août 2019

Jouer pour parler santé

Le jeu «Pass’santé jeunes» relaie le site du même nom. L’initiative lancée à Longvic a essaimé dans toute la région grâce à l’Agence régionale de santé.
Photo Yves Petit
Jouer pour parler santé Jouer pour parler santé

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Un plateau, des dés, des pions. Un jeu qui se joue autour d’une table par équipe, 6 maximum et qui tourne autour d’un sujet : la santé. A priori peu ludique et pourtant, voir et entendre Sammy, Corentin et Pauline se prendre au jeu des questions posées et en débattre entre eux laisse supposer que l’idée fonctionne. Les 3 jeunes de Longvic âgés de 16 à 18 ans, s’interrogent, réfléchissent, ne sont pas d’accord entre eux, défendent leur point de vue. Au fil des cartes tirées, 7 thèmes sont abordés : les accidents, le mal être, l’environnement, internet, les addictions, la vie affective et sexuelle, le corps. Tout n’est pas simple. Question sécurité routière pour les moins de 11 ans (les cartes sont adaptées à 3 groupes d’âges, -11, +16 et 12-15) : «le piéton est prioritaire dans n’importe quelle situation, vrai ou faux ?». 
Chaque carte est divisée en 3 : un sujet de réflexion-débat tel que la phrase précédente, une question-réponse («Que faire en cas de brûlure ? En cas de coupure ?»), une action («Mimer un chagrin d’amour»).

   1000 exemplaires en circulation ou en vente

Pas évident de parler santé avec les jeunes ? Ce jeu de plateau «Pass’santé jeunes» est peut-être un bon moyen d’y parvenir. L’idée est venue du Point information jeunesse de Longvic, elle a été testée puis affinée par l’Ireps et financée par l’ARS (1). A chaque étape, la pertinence du produit a été validée. «En 2016, j’ai assisté à la présentation du site Pass’santé jeunes de l’Ireps raconte Emmanuelle Lopez, animatrice du Pij de Longvic. Avec Anthony Raymond, qui était stagiaire au Pij, on a réfléchi à un moyen d’amener les jeunes vers ce site. On a pensé à cette idée de jeu de plateau en interaction avec le site. On a élaboré une première version avec une classe de 4e du collège Roland Dorgelès. Plusieurs collègues du réseau IJ, notamment dans la Nièvre, l’ont utilisé avec satisfaction».
Le jeu est un outil permettant non seulement de délivrer des connaissances en matière de prévention santé, mais aussi de développer une pensée critique par rapport à une information, de lutter contre les idées reçues, d’apprendre à s’exprimer et à débattre. Accessoirement, il permet aux animateurs, éducateurs, enseignants, de se faire une idée plus précise des savoirs et méconaissances des jeunes. «Parfois, des réponses surprennent note Emmanuelle Lopez. On voit des très jeunes qui ont bien intégré la prévention, d’autres qui sont étonnants dans leurs réactions. On note que c’est beaucoup moins lié à l’âge qu’à l’éducation».
Séduite, l’ARS a décidé de financer un développement du jeu, confié à l’Ireps. «L’idée de passer par le jeu nous a beaucoup plu relate Agathe Sandon, chargée d’ingénierie documentaire de l’Ireps. C’est un support qui permet davantage de liens entre le site et les jeunes. Le côté ludique permet de faire passer plus facilement les messages». L’Ireps a apporté quelques modifications pour aboutir au projet actuel, plus élaboré, «avec le souci de délivrer des infos qui ne se périment pas dans l’immédiat». 1000 exemplaires ont été produits par l’ARS. Certains sont en circulation dans le réseau IJ et d’autres établissements publics, d’autres sont en vente à l'Ireps.

S.P.




Commander le jeu

Jeu en vente 58 euros, à commander auprès de Ireps Bourgogne-Franche-Comté 3 avenue Louise Michel 25000 Besançon 03 81 41 90 90 - a.soulet@ireps-bfc.org
Bulletin de commande


(1)
Point information jeunesse, 43 route de Dijon, 21600 Longvic (0380684423).
Instance régionale de promotion et d’éducation pour la santé de Bourgogne-Franche-Comté, 2 place des Savoirs, immeuble le Diapason, 21000 Dijon (0380667348)
Agence régionale de santé, 2 place des Savoirs, immeuble le Diapason, 21000 Dijon (0820208520)

pass-santejeunes.org

Ce projet initié par l’ARS et mis en œuvre par l’Ireps Bourgogne-Franche-Comté s’inscrit dans le Projet régional de santé. Il a piour objectifs majeurs de renouveler la prévention auprès des jeunes en cohérence avec leurs pratiques numériques, de mettre à leur disposition un portail de ressources fiables, de créer un réseau multipartenarial de promotion de la santé autour des jeunes.

pass-santejeunes.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Nutri-score


octobre 2019
Ce logo sur les produits alimentaires associe une couleur et une lettre pour indiquer la valeur nutritionnelle. D'après une étude de l'équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle de l'Inserm menée auprès de 2907 étudiants, l'utilisation des denrées portant ce logo engendre une consommation moindre de calories et d'acides gras saturés.

Pass'sport forme


décembre 2018
Le Réseau de prévention et prise en charge de l'obésité pédiatrique a mis en place un Pass'sport forme destiné aux jeunes de 7 à 17 ans qui se trouvent en difficulté à cause de leur poids. Moyennant 30 euros, il leur permet de participer à des ateliers éducatifs sportifs hebdomadaires dans une vingtaine de villes du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort. +infos 0381219002

#MoisSansTabac


octobre 2018
Sous ce hashtag, un défi collectif : proposer aux fumeurs d’arrêter pendant un mois (voire plus) avec le soutien de leurs proches. Pour cela, une campagne d’information a désormais pris ses habitudes en novembre. Elle est accompagnée de nombreux outils : un kit d’aide à l’arrêt pour mettre toutes les chances de son côté, une appli e-coaching qui sert aussi de rappel quotidien, un numéro de téléphone permettant de joindre des tabacologues du lundi au samedi de 8 h à 20 h (38 89) et des comptes facebook et twitter sur lesquels sont partagés les astuces et conseils des participants. En savoir plus.

Tabac


mai 2018
Pour continuer à lutter contre le tabagisme, le gouvernement vient de décider que deux traitements de substitution nicotinique sont désormais remboursables : des « gommes à mâcher »  depuis le 22 mars 2018 et des « patchs » depuis le 16 mai 2018. Cette prise en charge permet à tous les patients l’accès à ces traitements de substitution,  supprime l’avance de frais, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

Drogues


octobre 2017
En France, l'alcool est de loin la plus répandue des substances psychoactives (47 millions d'expérimentateurs, 43 millions d'usagers dans l'année, 9 millions d'usagers réguliers, 5 millions d'usagers quotidiens) devant le tabac (38 milions d'expérimentateurs, 17 millions d'usagers dans l'année, 14 millions d'usagers quotidiens) et le cannabis (17 millions d'expérimentateurs, 1,4 million d'usagers réguliers, 700 000 usagers quotidiens). Cocaïne : 2,2 millions d'expérimentateurs dont 450 000 usagers dans l'année. MDMA/ecstasy : 1,7 million d'expérimentateurs dont 400 000 usagers dans l'année. Héroïne : 600 000 expérimentateurs. Source : observatoire français des drogues et des toxicomanies.
Voir tout