novembre 2022

A la rencontre des jeunes sur le net

Les Promeneurs du net vont à la rencontre des jeunes là où ils passent désormais une grande partie de leur temps : en ligne, sur les réseaux sociaux.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les tâches des Promeneurs du net sont multiples. La principale est de répondre aux questions des jeunes, avec une disponibilité plus importante que pour les accueils physiques en structure et des possibilités plus poussées de dialogue, en raison de la distance, de l’écran interposé, de l’anonymat plus complet, plus évident. Ce qui permet au second rôle des PdN d’être plus envisageable : repérer les situations de mal-être, de vulnérabilité. 
Lors d’une rencontre professionnelle à propos des Neets (1) organisée par l’Association pour le développement de la neuropsycholgie le 23 septembre à Besançon, un intervenant indiquait que les jeunes « invisibles » qui ne sont ni scolarisés ni en formation ni en emploi peuvent être plus accessibles « hors des créneaux habituels. Il y a parfois un besoin de se confier qui peut arriver le soir, le week-end ». L’utilisation excessive des réseaux sociaux peut elle-même être un signe de mal-être.
« Il faut du temps relate Elise Follet-Locatelli, de la Mission locale du Grand Besançon et du réseau des Promeneurs du net du Doubs. Il faut se faire connaître, constituer un réseau car ce sont surtout les jeunes qui se parlent de nous entre eux. Personnellement, j’utilise Facebook, Instagram et un tout petit peu Snapchat pour répondre aux questions. Sur les réseaux, on peut repérer des situations qui nous alertent et les signaler à des assistants sociaux, mêm si c’est vraiment à la marge ».
Le réseau des Promeneurs de la Loire a publié un bilan des pratiques en 2019, à partir de 1150 jeunes connectés principalement via Instagram, Facebook et Snapchat. 44,6 % de leurs demandes concernaient la vie quotidienne et la prévention, 25,8 % des infos pratiques sur une structure, 13,1 % l’accompagnement à un projet, 10,4 % les pratiques numériques et seulement 6,1 % des questions d’ordre personnel.
Le troisième objectif est peut-être plus évident mais aussi plus ardu : contrer les idées fausses qui circulent sur les réseaux et inciter à une pratique bienveillante. Fake news, trolls, harcèlement en ligne ont trouvé un terreau fertile et quasiment sans barrière sur les réseaux. Or, selon certaines études, jusqu’à 10 % des ados de 15 ans ont un usage problématique des réseaux sociaux. Mais militer pour un usage modéré et bienveillant du numérique n’est pas évident. La CAF de la Manche, l’un des premiers départements à avoir lancé les Promeneurs du net, a publié une évaluation du dispositif réalisée par l’Agence Phare en 2019. Elle note, « des effets produits limités sur les jeunes », notamment parce que « la relation en ligne avec les professionnels concerne majoritairement des jeunes déjà familiers de leurs structures et ne permet pas de diversifier le profil des bénéficiaires ». Mais pour ceux qui s’en emparent, le résultat est positif : l’Agence Phare constate une facilitation de l’accès aux professionnels, une sécurisation des interactions par une plus grande confidentialité et une confiance renforcée, une plus grande individualisation des interactions.




(1)
Neet au Royaume-Uni pour Not in education, employement or training, Ni ni ni ou invisibles en France désignent les jeunes qui sont hors du système de formation, du monde du travail voire même évitent toute vie sociale. En 2019, 1,5 millions des 15 – 29 ans étaient dans ce cas.

Comment les trouver
Il existe un annuaire des Promeneurs par département sur promeneursdunet.fr. Il recense actuellement 19 Promeneurs en Côte d’Or, 18 dans le Doubs, 12 dans le Jura, 41 dans la Nièvre, 9 en Haute-Saône, 13 en Saône-et-Loire, 19 dans l’Yonne et 8 dans le Territoire de Belfort soit un réseau de 139 PdN disponibles dans la région pour répondre en ligne aux jeunes.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Violences contre les femmes


novembre 2022
Les violences sexistes et sexuelles, conjugales ou non, sont interdites par la loi. Sur un site dédié, le grouvernement rappellent quelles formes elles prennent et proposent des outis pour agir, que l'on soit victime, témoin ou professionnel susceptible d’intervenir auprès des femmes. arretonslesviolences.gouv.fr

Les 1000 premiers jours d'une vie


octobre 2022
Devenir parent est un changement au cours duquel beaucoup de questions peuvent se poser. Le site 1000 premiers jours répond aux principales interrogations, délivre des conseils et donne des infos pratiques sur tous les thèmes du quotidien (alimentation, santé, hygiène...) mais aussi les gestes liés à l'environnement et les possibilités d'être accompagné.

Etudiants en difficulté


octobre 2022
Un tarif de repas à 1€ peut être accordé aux étudiants en situation de précarité, même s’ils ne sont pas boursiers, après une évaluation sociale. Pour faire la demande, c'est ici.

Projets prévention clés en main


mars 2022
Ce dispositif de la Smerra s’adresse aux association étudiantes qui souhaitent mener une action de prévention et de promotion de la santé (sur les thématiques alimentation et activité physique, addictions, risques en milieu festif, sexualité, gestion du stress et du sommeil, usage du numérique) en direction des collégiens, lycéens ou étudiants. La mutuelle étudiante peut apporter des aides matérielle, méthodologique ou financière. Pour définir le projet, il faut commencer par remplir la fiche ici.

Frigos solidaires


septembre 2021
Des commissions de quartiers dijonnais ont souhaité soutenir l’initiative nationale de l’association Les Frigos solidaires en finançant l’installation de réfrigérateurs en libre-service, en extérieur et à la portée de tous. Ce dispositif permet à chacun de déposer ou de prendre gratuitement de la nourriture. Objectif : lutter contre le gaspillage alimentaire, venir en aide aux personnes les plus vulnérables et créer du lien social. Trois frigos solidaires, d’une valeur de 1 300 € chacun, ont été mis en place dans les quartiers Grésilles, Maladière-Drapeau-Clemenceau et Fontaine d’Ouche, en collaboration avec la Coursive Boutaric, l’épicerie Au gramme près et la Maison-Phare, hôtes qui accueillent les équipements.
Voir tout