octobre 2020

Animalisme extrêmiste

Les actes de vandalisme contre des boucheries ou des fromageries l’ont mis en avant : le véganisme et l’activisme antispécisme peuvent aller loin. Eddy Fougier a fait le point dans une étude Fondapol parue l’an dernier.
Animalisme extrêmiste

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parmi les raisons invoquées par les défenseurs du véganisme, le bien-être animal est l’une des principales. Le traitement infligé dans les abattoirs a donné lieu à une sensibilisation récente de l’opinion, notamment à travers les films chocs de l’association L214. S’abstenir de manger de la viande revient à s’abstenir de toute complicité.
Pour certains - une minorité cela dit - s’en tenir là ne suffit pas. Raisonnement : si tout le monde ne devient pas végan, il est illusoire de vouloir mettre fin à l’élevage dans l’optique de nourriture. C’est tout ou rien. Ce chemin totalitaire est par exemple réclamé par les responsables du blog boucherie-abolition.com. Le lire est révélateur. Les raisonnements spécieux s’accommodent d’exagérations (« lait =viol »), insultes et points Godwin à chaque paragraphe. Etre végan non activiste est par exemple assimilé à une forme de collaboration : « le veganisme est une collaboration passive au zoocide industriel… Etre “vegan” c’est être dans l’attitude passive de l’inertie. Et quand le passif se met à convertir autrui par un “go vegan”, qu’il sort de son silence pour faire une injonction à l’inertie c’est la souffrance infinie des animaux qui prend perpétuité » (sic). Quand le geste se joint à la parole, « on aboutit à des actions de vandalisme et d’intimidation visant des boucheries et d’autres acteurs de la filière alimentaire animale » que rappelle Eddy Fougier dans son étude sur La Contestation animaliste radicale.

D'un extrême l'autre

Ces ultraminoritaires se disent antispécistes ou animalistes et militent pour la fin de toute forme d’exploitation des animaux, allant au-delà des actions des associations traditionnelles de protection des bêtes comme la SPA. Eddy Fougier fait la distinction : « si le véganisme est une philosophie et un mode de vie alternatifs, l’antispécisme apparaît plutôt comme une idéologie, un courant intellectuel et une vision du monde antisytème ». Sa typologie sépare les organisations économiques véganes autour d’associations professionnelles faisant la promotion de modes de production alternatifs, les associations d’information et de sensibilisation telles L214, 269 Life France et les groupes de libération animale recourant à des actions de désobéissance, d’intrusions illégales, d’actions violentes. Eddy Fougier suppose que ce mode d’action plus que l’idéologie les a rapprochés de groupes d’ultragauche ou d’extrême droite. Car le radicalisme peut tout défendre, y compris l’extrême inverse, le régime carnivore, à l’image de la jeune bloggeuse américaine Alyse Parker, passée en quelques temps du véganisme au full carnivore…

S.P.
En savoir plus
La Contestation animaliste radicale par Eddy Fougier, janvier 2019, fondapol.org
Lire l’étude ici 

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Artizone-bfc


novembre 2020
La chambre de métiers et de l'artisanat de Bourgogne-Franche-Comté propose un marché de Noël virtuel en ligne. Pour la visiter ou pour s'inscrire, c'est ici.

Lexique alimentaire


octobre 2020
Flexitarien : ne consomme pas de la viande tous les jours.
Pescetarien : ne mange pas de chair animale à l’exception des poissons, crustacés.
Véganisme : Mode de vie incluant le même régime alimentaire que les végétaliens, mais étendu au refus d’utiliser ou porter des produits d’origine animale comme la laine, le cuir etc.
Végétalien : ne mange ni viande ni produit d’origine animale.
Végétarien : ne mange pas d’animaux ni viande, ni poisson, mais peuvent se nourrir de produits d’origine animale, comme les oeufs, le lait ou le fromage.

Chantage sexuel en ligne


avril 2020
Chantage à la webcam, harcèlement, revenge porn... Avec le confinement, ces situations préoccupantes en temps normal, augmentent encore. Les responsables de Net Ecoute, numéro national contre le cyberharcèlement, le notent et l'expliquent : « les victimes de chantages sexuels sont toujours plus nombreuses et plus jeunes. L'isolement du confinement accroît le temps passé par de nombreux adolescents devant les écrans, notamment dans des « jeux » sexuels. Les appels reçus augmentent au cours des dernières semaines en particulier pour du chantage à la webcam et de la sextorsion (avec près de 50% de hausse). Il s'agit souvent de jeunes collégiens (en majorité des garçons) d'à peine 14 ans. Parmi les plateformes qui font l'objet de nombreux signalements, il y a notamment Hangouts avec des rencontres qui se sont faites sur les réseaux sociaux Instagram (en progression de 10%) ou aussi sur Snapchat ». Il est possible de contacter Net Ecoute par téléphone,tchat et messagerie : 0800 200 000, numéro vert national ; netecoute.fr. Gratuit, anonyme, confidentiel.

Enfance en danger


avril 2020
En période de confinement, une forte hausse des appels au 119 (service national d'accueil téléphonique pour l'enfance en danger) est constatée. Pour y faire face, le gouvernement a procédé au recrutement d’écoutants, aux heures supplémentaires, a fait appel aux contribution d’associations (renfort de l’Enfant Bleu à hauteur de 80 heures hebdomadaires dès cette semaine et mise à disposition par la Voix de l’enfant de 40 ordinateurs pour les écoutants, au rappel d’anciens écoutants. Il a également été mis en place avec l’ordre national des pharmaciens un dispositif d’alerte permettant notamment aux mineurs de signaler les violences dont ils seraient victimes. Les témoins de tels faits peuvent en outre se rendre dans la pharmacie de leur quartier pour que la police ou la gendarmerie soit alertée sur une situation préoccupante. Les mesures d’urgence ont été renforcées. En cas de danger, de suspicions de maltraitances sur des enfants, les services de première urgence, via le 17, peuvent être sollicités aux fins d’intervention immédiate au domicile. Le portail de signalement des violences sexuelles et sexistes, accessible 24h/24, 7 jours/7, permet à tout témoin de signaler les violences subies par un enfant au sein de la famille, et offre à toute victime mineure la possibilité d’entrer en relation avec un enquêteur, de dialoguer de manière anonyme et sécurisée et d’être orientée. Enfin, pendant la période de confinement, les victimes de violences intrafamiliales, quel que soit leur âge, peuvent alerter les services de police et de gendarmerie par SMS, via le 114.

Covid-19 : prêter main forte


avril 2020
Le site pretermainforte.fr est né pour permettre aux soignants comme aux non-soignants de mettre leurs compétences au service des hôpitaux et établissements médico-sociaux. Objectif de ce dispositif construit dans la région avec l’ARS Bourgogne Franche-Comté et le soutien de beta.gouv.fr : faire correspondre une offre de bénévoles disposant de compétences hors du champ du soin aux besoins de renforts ponctuels des établissements de santé. Que ces besoins concernent l’accueil, l’administratif, la communication, l’informatique, la logistique ou la restauration... Toute personne dont le profil métier permet de prêter main-forte quelques heures ou quelques jours peut se porter candidat. Ce service complète le dispositif #Renforts-Covid qui permet la rencontre entre les besoins urgents des établissements de santé et médico-sociaux et les compétences de soignants (étudiants, actifs, retraités...).
Voir tout