février 2019

Joséphine Pagnier sur une bonne trajectoire

A 16 ans, elle a marqué son premier point en coupe du monde A, en décembre à Prémanon. La jeune fille de Chaux-Neuve est l’une des espoirs du saut à skis français.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le 15 décembre 2018 restera une date marquante dans la vie de Joséphine Pagnier. La jeune sportive a marqué son premier point en coupe du monde de saut à skis féminin. Pas seulement symbolique : marquer un point en coupe du monde ouvre droit à une participation « à vie », à condition de faire partie de sa sélection nationale (1). «On n’avait pas vraiment fixé d’objectif pour elle commente Alex Mougin, l’un des entraîneurs de l’équipe de France. On était plutôt dans l’idée de l’apprentissage, de lui faire prendre de l’expérience. Avec ce résultat, elle a plus que rempli son contrat. C’est plus qu’espéré et c’est très encourageant pour la suite».
Comme Joséphine Pagnier n’a que 16 ans, la suite immédiate a été un beau mois de janvier : elle a gagné les deux concours de la coupe des pays alpins à Schonach (Allemagne) avant de participer aux mondiaux juniors à Lahti en Finlande : 9e en indviduelle au HS 100 et deux 6es places avec les équipes de France féminine et mixte.

   De Chaux-Neuve
   à Moûtiers


La manche de coupe du monde du 15 décembre se déroulait à Prémanon. Presque à domicile pour Joséphine, originaire de Chaux-Neuve. «Mon père s’occupe du tremplin alors je connais l’environnement du saut à skis depuis toute petite. Vers 6-7 ans, il m’a fait essayer le saut. Dès le premier, j’ai trouvé ça vraiment bien. Mais je ne m’attendais pas à y consacrer ma vie ! Au début, je faisais ça pour le plaisir, pas pour les résultats». Elle pratique également le ski de fond, «mais seulement comme loisir» et la gym qui l’aide à garder la souplesse nécessaire à son sport de prédilection.
Pour elle désormais, beaucoup de choses tournent autour du saut. Pour rejoindre les meilleures françaises, elle a quitté le haut Doubs pour la Savoie et le lycée Croizat à Moûtiers où les sportifs de haut niveau ont des horaires aménagés pour passer le bac en 4 ans. «On est une classe de sportifs avec un emploi du temps qui permet de s’entraîner sans être trop surchargés». Si elle a intégré l’équipe de France B l’an dernier, les changements de vie et une blessure au genou ont mis un frein à sa progression. «C’était normal estime Alex Mougin. Maintenant, elle revient à un niveau intéressant».

   Point fort : le vol

En père avisé, Joël Pagnier suit les performances de sa fille : «En grandissant, l’équilibre change de place, alors il faut s’adapter. Elle a des qualités de vol. Comme elle est jeune, ça ne pousse pas trop fort à la table. Mais elle est en train de se muscler, alors ça va venir». Joséphine ajoute l’importance de l’encadrement, des structures, des conditions apportées par l’équipe de France. Elle sait également ce qu’elle doit améliorer. «C’est vrai que la phase où j’ai le plus de mal, c’est la poussée. Il faut faire beaucoup de répétitions au sol. Mon point fort, c’est plutôt le vol».
Descendre une pente de 90 m ou plus à un angle d’environ 35° pour arriver à près de 100 km/h au moment de décoller, avec un petit voile noir au moment de l’envol, garder l’équilibre en l’air, atterrir : l’ensemble a l’air aussi compliqué que fascinant pour les non-pratiquants. «Quand j’étais petite, on ne me donnait pas trop de techniques se souvient Joséphine. On saute plutôt à l’intuition, chacun fait à sa façon puis on corrige au fur et à mesure et des automatismes se créent». Elle ajoute qu’avec la compétition, «il y a un petit stress que j’aime bien». Et si elle regarde comment font les autres, elle ne prend pas de modèle sur le plan technique. «Mais j’aime bien Jason Lamy Chappuis parce que c’est un bon exemple qui vient d’ici. Pendant sa carrière, il parlait beaucoup aux jeunes, restait simple, sans prendre la grosse tête».

Stéphane Paris
(1)
Les compétitions internationales sont organisées en 4 niveaux. Les points marqués à chaque niveau permettent de participer aux épreuves de l'échelon supérieur pendant la saison en cours. Mais seuls les points marqués en coupe du monde A donnent droit à une participation "à vie" (pour cela, il faut faire partie des 30 premières lors d'une épreuve).

Parcours
Centre interrégional d'entraînement
Lycée polyvalent Ambroise Croizat
244 avenue de la Libération
73604 Moûtiers Tarentaise cedex
0479242177


Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.

Tir à l'arc


janvier 2017
Encore une victoire pour Jean-Charles Valladont vainqueur de la coupe du monde indoor de tir à l'arc, qui se déroulait le week-end des 21 et 22 janvier à Nîmes.
Voir tout