janvier 2020

En maraude avec les barbus bourguignons

Depuis deux ans, chaque premier samedi du mois, l’association Burgundians Beard Club (le club des barbus bourguignons) intervient dans les rues de Dijon. L’objectif est d’apporter un soutien matériel aux sans domicile fixe mais également de créer du lien social auprès de ces personnes isolées.
Photo Matthieu Fort
En maraude avec les barbus bourguignons

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le rendez-vous est donné place Grangier à 19 heures. Petit à petit, une vingtaine de bénévoles se rassemblent. Certains sont habitués, d’autres viennent pour la première fois, pour donner un coup de main. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas que des barbus. Ce soir-là, les filles sont même majoritaires, « mais tout le monde a une barbe à l’intérieur » plaisante Laurent, un des membres de l’association en se touchant le cœur. 
En attendant l’arrivée de la soupe, il précise le déroulement de la maraude. Deux équipes vont être créées. L’une restera sur place, l’autre ira à la rencontre des sans-abri à travers les rues dijonnaises. Après quelques minutes, une voiture se gare. Le potage est là. Il a été conçu par le restaurant Les Bistrottines à partir de légumes bios fournis par des partenaires maraîchers. « Ce n’est pas parce qu’ils sont dans la rue qu’on va leur donner n’importe quoi » explique Maxime. Dans tous les cas, la nourriture distribuée doit respecter certaines normes d’hygiène. Les bénévoles ne pourraient pas amener des plats confectionnés chez eux par exemple.
Un par un, des SDF commencent à arriver. Certains ont pu être alertés au préalable. Quand c’est possible, l’association récolte les numéros de portable pour pouvoir anticiper des besoins particuliers et prévenir de sa venue. Après avoir bu un bol de soupe ou mangé un sandwich, les conversations s’engagent. « On n’est pas là pour faire l’aumône, atteste Maxime, mais aussi pour discuter avec eux ».
Nous nous retrouvons à parler avec Didier, un passionné de photos, qui nous a alpagué lorsqu’il a vu notre appareil. Il nous parle technique, diaphragme, ouverture, profondeur de champ, il évoque sa passion pour les photos de montagne et notamment les fleurs sauvages qu’on peut y trouver. Il ponctue chacune de ses explications par « enfin, tout ça c’était avant mes problèmes ». Sans en dire plus. Nous nous gardons de lui demander. En préambule, Laurent avait expliqué « ne leur parlez pas directement de leurs problèmes. S’ils en ont envie, ils le feront d’eux-mêmes. Mais en général, ils préfèrent parler d’autres choses. »
Certains sont pudiques et préfèrent rester à l’écart. Les barbus (ou barbettes) vont à leur rencontre pour leur apporter un bol de soupe. Les retours sont positifs. « Vous êtes formidables ! s’exclame un des sans-abri. Votre soupe est top, je suis bidonné » poursuit-il en se frottant le ventre. Un peu avant 21 heures, l’équipe partie en expédition revient. Il leur reste pas mal de sandwichs dans les bras, ils n’ont rencontré que deux personnes. Mais rien ne sera perdu. L’association est en lien avec le foyer d’accueil d’urgence Sadi-Carnot, à qui elle redonne tout ce qui n’a pas été distribué. Au total, ce soir-là, c’est une dizaine de personnes qui auront pu obtenir un peu de réconfort. Un réconfort bienvenu en plein hiver, où le thermomètre affichait 0°C, dont chacun a pu mesurer les effets après quelques heures passées dehors. « J’ai froid, lâche une des bénévoles avant de se reprendre, gênée, enfin c’est un peu mal venu de me plaindre. »

Matthieu Fort
En savoir plus
Burgundians Beard Club
20 rue Charles le téméraire
21000 Dijon
facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Confinement et langues


mars 2020
Confinement : le CLA de Besançon vous propose de pratiquer des langues étrangères. Infos ici.

"Je veux aider"


mars 2020
Pour limiter l’impact social de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans divers secteurs, le gouvernement créé la plateforme jeveuxaider.gouv.fr. De nombreuses associations, qui reposent en temps normal sur des bénévoles souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité car leurs forces vives sont les premières à devoir rester confinées. Les bonnes volontés peuvent s'engager dans 4 types de missions : aide alimentaire et d’urgence ; garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’aide sociale à l’enfance ; lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées ; solidarité de proximité (courses de produits essentiels pour les voisins fragiles, isolés, handicapés).

Confinement et violences


mars 2020
Avec les mesures de confinement liées au Covid-19, les interrogations concernant les violences familiales et conjugales se posent. L’association France-victimes rappelle que « des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes vivent dans la peur et sont chaque jour victimes de coups et de sévices sans pouvoir se défendre et du fait du confinement sans pouvoir appeler à l'aide. Pour eux, le confinement n'est pas synonyme de protection, mais d'extrême danger ». Elle appelle « chaque personne qui a connaissance de violences sur un enfant, une femme, ou un homme à appeler les services de police ou de gendarmerie ou le numéro 116 006 qui se chargera de faire le nécessaire auprès des autorités. Un mail est mis à la disposition des personnes pour demander de l'aide ou signaler des personnes en grand danger : victimes@france-victimes.fr. Chacune de nos 132 associations est en contact avec les forces de police et de gendarmerie, les instances judiciaires, mais aussi les mairies pour venir rapidement en aide aux personnes et notamment être en mesure de les mettre en sécurité dans des logements d'urgence ».

Camp-chantier de jeunes à la Citadelle de Besançon


mars 2020
Pour la quatrième année consécutive, la Ville de Besançon propose un chantier de jeunes à la Citadelle du 4 au 18 juillet (préinscriptions jusqu’au 29 mars). Ce camp-chantier réalisé en partenariat avec l’association Le Club du Vieux Manoir permet aux jeunes volontaires de découvrir le patrimoine en participant à sa sauvegarde. Ils travailleront notamment sur la restauration des piliers du puits de la Citadelle, le rejointoiement de murs, la construction de murets en pierre sèche et la restauration d’un escalier menant à un ancien magasin à poudre. En complément, le groupe hébergé au camping de Chalezeule vivra des moments de découvertes aux alentours et pratiquera des activités sportives et ludiques. Le groupe sera hébergé au camping de Chalezeule. Les participants proviendront pour moitié de Besançon et pour moitié d’autres horizons. Inscriptions (30 euros puis participation aux frais de repas et d’hébergement : 240 € ) ici.

Stéréotypes stéréomeufs


janvier 2020
Adosen lance son 3e concours de scénarios pour lutter contre les stéréotypes de genre. Il est ouvert jusqu'au 7 février aux jeunes de 10 à 19 ans, y compris dans le cadre scolaire. Infos.
Voir tout