avril 2018

On n’a qu’une planète

Raréfaction des abeilles, qualité de l’air : deux effets de la pollution sujets de préoccupation. Est-ce irréversible ? Article réalisé dans le cadre d'un atelier avec les élèves de l'école primaire de Novillars.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
A 91 ans, Guy Jodon pratique l’apiculture depuis 30 ans. Au début, il avait 14 ruches. Aujourd’hui, plus que deux, mais il continue par passion. Comme tous ses collègues, il est un témoin direct de l’évolution de la planète. Car les abeilles sont fragiles et sensibles à toutes formes de pollutions. «Les pesticides dans les champs et les engrais chimiques les frappent directement. Et il faut ajouter d’autres changements comme la suppression des haies ou l’intrusion des frelons. Je les ai perdues petit à petit mais c’est spectaculaire». Guy Jodon insiste sur 2 faits : «les abeilles étaient là avant l’être humain ; elles sont indispensables à la survie» car elles sont essentielles dans le processus de reproduction des plantes. Que peuvent faire les particuliers ? «Faire pousser des plantes mellifères». Mais les principales solutions dépendent de décisions politiques.

   En France, la pollution
   vient d'abord du secteur résidentiel


Ce n’est pas impensable : en ce qui concerne l’air, autre élément naturel indispensable sujet à pollution, les perspectives semblent moins sombres qu’il y a quelques années.  Du moins à Besançon. Comme partout en France, l’association Atmo Bourgogne-Franche-Comté mesure la qualité de l’air de manière indépendante. Selon Anaïs Detournay, responsable études, «la qualité à Besançon est plutôt bonne. Il n’y a pas tant d’épisodes de pollution. Dans 60 % du temps, l’indice de l’air est bon ou très bon. Mais on observe des pics entre 8 et 9 h et entre 17 et 18 h, lorsque les particuliers vont travailler ou rentrent chez eux».
Elle précise : «les niveaux de pollution de l’air ont considérablement diminué depuis les années 80. Pour certains éléments étudiés, comme le dioxyde de carbone, ils ont même tellement baissé qu’on a arrêté le suivi». Le principal artisan de cette évolution est la réglementation. «Il y a eu une prise de conscience et des normes mises en place pour le fioul ou l’essence par exemple. Dans ce dernier cas, cela a permis de diminuer considérablement le niveau de plomb dans l’air».
Tout n’est pas rose : le dioxyde d’azote ou les particules fines demeurent à des taux préoccupants, contre lesquels les associations spécialisées réclament un plan de lutte ambitieux. «Aujourd’hui, ce n’est plus l’industrie qui pollue mais les particuliers à travers le trafic routier et surtout l’habitat. Le principal problème est lié au chauffage et notamment aux cheminées à foyer ouvert. Et on le sait peu, mais en termes de pollution, faire un feu de jardin revient à aller jusqu'à Moscou en voiture !». Solutions réclamées par les observateurs : réduire le trafic routier et la consommation d’énergies fossiles.








Que peuvent faire les particuliers
- Limiter les déplacements motorisés, privilégier les transports en commun et le covoiturage.
- Eviter les feux de jardin et de bois vert qui polluent énormément.
- Eviter les cheminées à foyer ouvert (et à défaut y brûler du bois sec)

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Et si on dessinait une Europe verte ?


janvier 2023
En partenariat avec Eurodesk, le CIDJ lance la seconde édition de concours de bandes dessinées « Je dessine mon Europe verte », un projet participatif qui a pour objectif de sensibiliser et faire dialoguer les jeunes autour des enjeux citoyens et environnementaux. Ce concours leur donne l’occasion de laisser libre cours à leur créativité et à leur engagement en réalisant 2 planches de BD pour bâtir une Europe verte. Format : histoire courte de deux planches format A4. Les créations représentant un seul dessin ne sont pas admises. Seules les bandes dessinées rédigées en langue française sont acceptées. Thèmes possibles : pollution atmosphérique, énergies renouvelables, l’agriculture ou l’alimentation, l’environnement et la santé, pêche, transports, tourisme, eau, tri et recyclage, économie circulaire. Lots : 1 week-end pour 2 personnes vers une destination au choix : Bruxelles, Anvers, Cologne, Amsterdam. Participation réservée aux 15 à 25 ans, avec accord parental pour les mineurs, avant le 19 mai 2023. Règlement.

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.
Voir tout