juillet 2020

Gaz hilarant mais pas drôle

L’usage détourné du protoxyde d’azote est en recrudescence chez les collégiens, lycéens et étudiants. Des consommations répétées et en grandes quantités contribuent à expliquer le signalement de plusieurs dizaines de cas graves au cours des deux dernières années. Au point que la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives a lancé une campagne de communication spécifique.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le protoxyte d’azote (molécule : N2O) est certainement plus connu sous le terme de gaz hilarant. Il existe du N2O à usage médical (anesthésie). Inscrit sur la liste 1 des substances vénéneuses (arrêté du 17 août 2001 portant classement sur les listes des substances vénéneuses), il est soumis à une réglementation stricte (arrêté du 21 décembre 2001 portant application de la réglementation des stupéfiants aux médicaments à base de protoxyde d'azote). Mais il est également en vente libre pour usage « alimentaire » sous la forme de cartouches (pour les siphons à Chantilly par exemple) ou de bonbonnes. Bon marché et facilement accessible sous cet aspect, il fait l’objet depuis des années d’un usage détourné consistant à inhaler le gaz par le biais d’un ballon, après avoir « cracké » la cartouche pour l’ouvrir. D’après la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, il est surtout consommé par les collégiens, lycéens et étudiants. Ils recherchent l’effet rapide, fugace, euphorisant et les distorsions sensorielles ressenties avec ce produit. Mais il existe d’autres effets moins drôles, confirmé par plusieurs dizaines de cas graves au cours des deux dernières années.
Des risques immédiats : asphyxie par manque d’oxygène, perte de connaissance, brûlure par le froid du gaz expulsé, désorientation, vertiges, perte d’équilibre, chutes notamment. En cas de consommations répétées et à intervalles rapprochés et / ou à fortes doses, de sévères troubles neurologiques, hématologiques, psychiatriques ou cardiaques peuvent survenir. La consommation associée à d’autres produits (alcool, drogues) majore les risques. Prendre le volant après une prise engendre un risque sur la conduite.
Le protoxyde d’azote est inflammable, il faut garder les cartouches éloignées de toute flamme. En cas d’accident ou d’incident lors d’une soirée, la responsabilité de l’organisateur peut être engagée.
Par ailleurs, les cartouches métalliques, les ballons en caoutchouc ou en latex sont des déchets qui se décomposent lentement et peuvent être ingérés par des animaux. A ce titre, les agents de police municipale disposent au titre du R. 15­33­29­3 du Code de procédure pénale, de la possibilité de constater des infractions relatives au dépôt illégal de déchets, ordures et autres matériaux sur la voie publique, en vertu des articles R.633­6 et R. 644­2 du Code pénal : ces contraventions pénales (respectivement une C3 et une C4) sont punies d’un montant maximal de 450 et 750 €.
Que faire ?
En cas de symptômes inhabituels après consommation, en cas d’urgence, prévenir les secours (15 ou 18).
En cas de difficulté à contrôler et à stopper sa consommation, consultez un médecin ou une structure spécialisée dans la prise en charge des addictions, telle qu’une consultation jeunes consommateurs qui propose un service, gratuit et confidentiel, d’accueil, d’écoute, de conseil et, si nécessaire, une orientation. Drogues info service est là pour répondre à vos questions et pour vous aider dans votre réflexion. Vous pouvez joindre anonymement l’un des écoutants tous les jours de 8h à 2h au 0 800 23 13 13 ou par chat : drogues-info-service.fr.

Par ailleurs les professionnels de santé et les usagers doivent déclarer tout cas grave d’abus, de dépendance et d’usage détourné, évènement sanitaire indésirable sur le site signalement-sante.gouv.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Renoncement aux soins


avril 2020
Selon les organismes de santé, certains patients n’osent plus se rendre en établissement de santé ou appeler leur médecin, pour des motifs autres que des symptômes liés au coronavirus. La Fehap, la Fédération hospitalière de France, la Fédération de l’hospitalisation privée, France Assos Santé, Unicancer et l’Union nationale des professionnels de santé rappellent que ces renoncements aux soins peuvent engendrer de graves dommages, particulièrement pour des pathologies chroniques ou aigües. Il est essentiel de continuer à se soigner et que les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées. En cas de doute sur son état de santé, il faut continuer à contacter son médecin ou d’appeler le 15, selon la situation.

Confinement et santé sexuelle


avril 2020
Malgré les circonstances, le Planning familial reste disponible pour toute personne qui souhaiterait échanger sur la contraception, l'avortement, la sexualité... en composant le numéro vert national 0800 08 11 11 (anonyme et gratuit). Le Planning familial rappelle que la contraception est possible, même confiné, l'avortement est toujours possible à l’hôpital ou en cabinet médical : l'IVG est un soin urgent ne pouvant être reporté. L’annuaire du numéro vert est à jour pour la Bourgogne Franche-Comté afin d’orienter au mieux les
personnes.

Covid-19 : courses et alimentation


avril 2020
Face au virus, quelles précautions avec les courses et les aliments ? Voici ce que recommande l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Covid-19


mars 2020
Faire circuler des idées fausses sur cette maladie est non seulement inutile mais également contre-productif en termes de lutte contre l'épidémie. Les principales fausses informations :
- Le virus meurt avec la chaleur. A moins d’une accélération brusque du réchauffement climatique, il ne faut pas compter dessus. Selon les estimations scientifiques, il faudrait une exposition à 56° pendant 20 à 30 mn.
- Boire chaud tue le virus. Faux. Ingurgiter un liquide à 56° pendant 20 minutes, alors ? Ce n’est pas recommandé, ni même garant du résultat.
- Boire un gargarisme avec une solution désinfectante tue le virus. Cette idée ne figure dans aucune recommandation d’aucune autorité sanitaire.
- Pour savoir si l’on est infecté, il faut retenir son souffle 10 secondes et observer si l’on y arrive sans toux ni oppression. Test non validé. Ou alors, il faut avertir les scientifiques que le test en laboratoire coûte un peu cher par rapport à cette méthode. Non seulement c’est inexact, mais les personnes prenant cette idée pour vraie peuvent se croire non infectées et abandonner les précautions recommandées.

Nutri-score


octobre 2019
Ce logo sur les produits alimentaires associe une couleur et une lettre pour indiquer la valeur nutritionnelle. D'après une étude de l'équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle de l'Inserm menée auprès de 2907 étudiants, l'utilisation des denrées portant ce logo engendre une consommation moindre de calories et d'acides gras saturés.
Voir tout