septembre 2019

Entrer dans le monde équestre

Travailler avec des chevaux est d'abord une passion. Si la filière compte de nombreux métiers, ils sont exigeants, avec des débouchés parfois restreints. La formation est donc prépondérante. Quatre établissements agricoles sont spécialisés dans la région. Parmi eux, celui de Levier.
Photo Laurent Cheviet
Entrer dans le monde équestre Entrer dans le monde équestre Entrer dans le monde équestre

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Une trentaine de chevaux, un manège couvert, une carrière semi-couverte, un internat : à Levier, en pleine nature, le lycée Lasalle offre des conditions optimales pour s’aguerrir aux nécessités des métiers avec des chevaux. Bénéfice supplémentaire pour les élèves, «nous sommes une grande famille assure Valérie Lapprand, directrice adjointe de l’établissement. L’équipe d’enseignants et d’encadrement s’implique avec une certaine solidarité. Par exemple, on rend systématiquement visite à chaque élève en stage même si c'est à l'autre bout de la France. Parmi les salariés, les départs sont rares, ce qui est un signe de bonne ambiance».
Le lycée de Levier, appartenant à l'enseignement agricole privé, est l’un des quatre établissements de la région à dispenser des formations aux métiers du cheval (1). C’est aussi le plus ancien et l’un des plus réputés, attirant des élèves de toute la France, malgré un coût d’inscription élevé. Il prépare notamment au Capa soigneur équidés, au bac pro conduite et gestion de l’entreprise hippique (CGEH), au bac pro CGE élevage et propose une option hippologie aux élèves de seconde. Soins et nourriture des chevaux, entretien des boxes sont assurés par les élèves, par demi-classe le matin avant d’aller en cours et par groupes de 3 le week-end. «Ils sont alors en autonomie dans l’établissement, gèrent leur logement, se font à manger eux-mêmes» souligne  Dominique Tissot, coordinatrice de la filière  CGEH.

   Métiers exigeants

L’entrée exige un certain niveau. Les élèves passent un test à cheval d’une heure et un entretien avec le chef d’établissement. «Ces tests servent surtout à déterminer le choix de la formation, Capa ou bac pro. Mais nous ne sommes pas une école d’équitation, ni un centre équestre. En arrivant, les élèves doivent être à l’aise aux 3 allures, savoir sauter.  Nous leur conseillons également de continuer à monter dans leurs clubs». A l'école, l'équitation n'est plus une distraction. Aux yeux des enseignants, il est important que les élèves conservent une activité de loisir, sous peine de lassitude.
«En venant ici, il faut savoir faire la différence entre cheval passion et cheval travail. Se professionnaliser, ce n’est pas tout à fait la même chose que de monter un poney le mercredi. Les métiers de la filière sont souvent exigeants. La condition physique est très importante». Pour aider les élèves (des filles à 95 %), Jean-François Barrère, enseignant d’équitation, s’est formé à la technique Alexander : «C’est à base de renforcement musculaire, de posture, avec l’idée d’être bon à pied pour être bon à cheval. Cette méthode permet au cavalier d’être plus tonique».
Les qualités demandées ne sont pas seulement liées à la pratique équestre : «courage, persévérance, dynamisme, engagement» insistent les responsables.
Les études passent par des périodes de stage. 14 semaines pour la filière CGEH dans des entreprises que les élèves doivent trouver. «C’est de plus en plus compliqué» ne cache pas Valérie Lapprand. Au même titre que les débouchés. Faibles en quantité (près de 150 000 emplois en France quand même), avec une certaine précarité en termes de temps de travail et de salaires, mais variés en qualité puisque les professionnels sont répartis en 28 familles d’activité. On pense à l’élevage ou aux centres équestres, peut-être moins aux domaines des courses, aux métiers de service, à ceux de la santé équine, à l’administratif… Chaque année, un voyage d'étude est organisé pour découvrir un des aspects de la filière.
Illustration de cette relative diviersité de débouchés, au cours de leur scolarité, les élèves abordent le spectacle équestre : avec les conseils de Benjamin Cannelle (troupe Jehol), les bacs pros conçoivent une prestation de A à Z et la présentent aux portes ouvertes du lycée et au salon du cheval à Micropolis. Dominique Tissot complète : «Parmi nos élèves de l’an dernier, 2 poursuivent des études d’ostéopathe pour chevaux, 2 sont en BP Jeps (brevet professionnel menant aux métiers de moniteur ou éducateur sportif), 1 en formation de groom (personne chargée de s’occuper du cheval d’un cavalier professionnel)… Après l’école, nous conseillons aux élèves de poursuivre leurs études.»

S.P.
Se former dans la région

EPL de Quetigny, 21 boulevard Olivier de Serres, 21801 Quetigny cedex
0380718040

Lycée Lasalle, 1 place Crétin, 25270 Levier
0381895858

Lycée agricole Mancy, 410 montée Gauthier Villars, BP 50320, 39015 Lons-le-Saunier cedex
0384471677

Cfa agricole de l’Yonne, 3 route de Champcevrais, 89350 Champignelles
0386451523

Filière et emplois
equiressources.fr

Lire aussi
Je suis responsable de pôle équestre

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Filmer un métier


novembre 2019
"Je filme le métier qui me plaît" est l'occasion pour les élèves de découvrir le monde professionnel, de s’approprier des codes, des savoir-faire et savoir-être spécifiques et pourquoi pas de découvrir leurs propres talents et leur voie. Ce concours est une expérience originale qui permet également de développer des compétences en numérique et audioviuel à travers des projets collectifs. La saison 13 est lancée. Tout est dans l'intitulé : il faut filmer un métier. Cahier des charges, règlement et récompenses sur jefilmelemetierquimeplait.tv. Date limite d'inscription: 19 janvier 2020. Date limite d'envoi des vidéos: 16 mars 2020.

Frais étudiants


août 2019
Plus de 500 euros d'écart dans les dépenses mensuelles des étudiants selon qu'ils vivent à Paris ou à Limoges. Ce baromètre établi par l'Unef (Union nationale des étudiants de France) classe 42 villes : en moyenne, les dépenses s'élèvent à 1288 euros à Paris. A Dijon, 28e (828 euros) et Besançon, 34e (805 euros), on s'en sort plutôt mieux qu'ailleurs.

Diplômés


août 2019
En 2017, 91 % des jeunes sont sortis du système scolaire avec un diplôme. Ce taux était de 59 % en 1978.

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058
Voir tout