novembre 2016

«Le verre se remplit»

Christophe Boutet, président de Silicon comté, est aussi responsable d'Access code school. Rencontre avec quelqu’un qui connaît bien la filière numérique.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Peut-on se former au numérique dans la région ?
Aujourd’hui, oui, je crois, quel que soit le niveau ou le domaine. Des écoles comme 2089 ou Access code school ont vu le jour récemment, il y a des formateurs indépendants, des formations supérieures à l’Université ou à l’UTBM. C’est une région qui se dynamise et qui va rattraper son retard.

Y a-t-il un besoin ?
Oui, non seulement pour les métiers liés à l’informatique mais aussi parce qu’il y a une mutation de nombreux métiers vers le numérique. En France, il y a un réel besoin en formations de qualité et un tissu économique qui arrive à absorber une frange importante de diplômés. Ici, la filière a encore besoin d’être structurée. Beaucoup de jeunes qui se forment doivent partir pour touver du travail.

C’est un domaine où les passionnés ont longtemps pu s’autoformer. Est-ce encore possible ?
Il y a encore des autodidactes qui peuvent y arriver. Mais c’est plus compliqué. La filière prend de l’ampleur avec une plus grande segmentation des métiers et des spécialisations. Mais les écoles essaient de s’adapter à ce public avec de la pédagogie inversée, de l’autoapprentissage accompagné. Mais on voit encore des jeunes y arriver de manière autonome. On a vu l’an dernier deux jeunes du lycée Jules Haag créer une appli en se formant eux-mêmes. Après, lancer une start-up c’est plus compliqué, comme pour toute création d’entreprise. Surtout si l’on est seul. Pour aller chercher des fonds, il vaut mieux être plusieurs.

Sans parler de professionnalisation, le numérique ne devient-il pas obligatoire pour tous ? Ne pas le maîtriser est-il une nouvelle forme d’illettrisme ?
Non, car il y a des gens qui choisissent d’être déconnectés et qui arrivent à vivre sans le numérique. Mais pour ceux qui ont envie de maîtriser les bases, il y a beaucoup de possibilités. Il y a vraiment moyen d’être accompagné, notamment en zone urbaine. De nombreux réseaux sont présents. Nous-mêmes allons former des plus de 60 ans aux rudiments du code informatique. Et c’est un rôle que l’Education nationale joue de plus en plus, dès les premières classes puis au collège et au lycée. On n’est pas dans le figé, les choses bougent et sont plutôt en bonne voie. Le verre se remplit.
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Pédagogie numérique


avril 2020
Digischool, l’Afpa et La Poste ont créé l’appli pédagogique gratuite Super Cléa Num qui facilite l’acquisition de compétences numériques. En confinement, le numérique devient plus indispensable que jamais, or, 17 % de la population manque de compétences numériques selon une étude de l'Insee. Super Cléa Num est un parcours d’entraînement personnalisé permettant d’acquérir des compétences numériques. S’appuyant sur l’expertise de l’AFPA dans la formation des publics éloignés du numérique, "les contenus d’entrainement répondent à des objectifs concrets d’acquisition de connaissances et de progression dans les usages numériques, en situation de travail et pour la vie quotidienne tels que protéger ses données, sécuriser son ordinateur, réaliser un CV, utiliser les suites bureautiques…"  Accessible gratuitement à partir d’un smartphone ou d’une tablette (sous Android et IOS) en téléchargeant l’application sur cleanum.fr/applications/

Smartphone


janvier 2020
Selon une enquête OpinionWay pour Heyme de juin 2019, 23 % des étudiants passent plus de 6 h par jour sur leur smartphone et 85 % y passent au moins 2 h par jour. 38 % se disent incapables de se passer de leur smartphone pendant une journée. Selon le porte-parole de cette mutuelle santé destinée aux jeunes «la consultation du smartphone commence dès le saut du lit pour la majorité des étudiants mais également pour une grande partie de la population ! Quand on sait que les écrans impactent fortement notre concentration, notre qualité de sommeil et favorisent l'apparition de maux de têtes et de douleurs oculaires, il nous parait indispensable de prévenir, sensibiliser et éduquer les jeunes et la sphère éducative sur les bonnes pratiques liées au digital».

Phishing


avril 2019
Le phishing ou hameçonnage sur internet continue de faire rage. Tous les prétextes sont bons, à l'exemple de la série "Game of thrones" dont le nombre de fans a attiré les esprits malintentionnés (proposant par exemple de faire gagner des coffrets et cadeaux de la série dans le but de récupérer adresses mails, numéros de téléphones voire de cartes bancaires). Petit rappel de quelques précautions : on peut cliquer sur des liens à partir de sites web de confiance. Mais les liens qui apparaissent dans des emails et des messages instantanés inconnus ne mènent généralement pas à des destinations sûres. S'assurer que l'URL d'un site commence par « https » et qu'une icône représentant un verrou fermé est bien présente près de la barre d'adresse. Vérifier que le nom de domaine du site correspond exactement à celui que vous souhaitez consulter et auquel vous faites confiance. Si ce n'est pas le cas, vous pourriez être sur le point de devenir la prochaine victime d'une escroquerie par phishing. Disposer d’une solution avancée de prévention des menaces, notamment celles contenant la protection zero-phishing.

Cybersécurité


juin 2018
Un Mooc gratuit pour connaître les base de la cybersécurité : créé par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, il permet de s'initier ou d'approfondir des connaissances pour protéger ses outils numériques. En ligne jusqu'en avril 2019 ici.

Le savez-vous ?


décembre 2017
80 % des 11 – 17 ans vont sur internet au moins une fois par jour

Voir tout