juin 2019

Crunch time experience

Troisième édition de la réflexion collaborative organisée par l'Université de technologie de Belfort-Montbéliard. Les élèves ont planché sur 63 sujets.
Crunch time experience

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
La mission acceptée : «de la promotion du festival de la Paille à sa version augmentée, quelles innovations numériques déployer ? Vous avez 5 jours». Dix étudiants de l’UTBM ont planché sur le sujet, en mai dernier. Cette demande du festival de la Paille était l’une des 63 soumises à la sagacité des étudiants, à l’occasion du 3e Crunch time organisé par l’établissement de Sevenans. Résultat pour le groupe «festival de la Paille» : plusieurs idées, dont 2 bien avancées. La première : des écocups interactifs. «Le principe est simple : quand on trinque, le contact des deux gobelets créé une mise en lien sur les réseaux sociaux» résume Tom Laurent, porte-parole du groupe. Les personnes concernées restent libres d’accepter ou non la demande d’amitié, mais cela évite au moins une éventuelle recherche fastidieuse sur la base de bribes d’informations. Seconde proposition, un dôme créant un espace de tranquillité à l’intérieur du festival où le public pourrait s’immerger momentanément dans une ambiance zen. «On est très contents d’avoir abouti à différents concepts dont 2 qu’on a prototypés pour le festival» résume Tom Laurent.
Venu de Gérardmer après le bac pour entrer à l’UTBM, le jeune homme est en 1re année du cycle ingénieur, niveau bac+3. C’est son 2e Crunch time. «C’est intéressant car les groupes rassemblent des élèves de différents niveaux et départements. Cela permet d’additionner les compétences, de se compléter les uns les autres. Surtout quand on s’entend bien comme c’était le cas dans notre groupe. Je trouve également l’exercice très intéressant car à l’école on n’a pas l’occasion de faire des projets destinés à des professionnels. C’est une approche différente, moins scolaire même si les profs sont là en tant que consultants techniques».

   
Rampe pour canoë, lave-vaisselle pour étudiants

Tout organisme peut soumettre des sujets. Les possibilités sont larges, comme le montrent propositions soumises lors de cette édition 2019 : les élèves pouvaient aussi bien tomber sur l’amélioration de la gestion de salles de réunion que sur une rampe pour canoë ou un lave-vaisselle spécial étudiants (certaines idées sont soumises par les élèves eux-mêmes).
Une fois les projets établis, aux commanditaires de s’en saisir, de les développer ou non. Anne Cordier, la représentante du festival de la Paille, était là avec deux casquettes, étant également chargée de mission au PETR mâconnais sud Bourgogne. Ce dernier avait souhaité une réflexion autour d’une plate-forme numérique de la santé. «Je viens du milieu du numérique où il y a des événements de ce type, les hackatons. Le faire sur des métiers d’ingénieur plus larges et à l’échelle universitaire est très intéressant. Les élèves ont pas mal d’imagination, ont des idées surprenantes. Ils ont proposé des choses auxquelles on n’avait pas pensé. Les idées soumises pour le festival de la Paille sont intéressantes. Cela ne veut pas dire qu’on les mettra en place car ensuite les questions de technique, de coût, de fabrication interviennent. Mais c’est un point de départ et peut-être un point de départ vers autre chose. On va réfléchir après le festival 2019. En ce qui concerne la plate-forme de santé, on a bien avancé, avec un algorithme de recherche destiné aux professionnels très performant».
Pour les élèves, voir se concrétiser un projet dans la réalité est un motif de satisfaction. Celui d’avoir réfléchi pour un résultat concret. «L’exercice est quand même éprouvant signale Tom Laurent. On est 1600 dans l’Axone, de 9 h à 17 h pendant 5 jours. C’est bruyant, on ne fait que ça, il faut savoir gérer».

S.P.
UTBM
Université de technologie de Belfort-Montbéliard
Rue de Leupe
90400 Sévenans
0384583000
utbm.fr

Lire aussi
Crunch time, brainstorming géant de l'UTBM

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout