juillet 2022

Devenir très jeune maman

Tomber enceinte et garder le bébé en étant mineure peut s’avérer compliqué. Surtout si l'on ne sait pas où et comment trouver de l’aide. Il existe diverses structures qui proposent une assistance.
Dessin Christian Maucler
Devenir très jeune maman

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Coralie vit en Suisse. A 19 ans, elle est mère d’un enfant de 2 ans. Elle se souvient de ses premiers moments en tant que mère. « J’avais peur de lui faire mal ou de ne pas savoir comment faire. Tout mon entourage voulait m’aider, mais je voulais apprendre seule. Mon fiancé m’a beaucoup aidée, mais j’ai appris à tout faire seule. Parfois je regardais des astuces sur internet quand je ne savais pas comment faire. J’ai eu aussi la chance dès mon plus jeune âge je m’occuper de mes petites sœurs, donc on peut dire que j’avais déjà de l’expérience ».
Devenir maman est une grande responsabilité et savoir s’occuper d’un bébé n’est pas si évident. Un réflexe moderne consiste à se tourner vers internet. S’il existe des chaînesYoutube, des tutoriels (!), des blogs et des forums de jeunes mamans qui partagent leur quotidien sur le net, il est plutôt recom-mandé de suivre les conseils de professionnels que de vouloir assumer seule, même pour prouver que l’on en est capable.
Coralie a eu la chance de voir son enfant grandir avec son père, qui travaille. Ce n’est pas toujours le cas. En France, la filiation d'un enfant né de parents qui ne sont pas mariés n'est pas automatique. Même si l’appréhension du problème des paternités imposées n’est toujours pas évidente pour la justice, la jurisprudence a eu à plusieurs reprises l’occasion d’affirmer l’existence d’un droit du père à ne pas reconnaître l’enfant. Selon un jugement de la cour d’appel de Versailles, ce droit est un droit discrétionnaire, au même degré que la mère a le droit de ne pas interrompre sa grossesse.
Il existe une loi qui autorise les jeunes filles à garder leur enfant car elles sont responsables de leur corps. Toute personne qui veut contraindre une femme à interrompre la grossesse s’expose à des poursuites pouvant être suivies de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende.
Mais la décision de garder le bébé n’est pas anodine. Virginie Jarand infirmière au CICS de Besançon (Centre d’information et de consultation sur la sexualité) conseille de « prendre rendez-vous avec des médecins du CICS, et prévoir
un rendez-vous avec une conseillère pour mesurer le geste. Lors de ces rendez-vous on va vérifier si elle ne le garde pas sous pression. Et je conseille aussi d’en parler avec les parents ».

Les très jeunes mamans sont peu nombreuses. Depuis 2010, moins de 2 % des mères sont âgées de moins de 20 ans selon l’institut national de la statistique et des études économique (Insee). Celles qui se retrouvent seules et sans ressources pour élever l’enfant sont encore moins nombreuses, mais la situation peut se présenter.
Il faut aussi savoir qu’il existe des centres d’hébergement au cas où la jeune maman est rejetée par ses proches.
En Bourgogne-Franche-Comté il y a sept centres d’accueil (1). Pour accéder à ces logements il faut être suivie par une assistante sociale de l’hôpital, d’une clinique ou bien de l’établissement scolaire.
Ces centres aident les femmes enceintes ou les mères isolées avec un enfant de moins de trois ans. Ils sont là pour apporter des aides matérielles et psychologiques, dans l’optique d’aider les mamans et d’éviter les abandons d’enfants.
Ils permettent également aux mamans de bénéficier d’une formation professionnelle adaptée, de rechercher ou d’exercer
un emploi. Les mamans ont la possibilité de séjourner pendant 6 mois renouvelables avec un maximum de 3 ans. Le père ne peut pas loger avec la mère mais il peut s’impliquer dans tout le suivi de l’enfant.

Ramizé Sakir
(1) Les centres d'accueil
Centre maternel madame Adam, 35 boulevard Chèvre Morte, 21240 Talant
Le relais parental, 23 rue de Belfort, 25400 Audincourt
Le relais parental, 3 rue de Terre Rouge, 25000 Besançon
Centre maternel – Résidence sociale, 70 rue des Hauts de Saint-Claude, 25000 Besançon
Centre d’informations sur le droit des femmes et des enfants, 1000 rue des Gentianes, 39000 Lons-le-Saunier
MADEF centre parental / App de PRE autonomie 2 rue Sainte-Hélène, 58000 Nevers
Centre maternel et familial, 100 rue Baron Bouvier, 70000 Vesoul
Centre parental, 82 avenue Jean Jaurès, 89400 Migennes

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Sauv life


mars 2022
Cette appli gratuite nationale vient d’être déployée en Franche-Comté avec e Samu du CHU de Besançon. Le principe : quand le Samu reçoit un appel pour un arrêt cardiaque, il envoie les secours puis déclenche l’appli Sauv life qui géolocalise les volontaires les plus proches de la victime. Ces derniers sont susceptibles d’arriver avant les secours et dans ce cas, le Samu les guide dans les gestes urgents à faire en attendant. Plus il y a de volontaires sur l’appli et plus la victime a de chances de s’en sortir car en cas d’arrêt cardiaque, chaque minute compte (la survie diminue de 10 % par mn en l’absence de massage cardiaque). Tous les citoyens peuvent s’inscrire, même s’ils ne sont pas formés aux premiers secours.

Contraception féminine


décembre 2021
A partir du 1er janvier 2022, la contraception devient gratuite pour les femmes jusqu’à 25 ans. 3 millions de jeunes femmes sont concernées par cette mesure. Cette mesure est motivée par le recul de l’usage de la contraception, une part encore importante des femmes n’ayant pas accès aux méthodes de contraception les plus efficaces pour des raisons essentiellement financières. Désormais, l’assurance maladie prend en charge à 100% et en tiers payant, donc sans avance de frais, le coût de la contraception ainsi que les actes qui y sont liés (une consultation par an avec un médecin ou une sage-femme et les examens biologiques potentiels). Le remboursement ne concerne pas les préservatifs masculins et féminins, ni certains dispositifs contraceptifs. En savoir + : ameli.fr

Achats en ligne dangereux


octobre 2021
Le commerce sur internet connaît un succès grandissant. Les acheteurs eraient-ils moins vigilants ? Dans son étude annuelle, la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes pointe de nombreuses irrégularités en termes de sécurité et de conformité.Sur près de 450 produits analysés durant trois ans, 63% se sont révélés non conformes dont 28 % dangereux. Une part importante de ces marchandises ne respecte pas la réglementation et présente des risques inacceptables pour la sécurité des consommateurs. Parmi les produits les plus préoccupants, on trouves :
- les jouets : 25 % de produits dangereux, avec des risques de suffocation ou de strangulation dus à la présence de petits éléments détachables ou de cordelettes,
- les guirlandes électriques : 66 % de produits dangereux, avec des risques de chocs électriques voire d’incendie,
- les adaptateurs électriques : 87 % de produits dangereux du fait de risques de chocs électriques et d’incendie,
- les bijoux fantaisie : 74 % de produits dangereux avec la présence de métaux lourds cancérogènes et toxiques (cadmium, nickel ou plomb). En savoir +

Etucare


septembre 2021
Etucare est un programme numérique conçu par l'Ireps pour prendre soin de sa santé mentale quand on est étudiant. Basé sur les thérapies cognitivo-comportementales et la psychologie positive, il permet aux étudiants de renforcer leurs ressources psychologiques et individuelles pour améliorer leur bien-être psychologique à l’aide de stratégies pratiques. Il contient des thèmes tels que gérer le stress, dormir, se connaître, réguler ses émotions...Tutoriel d'accès ici.

Vaccin


juin 2021
Depuis le 15 juin, les 12 - 18 ans peuvent se faire vacciner contre la Covid. Cette démarche est un choix personnel, dans le respect de l’autorité parentale pour les mineurs. Pour faire ce choix, il faut connaître les enjeux. L'Education nationale les rappelle dans une campagne d'information, ici.
Voir tout