novembre 2021

Don de moëlle osseuse, c’est facile d’être un héros

Peu connu en France, ce geste pourtant simple et sans risque sauve des vies. L’appel à la générosité des jeunes est lancé car il faut avoir 35 ans maximum.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
320 000 volontaires au don de moëlle osseuse en France, 10 millions en Allemagne. Les Français seraient-ils égoïstes ? Pas vraiment, cette différence tient plutôt à la méconnaissance. Lorsqu’on parle de moëlle osseuse, il y a souvent confusion avec la moëlle épinière. On s’imagine une longue aiguille plantée dans la colonne vertébrale avec les risques que cela induit, alors que le don de moëlle osseuse s’apparente plutôt à un don du sang. « Il faut démystifier les craintes. 80 % des dons se font par une sorte de prise de sang prolongée » comme l’explique Thierry Champenois, président de l’association Franche-Comté Engagement Leucémie.
Une simplicité que confirme Anthony, 25 ans, étudiant à Belfort, qui vient de réaliser un don. « Autour de moi, les gens pensent que j’ai fait quelque chose d’exceptionnel, mais je n’ai pas cette impression car cela se fait tellement dans la douceur. Tout le personnel est gentil et accueillant, il n’y a pas de pression. »
La nécessité d’avoir un important nombre de donateurs est d’autant plus grande que la greffe de moëlle osseuse requiert une compatibilité donneur-receveur qui est très rare. « Il y a une chance sur quatre d’être compatible avec un membre de sa fratrie et seulement une sur un million avec un tiers. » Il est donc essentiel d’agrandir au maximum le fichier des donneurs potentiels pour espérer sauver la vie de personnes, souvent des jeunes et des enfants, atteintes de graves maladies du sang telles que la leucémie.
Pour Julie, jeune architecte jurassienne de 26 ans, greffée en 2018, « c’est un cadeau inestimable. Et c’est un don que l’on peut faire de son vivant, c’est un acte héroïque ». Atteinte d’une maladie rare alors qu’elle n’avait que 23 ans et malgré une vie saine et une bonne condition physique, Julie n’avait que la greffe comme espoir de survie lorsque le diagnostic a été posé. Grâce à son frère jumeau qui fait don de sa moëlle osseuse, Julie commence à retrouver une vie normale. Mais c’est un vrai parcours du combattant qu’elle a mené, entre chimiothérapie, transfusions et traitements médicamenteux lourds en effets secondaires. « Je schématise mes séquelles comme un bagage avec lequel j’avance. Et je me dis qu’il sera de moins en moins lourd chaque année ».  Grâce à cette force morale, elle  a même réussi à terminer ses études et travaille maintenant comme architecte. Mais sans son donateur, rien n’aurait été possible.

Katia Mairey
En photo
Flora et Edouard, deux jeunes jurassiens inscrits au registre des donneurs. Profil le plus recherché : des hommes jeunes et en bonne santé.

Procédure
Depuis le 1er janvier, il faut avoir 35 ans maximum pour s’inscrire sur le registre des donneurs. L’explication (détaillée sur engagement-leucemie.com) est d’abord que les moins de 35 ans (et idéalement les hommes) représentent le meilleur profil de donneurs ; ensuite que la question est surtout d’avoir une grande diversité de profils pour augmenter les chances de trouver un donneur compatible, mais cette diversité est suffisante chez les jeunes. Hausser l’âge n’offre pas plus de chances aux patients.
Au préalable, il faut s’inscrire en faisant  une demande en ligne. Un kit avec 2 cotons-tiges et un mode d’emploi pour réaliser un frottis buccal est envoyé. Il faut retourner les 2 cotons-tiges dans l’enveloppe préaffranchie jointe. Après réalisation du typage à partir des cellules relevées sur les coton-tiges, le centre donneur le plus proche vous enregistre sur le registre national des donneurs géré par l’agence de la biomédecine et vous adresse par courrier la carte de donneur. Le donneur est contacté lorsqu’apparaît un besoin de greffe compatible avec le profil. En France, il y a actuellement 2000 malades en attente.

En savoir +
engagement-leucemie.com

jeunes-donneurs.medicalistes.fr

dondemoelleosseuse.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Achats en ligne dangereux


octobre 2021
Le commerce sur internet connaît un succès grandissant. Les acheteurs eraient-ils moins vigilants ? Dans son étude annuelle, la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes pointe de nombreuses irrégularités en termes de sécurité et de conformité.Sur près de 450 produits analysés durant trois ans, 63% se sont révélés non conformes dont 28 % dangereux. Une part importante de ces marchandises ne respecte pas la réglementation et présente des risques inacceptables pour la sécurité des consommateurs. Parmi les produits les plus préoccupants, on trouves :
- les jouets : 25 % de produits dangereux, avec des risques de suffocation ou de strangulation dus à la présence de petits éléments détachables ou de cordelettes,
- les guirlandes électriques : 66 % de produits dangereux, avec des risques de chocs électriques voire d’incendie,
- les adaptateurs électriques : 87 % de produits dangereux du fait de risques de chocs électriques et d’incendie,
- les bijoux fantaisie : 74 % de produits dangereux avec la présence de métaux lourds cancérogènes et toxiques (cadmium, nickel ou plomb). En savoir +

Etucare


septembre 2021
Etucare est un programme numérique conçu par l'Ireps pour prendre soin de sa santé mentale quand on est étudiant. Basé sur les thérapies cognitivo-comportementales et la psychologie positive, il permet aux étudiants de renforcer leurs ressources psychologiques et individuelles pour améliorer leur bien-être psychologique à l’aide de stratégies pratiques. Il contient des thèmes tels que gérer le stress, dormir, se connaître, réguler ses émotions...Tutoriel d'accès ici.

Vaccin


juin 2021
Depuis le 15 juin, les 12 - 18 ans peuvent se faire vacciner contre la Covid. Cette démarche est un choix personnel, dans le respect de l’autorité parentale pour les mineurs. Pour faire ce choix, il faut connaître les enjeux. L'Education nationale les rappelle dans une campagne d'information, ici.

Alimentation


octobre 2020
Un individu en France ingère quotidiennement en moyenne 2,4 kg d’aliments (moitié aliments solides, moitié boissons). Les aliments solides sont composés aux 2/3 de produits d’origine végétale et à 1/3 d’origine animale.

Renoncement aux soins


avril 2020
Selon les organismes de santé, certains patients n’osent plus se rendre en établissement de santé ou appeler leur médecin, pour des motifs autres que des symptômes liés au coronavirus. La Fehap, la Fédération hospitalière de France, la Fédération de l’hospitalisation privée, France Assos Santé, Unicancer et l’Union nationale des professionnels de santé rappellent que ces renoncements aux soins peuvent engendrer de graves dommages, particulièrement pour des pathologies chroniques ou aigües. Il est essentiel de continuer à se soigner et que les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées. En cas de doute sur son état de santé, il faut continuer à contacter son médecin ou d’appeler le 15, selon la situation.
Voir tout