avril 2019

«Faire réfléchir aux préjugés»

«Les Fabriques citoyennes» passaient cette année par la réalisation de documentaires courts. Des élèves de Baume-les-Dames et de Dijon ont voulu évoquer les parcours du cinéaste Amor Hakkar et du peintre Yan Pei Ming.
Photo Yves Petit
«Faire réfléchir aux préjugés» «Faire réfléchir aux préjugés» «Faire réfléchir aux préjugés»

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Sept février, studio de la Rodia à Besançon. Jean-Philippe Putaud-Michalski, réalisateur de Mandeure, enregistre une deuxième série de voix off après une session au Silex (Auxerre) et avant une 3e à Audincourt (Moloco). Elles serviront de commentaires aux 19 films d’ "Histoire(s) en court" réalisés par des élèves de collèges et lycées de toute la région.
Pour l’instant, c’est Maëva, 17 ans, qui enregistre. Elle lit le texte qu’elle et ses camarades de terminale gestion administrative ont écrit pour raconter l’histoire d’Amor Hakkar, cinéaste bisontin aux origines algériennes. L’exercice n’est pas facile, mais les conseils de Jean-Philippe Putaud-Michalski sont précis. Il lui fait répéter autant de fois qu’il le faut, pour trouver le ton juste. «Ne récite pas. La voix off, c’est un partage dont les nuances portent le film». «Pousse le son en prenant une grande respiration». «Cette phrase, il faut la dire en souriant car elle évoque ses bons souvenirs». «Là, ça doit être un peu plus rythmé». «Insiste sur "destin artistique" car c’est ce qui le définit». «Il faut appuyer sur "Franc-Comtois bisontin et Algérien berbère", c’est important, on est dans le sujet».
En enregistrant, Jean-Philippe Putaud-Michalski pense déjà au montage à venir du film de 2 mn. Maëva, elle, termine un travail entamé en début d’année avec ses camarades du lycée Jouffroy d’Abbans à Baume-les-Dames. «Ca m’a plu, mais je ne pensais pas que ce serait si compliqué. Une bonne expérience».  Laura, l’une de ses camarades qui  l’a accompagnée pour la séance dessine un bilan positif de l’ensemble. «On ne connaissait pas Amor Hakkar et on a découvert quelqu’un de très sympa. Il était disponible, il est venu nous rencontrer au lycée. On a découvert des choses qu’on ne pensait pas, par exemple les bidonvilles aux Founottes. Son histoire inspire le respect, il est parti de rien pour arriver à ce qu’il voulait faire, des films. Cela peut faire réfléchir ceux qui ont des préjugés». 

   «Passer par le sensible
   et non la théorie»


C’est la première fois que Lyse Mahieu, prof de lettres et histoire et Roland Duflot, documentaliste, décident d’inscrire des élèves aux "Fabriques citoyennes". «J’ai toujours été sensible à cette thématique dit la première. Participer peut avoir un grand intérêt dans un lycée professionnel en milieu rural où les discriminations sont peut-être plus présentes… Rencontrer quelqu’un issu de la diversité permet de passer par le sensible et non la théorie. Sa personnalité, son parcours exemplaire peuvent aider à casser les préjugés. Quand Amor Hakkar est venu au lycée, c’était un temps fort».
Comme tous les autres participants, les élèves ont dû respecter certaines consignes : bâtir un court métrage à partir d’images d’archives et de leurs propres recherches avec uniquement un commentaire en voix off. Un très bon exercice selon Manuelle Desbrières, prof de français du collège Carnot, à Dijon, qui s’est intéressée avec ses élèves au peintre Yan Pei Ming. «L’aspect très positif du dispositif est le côté concret. C’est gratifiant pour les élèves de construire quelque chose, d’oser. Même si ça demande du temps, ça vaut le coup». Ceux de Carnot ont eu l’agrément d’être reçus par le peintre dans son atelier. «Il a été très disponible, nous a montré ses œuvres» raconte Louis, chargé de la voix off du groupe. La présence à leurs côtés d’Etienne, professeur stagiaire de 23 ans qui a l’avantage d’être passé par une école d’audiovisuel à Nice, leur permet d'aller plus loin dans la démarche. ils ont beaucoup filmé. Des séquences qu’ils ne pouvaient utiliser pour "les Fabriques citoyennes" en raison du format imposé. Mais ce n’est pas perdu : ils envisagent d’en faire un documentaire plus long. «Tous ces jeunes ont fait un travail d’enquête, de recherche d’archives, d’écriture souligne Jean-Philippe Putaud-Michalski. Et à mon avis, ça les a éveillés».

Stéphane Paris
En savoir plus
Les Fabriques citoyennes BFC sont une initiative du réseau information jeunesse de Bourgogne-Franche-Comté qui sensibilise, chaque année sous une forme différente, les élèves de la région aux discriminations. Elles sont soutenues par la DRDJSCS de Bourgogne-Franche-Comté.

lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Lexique alimentaire


octobre 2020
Flexitarien : ne consomme pas de la viande tous les jours.
Pescetarien : ne mange pas de chair animale à l’exception des poissons, crustacés.
Véganisme : Mode de vie incluant le même régime alimentaire que les végétaliens, mais étendu au refus d’utiliser ou porter des produits d’origine animale comme la laine, le cuir etc.
Végétalien : ne mange ni viande ni produit d’origine animale.
Végétarien : ne mange pas d’animaux ni viande, ni poisson, mais peuvent se nourrir de produits d’origine animale, comme les oeufs, le lait ou le fromage.

Chantage sexuel en ligne


avril 2020
Chantage à la webcam, harcèlement, revenge porn... Avec le confinement, ces situations préoccupantes en temps normal, augmentent encore. Les responsables de Net Ecoute, numéro national contre le cyberharcèlement, le notent et l'expliquent : « les victimes de chantages sexuels sont toujours plus nombreuses et plus jeunes. L'isolement du confinement accroît le temps passé par de nombreux adolescents devant les écrans, notamment dans des « jeux » sexuels. Les appels reçus augmentent au cours des dernières semaines en particulier pour du chantage à la webcam et de la sextorsion (avec près de 50% de hausse). Il s'agit souvent de jeunes collégiens (en majorité des garçons) d'à peine 14 ans. Parmi les plateformes qui font l'objet de nombreux signalements, il y a notamment Hangouts avec des rencontres qui se sont faites sur les réseaux sociaux Instagram (en progression de 10%) ou aussi sur Snapchat ». Il est possible de contacter Net Ecoute par téléphone,tchat et messagerie : 0800 200 000, numéro vert national ; netecoute.fr. Gratuit, anonyme, confidentiel.

Enfance en danger


avril 2020
En période de confinement, une forte hausse des appels au 119 (service national d'accueil téléphonique pour l'enfance en danger) est constatée. Pour y faire face, le gouvernement a procédé au recrutement d’écoutants, aux heures supplémentaires, a fait appel aux contribution d’associations (renfort de l’Enfant Bleu à hauteur de 80 heures hebdomadaires dès cette semaine et mise à disposition par la Voix de l’enfant de 40 ordinateurs pour les écoutants, au rappel d’anciens écoutants. Il a également été mis en place avec l’ordre national des pharmaciens un dispositif d’alerte permettant notamment aux mineurs de signaler les violences dont ils seraient victimes. Les témoins de tels faits peuvent en outre se rendre dans la pharmacie de leur quartier pour que la police ou la gendarmerie soit alertée sur une situation préoccupante. Les mesures d’urgence ont été renforcées. En cas de danger, de suspicions de maltraitances sur des enfants, les services de première urgence, via le 17, peuvent être sollicités aux fins d’intervention immédiate au domicile. Le portail de signalement des violences sexuelles et sexistes, accessible 24h/24, 7 jours/7, permet à tout témoin de signaler les violences subies par un enfant au sein de la famille, et offre à toute victime mineure la possibilité d’entrer en relation avec un enquêteur, de dialoguer de manière anonyme et sécurisée et d’être orientée. Enfin, pendant la période de confinement, les victimes de violences intrafamiliales, quel que soit leur âge, peuvent alerter les services de police et de gendarmerie par SMS, via le 114.

Covid-19 : prêter main forte


avril 2020
Le site pretermainforte.fr est né pour permettre aux soignants comme aux non-soignants de mettre leurs compétences au service des hôpitaux et établissements médico-sociaux. Objectif de ce dispositif construit dans la région avec l’ARS Bourgogne Franche-Comté et le soutien de beta.gouv.fr : faire correspondre une offre de bénévoles disposant de compétences hors du champ du soin aux besoins de renforts ponctuels des établissements de santé. Que ces besoins concernent l’accueil, l’administratif, la communication, l’informatique, la logistique ou la restauration... Toute personne dont le profil métier permet de prêter main-forte quelques heures ou quelques jours peut se porter candidat. Ce service complète le dispositif #Renforts-Covid qui permet la rencontre entre les besoins urgents des établissements de santé et médico-sociaux et les compétences de soignants (étudiants, actifs, retraités...).

Je veux aider


mars 2020
Pour limiter l’impact social de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans divers secteurs, le gouvernement créé une plateforme d'engagement. De nombreuses associations, qui reposent en temps normal sur des bénévoles souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité car leurs forces vives sont les premières à devoir rester confinées. Les bonnes volontés peuvent s'engager dans 4 types de missions : aide alimentaire et d’urgence ; garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’aide sociale à l’enfance ; lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées ; solidarité de proximité (courses de produits essentiels pour les voisins fragiles, isolés, handicapés).
Voir tout