novembre 2019

Musique niveau supérieur

Depuis 10 ans, l’Ecole supérieure de musique Bourgogne-Franche-Comté forme des enseignants et/ou interprètes à l’excellence.
Photo Yves Petit
Musique niveau supérieur Musique niveau supérieur Musique niveau supérieur

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Ils sont encore élèves mais avec un tel niveau qu’ils se produisent en concert dans toute la région. Entrer à l’Ecole supérieure de musique de Bourgogne-Franche-Comté, c’est déjà mettre un pied dans l’univers professionnel : la saison de l’ESM comporte 50 prestations scéniques publiques. Créer un spectacle fait d’ailleurs partie du cursus de chaque étudiant. Il le conçoit et le réalise de A à Z, dans la forme de son choix.  Les élèves passent aussi par un projet médiation, action culturelle collective vers un public dit « empêché » (prison, hôpital, école…). « Les mettre en situation professionnelle est notre point fort. Nous insistons sur la pluridisciplinarité avec des ouvertures sur la danse et le théâtre insiste Viviana Amodeo, la directrice de l’établissement. Cette passerelle vers d’autres arts est un intérêt pour les étudiants : c’est un parcours moderne et un atout pour leur vie professionnelle. La musique est partout, y compris dans les arts plastiques qui utilisent de plus en plus les installations sonores ». Dans cette logique, l’Ecole supérieure de musique de Bourgogne-Franche-Comté devrait ouvrir un cursus métier de la création à la rentrée prochaine. « Il sera le plus transversal et pluridisciplinaire possible avec des partenariats jusqu’à la scène numérique de Montbéliard ». A l’école, on n’hésite pas à mettre ensemble des disciplines différentes, à faire jouer un accordéon avec un chanteur lyrique et un instrumentiste jazz.
Ceux qui arrivent à l’Ecole supérieure de musique ont déjà une maîtrise avérée. Pour s’inscrire au concours d’entrée, il faut le bac et un cursus au conservatoire complet, validé par un DEM.  « Il faut déjà se sentir en situation professionnelle » ajoute la directrice. L’ESM complète ces compétences pour qu’ils deviennent musiciens, enseignants et depuis l’an dernier musiciens d'orchestre et de fosse en formation continue (une première en France).

Musiques ancienne, traditionnelle, vocale, actuelle

L’école est née il y a 10 ans. Travaillant en partenariat avec l’Université de Bourgogne et les conservatoires de Dijon et du Grand Chalon, elle propose trois diplômes en formation initiale : un diplôme national supérieur de musicien mené en parallèle à une licence universitaire de pratique musicale et un diplôme d’Etat de professeur de musique, également accessible en formation continue. Le cursus est possible en musiques ancienne, instrumentale, vocale ou actuelles. « Le département jazz et musiques actuelles amplifiées est peut-être le plus important de France » sourit Viviana Amodeo.
L’école est l’un des 10 pôles supérieurs en France. Viviana Amodeo se félicite d’un environnement régional propice, avec notamment des conservatoires de haut niveau. « Il y a des ressources très importantes dans la région : deux orchestres (1), un opéra, un festival international avec un concours de jeunes chefs d’orchestre, une équipe de musique ancienne à Besançon reconnue au niveau mondial. Le conservatoire de Chalon a été le premier en France a être accrédité pour les nouvelles classes préparatoires… »
Vivre de la musique n’est pas évident. Le parcours à l’ESM demande efforts et travail. C’est encore et toujours la question d’être déjà en mode professionnel. Pendant les années à l’ESM, les différentes actions les encouragent à nouer des contacts qui pourront être utiles pour la suite. « Tout en continuant le travail de fond technique et musical, nous les incitons à s’immerger qui dans un orchestre, qui dans le chœur de l’opéra , ce qui est exceptionnel pour des élèves ». Le souhait de Viviana Amodeo est « d'offrir aux étudiants un parcours d’excellence ancré dans le territoire pour qu’ils puissent s’insérer dans la vie active. Mais l’idée est en même temps de faire profiter le territoire de leurs talents ».
A cette fin, la directrice aimerait tendre vers un changement de perspective, « mettre la maquette de formation au service de l’étudiant et non l’inverse » comme c’est souvent le cas. Personnaliser le plus possible chaque parcours est un credo rendu réaliste par la petite taille de l’école. « Il faut trouver un équilibre entre la formation et la préparation à la vie professionnelle, sans rester dans un académisme fermé. Nous sommes dans un dialogue, à l’écoute des réflexions et des suggestions des élèves, de leurs difficultés théoriques et pratiques... Un artiste a une personnalité singulière, on encourage cette singularité. Etre musicien est une voie difficile, voire très difficile, qui demande de l’équilibre et de la force mentale, avec un statut d’intermittent fait d’incertitude, mais  avec ce bel objectif d’apporter du bonheur à toute la société ». L’école affiche des taux d'insertion professionnelle de 95% à 100% 3 ans après l'obtention du dernier diplôme.

Stéphane Paris
En savoir plus
ESM Bourgogne-Franche-Comté
36-38 rue Chabot-Charny
21000 Dijon
0380589890



(1)
Orchestre Dijon Bourgogne et Orchestre Victor Hugo.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Filmer un métier


novembre 2019
"Je filme le métier qui me plaît" est l'occasion pour les élèves de découvrir le monde professionnel, de s’approprier des codes, des savoir-faire et savoir-être spécifiques et pourquoi pas de découvrir leurs propres talents et leur voie. Ce concours est une expérience originale qui permet également de développer des compétences en numérique et audioviuel à travers des projets collectifs. La saison 13 est lancée. Tout est dans l'intitulé : il faut filmer un métier. Cahier des charges, règlement et récompenses sur jefilmelemetierquimeplait.tv. Date limite d'inscription: 19 janvier 2020. Date limite d'envoi des vidéos: 16 mars 2020.

Frais étudiants


août 2019
Plus de 500 euros d'écart dans les dépenses mensuelles des étudiants selon qu'ils vivent à Paris ou à Limoges. Ce baromètre établi par l'Unef (Union nationale des étudiants de France) classe 42 villes : en moyenne, les dépenses s'élèvent à 1288 euros à Paris. A Dijon, 28e (828 euros) et Besançon, 34e (805 euros), on s'en sort plutôt mieux qu'ailleurs.

Diplômés


août 2019
En 2017, 91 % des jeunes sont sortis du système scolaire avec un diplôme. Ce taux était de 59 % en 1978.

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058
Voir tout