novembre 2021

Cryptomonnaies : décryptage

Nés il y a une quinzaine d’années, mais ayant connu développement exponentiel depuis 2020, les cryptoactifs interrogent : quel usage, quelle utilité, quelle signification ?
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En février dernier, le milliardaire Elon Musk, propriétaire des voitures Tesla, annonçait accepter le paiement en bitcoins. En mai, revirement : « Tesla a suspendu les achats de voitures avec des bitcoins. Nous sommes inquiets du recours de plus en plus important aux combustibles riches en carbone pour miner des bitcoins, surtout le charbon, qui a les pires émissions (de gaz à effet de serre) de tous les combustibles. La cryptomonnaie est une bonne idée à plein de niveaux et nous pensons qu’elle a un avenir prometteur, mais cela ne doit pas compromettre l’environnement. » Un symbole à la fois de l’engouement, des doutes et de la versatilité suscités par les cryptomonnaies ou cryptoactifs.
Les cryptomonnaies ont vu le jour en 2008 et il en existerait aujourd’hui plus de 5000 pour une valeur dépassant les 2000 milliards d’euros. La plus célèbre est le bitcoin, mais on peut aussi citer ethereum, ripple, deutsch coin. Du point de vue écologique, les doutes sont justifiés : quelle est la logique d’inventer un produit énormément énergivore en pleine période de débat sur le réchauffement climatique ? Cette empreinte carbone provient du minage : les transactions liées au bitcoin nécessitent une validation passant par la coopération de différents ordinateurs. Ses concepteurs (pour le bitcoin, il s’agit d’un ou plusieurs anonymes sous le nom de Satoshi Nakamoto), loin de rompre avec l’ancien monde, ont en effet décidé de le lier au travail (proof of work) : pour lui donner de la valeur, il faut « miner », c’est-à-dire utiliser les ordinateurs partenaires pour réaliser les transactions mais aussi résoudre des problèmes complexes (en échange, le « mineur » est payé en « tokens » ou jetons numériques, chacun correspondant à une unité de la cryptomonnaie considérée). Ce qui demande une grande puissance d’ordinateurs et tellement d’énergie que le minage du bitcoin a une empreinte carbone supérieure à certains pays. Les transactions en cryptoactif impliquent un gaspillage considérable d’énergie. Ce coût en temps et en énergie sert à éviter les attaques, les falsifications et peut-être, dans l’esprit des concepteurs, à maintenir un lien entre rémunération et effort. Rien de bien nouveau.

Ceci n'est pas une monnaie

Sur le plan juridique, une cryptomonnaie n'est pas une monnaie : elle ne dépend d'aucune institution, ne bénéficie d'aucun cours légal dans aucun pays et ne peut être épargnée ni, donc, constituer une valeur de réserve. Mais là aussi, il n’y a pas vraiment de rupture avec le système monétaire traditionnel. Si le bitcoin ne dépend d’aucune autorité publique, il dépend quand même des plus gros détenteurs et de ses créateurs, qui ont pris soin de limiter le nombre total de bitcoins, qui lui attribuent une valeur en dollars selon un cours libre et non régulé et qui ont principalement organisé un système de spéculation. L’usage comme monnaie d’échange n’est pas le principal : on peut faire des transactions sur internet, investir dans certaines startups ou les dépenser dans de rares commerces « physiques ». Dans ces cas, l’avantage est de ne plus avoir besoin de compte en banque pour effectuer une transaction. Mais comme les cryptomonnaies ne sont pas des monnaies au sens légal du terme, aucun vendeur n’est tenu de les accepter. De fait les utilisateurs sont essentiellement des spéculateurs à la typologie plutôt dhommes jeunes.
« Miner » des cryptomonnaies demande une certaine expertise. En acheter exige une grande vigilance. Le flou du concept et l’absence de réglementation est un appel à l’escroquerie. En France, l'Autorité des marchés financiers (AMF) confirme que « l’investissement en cryptoactifs est risqué ». En droit français, ils n’ont pas de statut juridique clair et ne sont pas reconnues comme des instruments financiers. Pour aider et mettre en garde épargnants et investisseurs, l'AMF a dressé une liste noire des escrocs et une liste blanche des prestataires de services sur actifs numériques agrémentés (1).
Investir reste néanmoins risqué en raison d’un cours très volatil exposant à des pertes importantes, d’un système qui s’apparente à une bulle spéculative pouvant s’effondrer du jour au lendemain, du risque de piratage. Sans compter que les caractéristiques des cryptoactifs les rendent attractifs pour le blanchiment des capitaux ou le financement d’activités criminelles.
(1)
amf-france.org

A lire
Les cryptoactifs : qu’est-ce que c’est ? par l’Institut national de la consommation


Définitions
Selon l'Institut national de la consommation (INC), une cryptomonnaie désigne « une monnaie virtuelle qui repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé blockchain ou chaîne de blocs ». Plus largement, les cryptoactifs représentent « des actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale. »
La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations offrant de hauts standards de transparence et de sécurité car elle fonctionne sans organe central de contrôle. Elle permet à ses utilisateurs de partager des données sans intermédiaire. Elle n’est pas utilisée uniquement dans le cadre des cryptomonnaies, mais pour ce domaine, elle fait figure de registre ou de livre de compte, en tant que base de données avec procédé cryptographique où chaque utilisateur à la capacité d’inscrire des données.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Concours Amnesty


septembre 2021
Amnesty organise des concours de dessins et nouvelles pour la manifestation Plumes rebelles de février 2022. Ils sont ouverts aux collégiens, lycéens, apprentis et étudiants. Thèmes du concours de nouvelles : Internet, espace de liberté mais avec quels dangers ? L'eau, un bien commun pour l'humanité : comment le préserver ? Comment améliorer le monde en militant pour le respect des droits humains ? Le genre, construction culturelle et sociale ? Textes à envoyer jusqu'au 17 décembre à concours-nouvelles@plumesrebelles.fr. Pour les dessins, il faut choisir une des six nouvellesdu concours Plumes Rebelles 2021, imaginer qu’elle devient une BD, créer la première de couverture, envoyer votre création sous forme numérique jusqu'au 14 janvier 2022 à concours-illustrations@plumesrebelles.fr. En savoir +

Dialogue franco-allemand


septembre 2021
La Maison de l'Europe et la la Maison de Rhénanie-Palatinat à Dijon cherchent des citoyens burgo-comtois de plus de 18 ans pour participer à un dialogue franco-allemand sur l'avenir de l'Europe. A partir de rencontres et d'échanges avec des citoyens allemands, l’objectif de la conférence sur l’avenir de l’Europe (futureu.europa.eu) est de fournir un espace de discussion grand public sur des questions cruciales pour le développement de l’UE :  l’avenir du système économique et social européen, la protection du climat, l’innovation, la transformation numérique, les valeurs fondamentales de l’UE, les leçons à tirer de la pandémie de Covid19, l’articulation entre vie urbaine et vie rurale. 20 participants de Bourgogne-Franche-Comté, et 20 de Rhénanie-Palatinat seront choisis dans un souci équilibre des territoires, genres, âges, catégorie socio-professionnelles. La connaissance de la langue allemande n'est pas nécessaire. Calendrier :  25 septembre et 9 octobre, webinaires préparatoires. 16 et 17 octobre (visite des partenaires allemands en Bourgogne-Franche-Comté).13 novembre, webinaire intermédiaire. 26 au 28 novembre : déplacement des Français en Rhénanie-Palatinat. Les frais de réunion, de déplacement et de séjour en Allemagne sont pris en charge. Inscriptions ici.

Sur les traces de l’Europe


avril 2021
Ce jeu de piste en 12 étapes est la dernière née des actions de la Maison de l’Europe, pour promouvoir cette dernière de manière ludique.  Le jeu est organisé à Dijon et à Besançon, avec un parcours qui mêle histoire, culture, mémoire, Europe du quotidien. Le point des départ est à la Maison de l’Europe (26 D rue de la République à Besançon, 37 boulevard de la Trémouille à Dijon). Sur le parcours, il faut répondre à des questions qui dévoilent un mot mystère. L’itinéraire peut s’effectuer en autonomie ou avec accompagnement pour des groupes de 2 à 5 personnes. Le jeu est gratuit, à partir de 12 ans.
bfc-europe.eu     

La Maison de l’Europe en Bourgogne-Franche-Comté


avril 2021
La Maison de l'Europe a pour objet de proposer des missions et services relatifs à l’information et à la communication sur les questions européennes. Outre ses espaces de documentation, d’information et de réflexion et l’organisation d’actions à caractère européen, elle accompagne et fédère les initiatives des acteurs du territoire favorisant la promotion active des valeurs et de la citoyenneté européennes, elle propose des sessions d’information et de formation auprès de tout public, elle accompagne les projets de rayonnement européen du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.
Sièges : 26 D rue de la République à Besançon (0381212955), 37 boulevard de la Trémouille à Dijon (0380306788). 
bfc-europe.eu

Alimentation locale


mars 2021
Pour répondre à une demande croissante des consommateurs sur la traçabilité, la qualité de l’alimentation et la consommation locale, la Chambre interdépartementale d’agriculture 25-90 promeut des initiatives telles que les boutiques de producteurs ou les magasins Bienvenue à la ferme. Pour faciliter l’achat de produits locaux, en partenariat avec les Conseils départementaux du Doubs et du Territoire de Belfort, elle a mis en place la plateforme J’veux du local 25-90 pour recenser l’ensemble des acteurs de l’alimentation de proximité dans ces départements
Voir tout