novembre 2019

Sur la voie de l’apprentissage

Les CFA du Pays de Montbéliard, de Belfort et l’Acerep Héricourt recrutent désormais en prépa-apprentissage. À Bethoncourt, huit jeunes ont débuté cette formation basée sur un suivi individualisé et sur la découverte de différents métiers.
Photo Pauline Moiret-Brasier
Sur la voie de l’apprentissage

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Alexis, Théo et Kamari sont âgés de 16 à 17 ans. En cette matinée de rentrée, ils découvrent le métier du service dans le restaurant pédagogique du CFA du Pays de Montbéliard, à Bethoncourt. Tout au long de leur parcours en prépa-apprentissage, ils vont tourner sur l’ensemble des ateliers professionnels, mêlés aux apprentis du CFA, participer à des modules de formation et bénéficier de stages en entreprise.

Des parcours variés

Le dispositif s’adresse aux jeunes de 16 à 29 ans, « décrocheurs » du système scolaire. Mais il arrive que certains aient aussi du mal à trouver leur voie ou se soient trompés d’orientation par le passé. Ainsi, Théo confie avoir débuté une formation professionnelle dans la mécanique-automobile qui ne correspondait pas à ses aspirations. Après un lycée général, Kamari s’était quant à lui orienté en CAP menuiserie avant de renoncer. Une chose est sûre « être assis sur une chaise à écouter un professeur » n’est pas fait pour lui. Ce qui le motive davantage, c’est « la pratique et la perspective d’un emploi ». Dans l’atelier pâtisserie, Héléna explique quant à elle avoir débuté une formation coiffure, qu’elle n’a pu poursuivre pour cause d’allergie. Elle trouve grâce à ce cursus, le moyen de rebondir. « Au CFA, on prend en compte le parcours et les spécificités de chacun », observe Christophe Straumann, le directeur.

Des formations souvent rémunérées

Pour l’heure, l’établissement compte huit élèves en prépa-apprentissage. « Ils sont repérés par l’Espace Jeune, la Mission locale, Pôle emploi et autres « prescripteurs ». Tous bénéficient du statut de Stagiaire de la formation professionnelle », explique Fabienne Nador, coordinatrice de la prépa-apprentissage au CFA du Pays de Montbéliard. La formation est donc prise en charge par l’État. En fonction de leur parcours, les jeunes peuvent prétendre à une indemnisation sous réserve d’être inscrits à la Mission locale ou à Pôle emploi.

Montbéliard, un établissement pilote

Le CFA du Pays de Montbéliard est pilote de ce projet auquel ont répondu le CFA municipal de Belfort et l’ACEREP d’Héricourt, dans le cadre de la réforme du gouvernement sur l’apprentissage. Il peut orienter les jeunes sur chacun des établissements en fonction de leurs aspirations. À terme, l’objectif pour eux est de signer un contrat d’apprentissage dans le domaine qu’ils auront choisi. Un sésame qui peut désormais être ouvert à tout moment de l’année !

Pauline Moiret-Brasier
En savoir plus
CFA du Pays de Montbéliard, rue des Frères Lumière, 25200 Bethoncourt 
CFA municipal de Belfort, 2 rue René Cassin, 90000 Belfort
Acerep R2D formation, 33 avenue Léo Jouhaux, 70400 Héricourt

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

#Reussitevirale


mars 2020
Avec #reussitevirale, Article1 et la Fage viennent en aide aux lycéens, puis aux étudiants, isolés pendant le confinement. L'idée : faire appel à des étudiants bénécoles pour les aider, en particulier dans la préparation du bac. 3000 d'entre eux se sont rapidement inscrits sur la plateforme reussitevirale.fr. A tel point que le dispositif est élargi à tous les professionnels se sentant prêts à aider les jeunes en coaching, en préparation d'examen ou de concours, en langues, en aide aux techniques de recherche d'emploi ou de stage. «Si les lycéen.ne.s issus de milieux populaires sont fortement concernés par le risque de décrochage, de nombreux étudiant.e.s sont aussi dans une situation de fragilité pendant cette période de confinement. Difficultés financières renforcées, isolement social pour ceux restés seuls dans leur logement étudiant, heures supplémentaires pour ceux travaillant dans les secteurs de l’alimentation par exemple… Le risque d’échec académique et professionnel se renforce encore plus. En tant que dispositif d’égalité des chances, nous donnons la préférence dans les mises en relations aux jeunes boursiers. Nous accordons également la priorité aux enfants des personnes qui travaillent en première ligne pour gérer la crise sanitaire et la continuité des services» explique Amélie Nicaise, coordinatrice du programme.

Handiciviq


mars 2020
Ce projet créé par l’UFCV en Occitanie vise à favoriser l’accès des jeunes en situation de handicap au service civique. Pour eux, l’accès est ouvert jusqu’à 30 ans, mais ils représentent seulement 1 % des engagements. En Bourgogne-Franche-Comté, l’UFCV relaie ce dispositif et propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.

Service civique


mars 2020
Le service civique est un engagement volontaire, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme (et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap). C’est un contrat de 6 à 12 mois, indemnisé de 577 € net par mois. Il peut être effectué dans des associations, des collectivités territoriales ou des établissements publics en France ou à l’étranger.

Apprentissage et rémunération


février 2020
La rémunération mensuelle d’un apprenti est fixée sur la base d’un temps plein d’environ 152 heures. Elle varie, en fonction de l’âge et du nombre d’année de formation, de 415 euros à 1200 euros. Les rémunérations des heures supplémentaires sont celles qui sont applicables au personnel de l’entreprise. L’apprenti a droit à la prise en charge de ses frais de transport entre son domicile et son travail. L’élève bénéficie en outre de deux avantages principaux :
- aucune cotisation salariale n’est retranchée de son salaire brut dans la limite de 79 % du Smic soit 1 217 euros.
- son salaire est exonéré de l’impôt sur le revenu dans la limite du montant annuel du Smic.

Entrée en apprentissage


février 2020
Pour pouvoir être accepté en CFA il faut que l’apprenti trouve un employeur, ensuite il pourra entrer en formation dans les trois mois qui précèdent ou qui suivent le début du contrat d’apprentissage. Si ce n’est pas le cas l’apprenti pourra quand même entrer en formation à tout moment de l'année, en fonction du calendrier d’action mis en place par le CFA. L’entrée peut se faire à partir de l’âge de 16 ans mais peut être abaissé à 15 si l’apprenti est né en décembre et qu’il a terminé son année de 3e. L’âge maximal est désormais de 30 ans, et même 31 pour éventuellement accéder à un diplôme supérieur. Autres exceptions : il n’y a pas de limite d’âge si l’apprenti est travailleur handicapé, ni si l’apprenti  envisage de créer ou de reprendre une entreprise.
Voir tout