février 2020

Restauration dans les lycées : à l’école du goût

La Région Bourgogne-Franche-Comté s’est fixé comme objectif d’atteindre 50 % de l’approvisionnement des restaurants des lycées en circuits de proximité, dont 20 % en bio. Un défi relevé par les équipes en cuisine, comme au lycée Pontarcher de Vesoul.
Photo David Cesbron / Région Bourgogne-Franche-Comté
Restauration dans les lycées : à l’école du goût

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Truite du Jura en papillote, un pot au feu avec du bœuf comtois et des légumes locaux, des pizzas et pâtisseries fraiches, cuisinées sur place : ils ont de la chance les 300 internes et demi-pensionnaires du lycée professionnel Pontarcher de Vesoul (70) ! Pour la Sainte-Catherine, le 25 novembre, ils ont même droit à du pain d’épices fait maison, une tradition locale.
« Depuis plusieurs années, nous avons modifié nos approvisionnements pour privilégier les petits producteurs de la région et les circuits courts. On a introduit également des produits bio plusieurs fois par semaine » explique avec enthousiasme Florent Gavoille, le gestionnaire de l’établissement.  Des exemples ? La viande est fournie par les éleveurs de la Chevillotte dans le Doubs. Les légumes ont été cultivés à Gy (70). Et chaque jour, une boulangerie vésulienne livre 700 petits pains au levain (le self du lycée accueille aussi les élèves du collège voisin) que les adolescents dévorent.

Les élèves participent
à la composition des menus


S’approvisionner en circuit court, cela implique de prendre en compte la saisonnalité pour composer les repas : « en hiver, on évite les tomates au profit du chou rouge ou des carottes ». Mais aussi un gros travail d’épluchage et de découpe des légumes. Pour Ghislaine Didierlaurent, la cheffe de cuisine, cela en vaut largement la peine. « C’est toujours plus gratifiant d’avoir des bons produits du terroir. Avec l’équipe, on est un peu parents ici. On a envie que les enfants mangent bien et qu’ils passent un bon moment avant de repartir en classe. »
À Pontarcher, les menus sont élaborés, dans le respect des équilibres nutritionnels, par une commission qui réunit l’infirmière du lycée, des parents et des représentants des élèves. Ces derniers disposent également d’une boîte à suggestions pour faire part de leurs envies  gourmandes.
Nouveauté, depuis la dernière année scolaire, un menu végétarien – avec une omelette, des lentilles bio ou un pavé de céréales – est proposé chaque semaine (1). « Tous les jeunes n’adhèrent pas, reconnaît le gestionnaire. Mais, nous avons un rôle important  à jouer pour les sensibiliser à la diversité alimentaire. Cela fait partie de l’éducation. »
En photo
L’équipe de restauration du lycée Pontarcher de Vesoul s’attache à proposer un maximum de plats « faits maison » aux élèves.

(1)
Depuis le 1er novembre 2019, en France, tous les restaurants scolaires – de la maternelle au lycée – doivent proposer au moins un menu végétarien par semaine. C’est-à-dire un menu unique (ou un menu alternatif dans le cas où plusieurs menus sont proposés) à base de protéines végétales (lentilles, pois chiches, haricots… associés à des céréales), d’œufs ou de produits laitiers. Une obligation anticipée par le lycée Pontarcher.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Etucare


septembre 2021
Etucare est un programme numérique conçu par l'Ireps pour prendre soin de sa santé mentale quand on est étudiant. Basé sur les thérapies cognitivo-comportementales et la psychologie positive, il permet aux étudiants de renforcer leurs ressources psychologiques et individuelles pour améliorer leur bien-être psychologique à l’aide de stratégies pratiques. Il contient des thèmes tels que gérer le stress, dormir, se connaître, réguler ses émotions...Tutoriel d'accès ici.

Vaccin


juin 2021
Depuis le 15 juin, les 12 - 18 ans peuvent se faire vacciner contre la Covid. Cette démarche est un choix personnel, dans le respect de l’autorité parentale pour les mineurs. Pour faire ce choix, il faut connaître les enjeux. L'Education nationale les rappelle dans une campagne d'information, ici.

Alimentation


octobre 2020
Un individu en France ingère quotidiennement en moyenne 2,4 kg d’aliments (moitié aliments solides, moitié boissons). Les aliments solides sont composés aux 2/3 de produits d’origine végétale et à 1/3 d’origine animale.

Renoncement aux soins


avril 2020
Selon les organismes de santé, certains patients n’osent plus se rendre en établissement de santé ou appeler leur médecin, pour des motifs autres que des symptômes liés au coronavirus. La Fehap, la Fédération hospitalière de France, la Fédération de l’hospitalisation privée, France Assos Santé, Unicancer et l’Union nationale des professionnels de santé rappellent que ces renoncements aux soins peuvent engendrer de graves dommages, particulièrement pour des pathologies chroniques ou aigües. Il est essentiel de continuer à se soigner et que les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées. En cas de doute sur son état de santé, il faut continuer à contacter son médecin ou d’appeler le 15, selon la situation.

Confinement et santé sexuelle


avril 2020
Malgré les circonstances, le Planning familial reste disponible pour toute personne qui souhaiterait échanger sur la contraception, l'avortement, la sexualité... en composant le numéro vert national 0800 08 11 11 (anonyme et gratuit). Le Planning familial rappelle que la contraception est possible, même confiné, l'avortement est toujours possible à l’hôpital ou en cabinet médical : l'IVG est un soin urgent ne pouvant être reporté. L’annuaire du numéro vert est à jour pour la Bourgogne Franche-Comté afin d’orienter au mieux les
personnes.
Voir tout