août 2019

Jouer pour parler santé

Le jeu «Pass’santé jeunes» relaie le site du même nom. L’initiative lancée à Longvic a essaimé dans toute la région grâce à l’Agence régionale de santé.
Photo Yves Petit
Jouer pour parler santé Jouer pour parler santé

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Un plateau, des dés, des pions. Un jeu qui se joue autour d’une table par équipe, 6 maximum et qui tourne autour d’un sujet : la santé. A priori peu ludique et pourtant, voir et entendre Sammy, Corentin et Pauline se prendre au jeu des questions posées et en débattre entre eux laisse supposer que l’idée fonctionne. Les 3 jeunes de Longvic âgés de 16 à 18 ans, s’interrogent, réfléchissent, ne sont pas d’accord entre eux, défendent leur point de vue. Au fil des cartes tirées, 7 thèmes sont abordés : les accidents, le mal être, l’environnement, internet, les addictions, la vie affective et sexuelle, le corps. Tout n’est pas simple. Question sécurité routière pour les moins de 11 ans (les cartes sont adaptées à 3 groupes d’âges, -11, +16 et 12-15) : «le piéton est prioritaire dans n’importe quelle situation, vrai ou faux ?». 
Chaque carte est divisée en 3 : un sujet de réflexion-débat tel que la phrase précédente, une question-réponse («Que faire en cas de brûlure ? En cas de coupure ?»), une action («Mimer un chagrin d’amour»).

   1000 exemplaires en circulation ou en vente

Pas évident de parler santé avec les jeunes ? Ce jeu de plateau «Pass’santé jeunes» est peut-être un bon moyen d’y parvenir. L’idée est venue du Point information jeunesse de Longvic, elle a été testée puis affinée par l’Ireps et financée par l’ARS (1). A chaque étape, la pertinence du produit a été validée. «En 2016, j’ai assisté à la présentation du site Pass’santé jeunes de l’Ireps raconte Emmanuelle Lopez, animatrice du Pij de Longvic. Avec Anthony Raymond, qui était stagiaire au Pij, on a réfléchi à un moyen d’amener les jeunes vers ce site. On a pensé à cette idée de jeu de plateau en interaction avec le site. On a élaboré une première version avec une classe de 4e du collège Roland Dorgelès. Plusieurs collègues du réseau IJ, notamment dans la Nièvre, l’ont utilisé avec satisfaction».
Le jeu est un outil permettant non seulement de délivrer des connaissances en matière de prévention santé, mais aussi de développer une pensée critique par rapport à une information, de lutter contre les idées reçues, d’apprendre à s’exprimer et à débattre. Accessoirement, il permet aux animateurs, éducateurs, enseignants, de se faire une idée plus précise des savoirs et méconaissances des jeunes. «Parfois, des réponses surprennent note Emmanuelle Lopez. On voit des très jeunes qui ont bien intégré la prévention, d’autres qui sont étonnants dans leurs réactions. On note que c’est beaucoup moins lié à l’âge qu’à l’éducation».
Séduite, l’ARS a décidé de financer un développement du jeu, confié à l’Ireps. «L’idée de passer par le jeu nous a beaucoup plu relate Agathe Sandon, chargée d’ingénierie documentaire de l’Ireps. C’est un support qui permet davantage de liens entre le site et les jeunes. Le côté ludique permet de faire passer plus facilement les messages». L’Ireps a apporté quelques modifications pour aboutir au projet actuel, plus élaboré, «avec le souci de délivrer des infos qui ne se périment pas dans l’immédiat». 1000 exemplaires ont été produits par l’ARS. Certains sont en circulation dans le réseau IJ et d’autres établissements publics, d’autres sont en vente à l'Ireps.

S.P.




Commander le jeu

Jeu en vente 58 euros, à commander auprès de Ireps Bourgogne-Franche-Comté 3 avenue Louise Michel 25000 Besançon 03 81 41 90 90 - a.soulet@ireps-bfc.org
Bulletin de commande


(1)
Point information jeunesse, 43 route de Dijon, 21600 Longvic (0380684423).
Instance régionale de promotion et d’éducation pour la santé de Bourgogne-Franche-Comté, 2 place des Savoirs, immeuble le Diapason, 21000 Dijon (0380667348)
Agence régionale de santé, 2 place des Savoirs, immeuble le Diapason, 21000 Dijon (0820208520)

pass-santejeunes.org

Ce projet initié par l’ARS et mis en œuvre par l’Ireps Bourgogne-Franche-Comté s’inscrit dans le Projet régional de santé. Il a piour objectifs majeurs de renouveler la prévention auprès des jeunes en cohérence avec leurs pratiques numériques, de mettre à leur disposition un portail de ressources fiables, de créer un réseau multipartenarial de promotion de la santé autour des jeunes.

pass-santejeunes.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Renoncement aux soins


avril 2020
Selon les organismes de santé, certains patients n’osent plus se rendre en établissement de santé ou appeler leur médecin, pour des motifs autres que des symptômes liés au coronavirus. La Fehap, la Fédération hospitalière de France, la Fédération de l’hospitalisation privée, France Assos Santé, Unicancer et l’Union nationale des professionnels de santé rappellent que ces renoncements aux soins peuvent engendrer de graves dommages, particulièrement pour des pathologies chroniques ou aigües. Il est essentiel de continuer à se soigner et que les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées. En cas de doute sur son état de santé, il faut continuer à contacter son médecin ou d’appeler le 15, selon la situation.

Confinement et santé sexuelle


avril 2020
Malgré les circonstances, le Planning familial reste disponible pour toute personne qui souhaiterait échanger sur la contraception, l'avortement, la sexualité... en composant le numéro vert national 0800 08 11 11 (anonyme et gratuit). Le Planning familial rappelle que la contraception est possible, même confiné, l'avortement est toujours possible à l’hôpital ou en cabinet médical : l'IVG est un soin urgent ne pouvant être reporté. L’annuaire du numéro vert est à jour pour la Bourgogne Franche-Comté afin d’orienter au mieux les
personnes.

Covid-19 : courses et alimentation


avril 2020
Face au virus, quelles précautions avec les courses et les aliments ? Voici ce que recommande l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Covid-19


mars 2020
Faire circuler des idées fausses sur cette maladie est non seulement inutile mais également contre-productif en termes de lutte contre l'épidémie. Les principales fausses informations :
- Le virus meurt avec la chaleur. A moins d’une accélération brusque du réchauffement climatique, il ne faut pas compter dessus. Selon les estimations scientifiques, il faudrait une exposition à 56° pendant 20 à 30 mn.
- Boire chaud tue le virus. Faux. Ingurgiter un liquide à 56° pendant 20 minutes, alors ? Ce n’est pas recommandé, ni même garant du résultat.
- Boire un gargarisme avec une solution désinfectante tue le virus. Cette idée ne figure dans aucune recommandation d’aucune autorité sanitaire.
- Pour savoir si l’on est infecté, il faut retenir son souffle 10 secondes et observer si l’on y arrive sans toux ni oppression. Test non validé. Ou alors, il faut avertir les scientifiques que le test en laboratoire coûte un peu cher par rapport à cette méthode. Non seulement c’est inexact, mais les personnes prenant cette idée pour vraie peuvent se croire non infectées et abandonner les précautions recommandées.

Nutri-score


octobre 2019
Ce logo sur les produits alimentaires associe une couleur et une lettre pour indiquer la valeur nutritionnelle. D'après une étude de l'équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle de l'Inserm menée auprès de 2907 étudiants, l'utilisation des denrées portant ce logo engendre une consommation moindre de calories et d'acides gras saturés.
Voir tout