novembre 2019

Besançon, place forte du handball féminin

Sevrée de football de haut niveau depuis... toujours, Besançon se rattrape avec le handball féminin : elle compte actuellement deux clubs dans les deux premières divisions nationales. Inédit.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Il y a du niveau, et ça n’est pas nouveau. Besançon tient le haut du pavé grâce à ses handballeuses et cette année, le panorama s’est encore embelli grâce à l’accession de Palente Besançon Handball (PBHB) en 2e division, un cran en dessous de l’historique ESBF, au palmarès XXL (4 titres de championne de France, 4 Coupes de France, 2 Coupes de la Ligue, 1 Coupe d’Europe). Ne cherchez pas, aucune autre ville française n’héberge deux clubs féminins de ce standing.
Ils ne boxent pas dans la même catégorie : l’un, pensionnaire de starligue, jouera en fin de saison les play off avec l’objectif affiché de passer le quart-de-finale pour s’offrir un nouveau billet européen tandis que l’autre se débat en queue de classement de D2. Ils n’ont pas la même histoire non plus. D’un côté, le club créé en 1970 par Vincent Fuster a quasiment toujours fréquenté le niveau national, y compris avant la séparation des sections masculine et féminine en 1992. Le PBHB, héritier de la section handball du club omnisport de l’ASPTT Besançon puis de la MJC Palente, dispose lui d’un passé plus modeste. 

Tous les niveaux, de la D1 à la N2

De l’avis unanime, les relations entre les deux sont bonnes. « Sportivement, la situation actuelle est un plus car la concurrence est positive, se réjouit Raphaëlle Tervel, la coach de l’ESBF. L’idéal, c’est d’avoir tous les niveaux de pratique et c’est le cas, avec nous en D1, Palente en D2, 2 clubs en N1 et des clubs en N2 ».
Cheikh Seck, son homologue du PBHB, est dans le même registre : « Mieux vaut jouer en D2 dans une équipe première qu’en N1 avec une équipe réserve. » Il souligne aussi que les rapports entre entraîneurs des deux camps sont excellents « d’autant plus que j’ai eu Sandrine Delerce comme joueuse à Vesoul. » De plus, quelques-unes de ses filles ont fréquenté la maison d’à côté avant de signer chez le « petit », comme Laurane Scalabrino, Apolline Feuvrier, Gladys Finck ou Marine Sixt. Le voyage inverse est moins couru.  « Pour l’instant, personne n’a fait l’aller-retour, mais cela pourrait arriver » glisse Sandrine Delerce, satisfaite également des relations cordiales entre les deux clubs. « On a fait un match amical. Les filles sont parfois copines, elles se voient, elles viennent au match, il y a zéro  animosité. »
Patrick Verdier, issu du club affaires de l’ESBF, préside le PHHB depuis le 28 août dernier. Il reconnaît humblement que les deux entités ne jouent pas dans la même cour. « Nous sommes un club de quartier, mixte, qui comprend tout de même 400 licenciés et nous tenons à garder l’esprit familial bien ancré de Palente. Ceci dit, nos filles s’entrainent et jouent également au Palais des sports. C’est très bien comme ça. » Les premiers pas en D2 sont certes délicats mais pas de panique. « On n’est pas là par hasard. C’est difficile mais l’objectif du maintien reste d’actualité. Il y a du travail.»

Christophe Bidal
En photo
Pensionnaire de D2 cette saison, Palente joue au Palais des sports (ici lors du match face à St-Amand, le 12 octobre).

En savoir plus
esbf.fr

pbhb.fr

Lire aussi
- ESBF : un banc qui en impose !

- Interview de Chloé Bouquet

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Mâcon, 25e club français en 2018


juillet 2019
158 clubs figuraient au classement performance 2018 établi par la fédération française d’aviron.  Parmi eux, 6 clubs de la région :
- Deux en division 2 : la Société des régates mâconnaise (25e) et le Cercle de l’aviron de Chalon-sur-Saône (40e).
- Quatre en division 4 : le Club nautique creusotin (74e), l’Aviron dijonnais (76e), le Sport nautique bisontin (127e) et l’Aviron club dolois (144e).
En ce qui concerne les athlètes de l’équipe de France, une seule licenciée dans la région : Marie Jacquet, 25 ans, licenciée à Chalon-sur-Saône le club de ses débuts, actuellement à l’Insep (elle compte 3 médailles d’argent en championnat du monde U23).

Canoë-kayak marathon


mai 2019
Cette année, les championnats d'Europe de marathon de canoë-kayak sont organisés à Decize du 22 au 28 juillet. Sports et animations la journée, musique en soirée (5 concerts gratuits). En savoir plus.

Golf, bienvenue au club


mai 2019
Putter, green, eagle. Si ces mots ne vous disent rien c'est que vous ne connaissez rien au golf. Ne vous inquiétez pas, il n'est pas trop tard ! Du 10 mai au 16 juin, les 48 golfs Bluegreen (dont celui de Quetigny et de Parcey) vous propose 2h d'initiation entièrement gratuite. Il suffit d'amener une paire de baskets et votre bonne humeur ! Pour plus d'informations, rendez vous ici

77 %


novembre 2017
C'est le pourcentage des Français qui disent avoir une activité sportive, selon une enquête Harris menée en octobre 2017. Parmi eux, 47 % citent la marche/randonnée, 20 % le fitness/musculation (cette pratique arrive en tête chez les moins de 35 ans) et 18 % la natation.

Pratique sportive régionale


novembre 2017
En 2017, la Bourgogne-Franche-Comté compte 626 155 licenciés. Les 5 sports les plus représentés : football (94 209), tennis (32 836), équitation (31 481), judo (25 088) et handball (22 840). Il y a également quelques licenciés en polo (7) et en char à voile, rugby à XIII et pelote basque (moins de 5 pour ces disciplines cependant).
Voir tout