sait où il va

Le jeune licencié du SNB a commencé tard et a progressé très vite pour atteindre le niveau national. Aujourd’hui il rêve des Jeux olympiques.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Clément Jacquet est céiste (1), parfois associé à un voire trois coéquipiers, et court sur 100, 500 ou 1 000 m. Une préférence ? «Je suis plutôt polyvalent.» Son coach Andreï Frusinoiu en dit du bien, alors que rien ne l’y oblige. «Clément a commencé assez tard, à 16 ans. Il a débuté par le kayak puis est passé au canoé. Il y avait tout à faire, même s’il avait déjà un bon équilibre. On a développé la force et il a progressé rapidement : au bout d’un an et demi, il était en équipe de France junior ! Il a un bon état d’esprit et vise un objectif : être aux JO 2024. Il aura 25 ans, l’âge idéal.»
En face de lui, Clément Jacquet, 20 ans et des poussières, semble apprécier le profil dressé mais n’en rajoute pas. Il confirme simplement qu’il se sent bien, que l’ambiance du club lui plaît, précisant même qu’il le considère comme «sa deuxième famille». Le jeune homme originaire de Rancenay, à une dizaine de kilomètres de Besançon, est issu d’une famille de sportifs. «Mon père a fait du VTT à très bon niveau. Moi, j’ai débuté par le judo et je courais un petit peu. En revanche, les sports co ne m’attiraient pas trop. Un jour, ma maman m’a inscrit à un stage d’été organisé par le SNB et j’ai tout de suite accroché !». Pendant un an, Clément cumule judo et canoé-kayak, avant d’abandonner le kimono et de s’investir pleinement sur l’eau.
Son quotidien, aujourd’hui, se répartit entre le sport et la fac ou il termine une première année de Staps avant sans doute de bifurquer vers un DUT informatique. Ce choix l’obligera peut-être à quitter Besançon, mais cela n’émeut pas notre homme. «J’ai fait pas mal de demandes, on verra. Si je dois partir, je trouverai une ville qui abrite un pôle France, il y a quelques-unes.»

    
«Bouffer de la borne» 

Revenons  dans le détail sur l’entraînement, hors période de compétition, exigé à ce niveau. Insensé pour le commun des mortels, mais essentiel quand on vise une médaille olympique. Le lundi : 2 séances, une longue et technique le matin, entre 12 et 15 km, et une en vitesse l’après-midi. Le mardi : même programme, avec un peu de musculation en plus. Le mercredi : séance commune avec les jeunes du club. Jeudi et vendredi : à nouveau double ration, avant un samedi plus cool (une séance) et un dimanche off. Ouf…
Ça ne serait pas un peu lourd ? «On est obligé de ‘bouffer de la borne’, afin que la gestuelle devienne un automatisme, explique Clément. Il faut de la force, mais ce sport est beaucoup plus technique que l’on pense.» Lorsqu’il nous explique la position tchèque, l’olive ou le col de cygne, on le croit sur paroles.
Clément est passionné par son sport et accepte volontiers les contraintes. «On sacrifie une partie de notre vie sociale. Moi, si je sors avec mes copains étudiants le jeudi soir, mes séances du vendredi sont foutues, je le sais alors je ne le fais pas. Il faut savoir ce que l’on veut…» explique lucidement le jeune homme, avant d’élargir le débat et de s’indigner que certains sportifs de haut niveau, dans les sports dit confidentiels, dépensent plus qu’ils ne gagnent pour vivre leur passion. «Savez-vous que la moitié des athlètes olympiques vivent en dessous du seuil de pauvreté ?»
Lui, on sait ce qu’il veut : participer, voire gagner, aux Jeux olympiques. Si tout va bien, deux chances se présentent à lui : Paris 2024 et Los Angeles 2028. «Je vais bosser pour ça !».

Christophe Bidal
(1)
Autant clarifier le débat de suite et vous éviter un détour sur Wikipédia : la différence entre un canoë et un kayak tient à la position de l’athlète et la pagaie utilisée. Le céiste est à genoux, en position «tchèque» avec une pagaie simple et le kayakiste, assis, utilise une pagaie double.

Palmarès 2018
• 3e aux championnats de France (monoplace 200 m)
• 11e aux championnats d’Europe moins de 23 ans (biplace)
• 4e aux championnats du monde universitaires (biplace 200 m)
• 5e aux championnats du monde universitaires (biplace 500 m)

SNB canoë-kayak dragon boat
Société nautique de canoë-kayak dragon boat
2 avenue de Chardonnet
25000 Besançon
0381808946
facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.

Tir à l'arc


janvier 2017
Encore une victoire pour Jean-Charles Valladont vainqueur de la coupe du monde indoor de tir à l'arc, qui se déroulait le week-end des 21 et 22 janvier à Nîmes.
Voir tout