novembre 2019

Sur la voie de l’apprentissage

Les CFA du Pays de Montbéliard, de Belfort et l’Acerep Héricourt recrutent désormais en prépa-apprentissage. À Bethoncourt, huit jeunes ont débuté cette formation basée sur un suivi individualisé et sur la découverte de différents métiers.
Photo Pauline Moiret-Brasier
Sur la voie de l’apprentissage

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Alexis, Théo et Kamari sont âgés de 16 à 17 ans. En cette matinée de rentrée, ils découvrent le métier du service dans le restaurant pédagogique du CFA du Pays de Montbéliard, à Bethoncourt. Tout au long de leur parcours en prépa-apprentissage, ils vont tourner sur l’ensemble des ateliers professionnels, mêlés aux apprentis du CFA, participer à des modules de formation et bénéficier de stages en entreprise.

Des parcours variés

Le dispositif s’adresse aux jeunes de 16 à 29 ans, « décrocheurs » du système scolaire. Mais il arrive que certains aient aussi du mal à trouver leur voie ou se soient trompés d’orientation par le passé. Ainsi, Théo confie avoir débuté une formation professionnelle dans la mécanique-automobile qui ne correspondait pas à ses aspirations. Après un lycée général, Kamari s’était quant à lui orienté en CAP menuiserie avant de renoncer. Une chose est sûre « être assis sur une chaise à écouter un professeur » n’est pas fait pour lui. Ce qui le motive davantage, c’est « la pratique et la perspective d’un emploi ». Dans l’atelier pâtisserie, Héléna explique quant à elle avoir débuté une formation coiffure, qu’elle n’a pu poursuivre pour cause d’allergie. Elle trouve grâce à ce cursus, le moyen de rebondir. « Au CFA, on prend en compte le parcours et les spécificités de chacun », observe Christophe Straumann, le directeur.

Des formations souvent rémunérées

Pour l’heure, l’établissement compte huit élèves en prépa-apprentissage. « Ils sont repérés par l’Espace Jeune, la Mission locale, Pôle emploi et autres « prescripteurs ». Tous bénéficient du statut de Stagiaire de la formation professionnelle », explique Fabienne Nador, coordinatrice de la prépa-apprentissage au CFA du Pays de Montbéliard. La formation est donc prise en charge par l’État. En fonction de leur parcours, les jeunes peuvent prétendre à une indemnisation sous réserve d’être inscrits à la Mission locale ou à Pôle emploi.

Montbéliard, un établissement pilote

Le CFA du Pays de Montbéliard est pilote de ce projet auquel ont répondu le CFA municipal de Belfort et l’ACEREP d’Héricourt, dans le cadre de la réforme du gouvernement sur l’apprentissage. Il peut orienter les jeunes sur chacun des établissements en fonction de leurs aspirations. À terme, l’objectif pour eux est de signer un contrat d’apprentissage dans le domaine qu’ils auront choisi. Un sésame qui peut désormais être ouvert à tout moment de l’année !

Pauline Moiret-Brasier
En savoir plus
CFA du Pays de Montbéliard, rue des Frères Lumière, 25200 Bethoncourt 
CFA municipal de Belfort, 2 rue René Cassin, 90000 Belfort
Acerep R2D formation, 33 avenue Léo Jouhaux, 70400 Héricourt

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Filmer un métier


novembre 2019
"Je filme le métier qui me plaît" est l'occasion pour les élèves de découvrir le monde professionnel, de s’approprier des codes, des savoir-faire et savoir-être spécifiques et pourquoi pas de découvrir leurs propres talents et leur voie. Ce concours est une expérience originale qui permet également de développer des compétences en numérique et audioviuel à travers des projets collectifs. La saison 13 est lancée. Tout est dans l'intitulé : il faut filmer un métier. Cahier des charges, règlement et récompenses sur jefilmelemetierquimeplait.tv. Date limite d'inscription: 19 janvier 2020. Date limite d'envoi des vidéos: 16 mars 2020.

Frais étudiants


août 2019
Plus de 500 euros d'écart dans les dépenses mensuelles des étudiants selon qu'ils vivent à Paris ou à Limoges. Ce baromètre établi par l'Unef (Union nationale des étudiants de France) classe 42 villes : en moyenne, les dépenses s'élèvent à 1288 euros à Paris. A Dijon, 28e (828 euros) et Besançon, 34e (805 euros), on s'en sort plutôt mieux qu'ailleurs.

Diplômés


août 2019
En 2017, 91 % des jeunes sont sortis du système scolaire avec un diplôme. Ce taux était de 59 % en 1978.

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058
Voir tout