juin 2023

« Les actions anthropiques ont détérioré les cours d’eau »

Pourquoi restaurer les rivières ? Jean-Noël Resch, hydrobiologiste chargé de mission à l’Epage Haut-Doubs - Haute-Loue et président de Synusie eau, répond.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Depuis l’an dernier, l’association Synusie eau présente une conférence intitulée « Et au milieu coulait une rivière ». Elle est axée sur le fonctionnement naturel d’un cours d’eau de type méandreux et sur les conséquences des rectifications opérées par l'homme. « On ne parle pas d’assainissement, de pesticides ou d’impact agricole » précise Jean-Noël Resch. On parle de méandres et de leur importance capitale, notamment vis-à-vis de la sécheresse.

Vous montrez notamment que la rectification des rivières est une cause majeure de l’assèchement des cours d’eau. Est-ce que ça surprend ?
Oui, mais pas de façon négative. Ce que l’on ne souhaite pas, c’est que les gens pensent que l’unique responsable du manque d’eau est le réchauffement climatique. Dans ce cas, il n’y aurait pas grand-chose à faire. Or ce n’est pas le cas. La première cause de détérioration, c’est bien les actions anthropiques. Les sols sont imperméabilisés, les zones humides drainées et les cours d’eau rectifiés pour évacuer toute l’eau le plus rapidement possible à l’aval, plutôt que d’être stockée dans les sols et recharger les nappes phréatiques. Bien sûr, le réchauffement climatique fait empirer les choses car un milieu dégradé souffre encore plus. Mais dans un fonctionnement naturel, un cours d’eau a une capacité de résistance beaucoup plus forte. Tout ce qu’on a fait pour détruire le milieu a un impact beaucoup plus important. Si on annulait le réchauffement climatique, les rivières n’iraient pas mieux. Elles iraient un peu moins mal !

Certaines notions peuvent paraître contre-intuitives. Notamment qu’il y a peu de lien entre précipitations et sécheresse.
S’il ne pleut pas, il y a bien sécheresse. Néanmoins, les relevés pluviométriques et les modèles climatiques montrent qu’il n’y a pas forcément de modification quantitative dans les précipitations annuelles. Par contre, la répartition n’est plus la même et on a des crues plus fortes et des étiages (1) plus sévères, auxquels s’ajoute l’augmentation de l’évaporation due au changement climatique. Dans ces conditions, si on ne permet pas aux cours d’eau de déborder pour tempérer les crues, ils rechargent moins les nappes phréatiques et c’est de l’eau qui ne sera pas disponible en été. Par ailleurs, quand elles se produisent, les inondations ont un impact plus important. Un milieu qui fonctionne bien agit contre les inondations.

Le public n’est-il pas étonné d’entendre qu’il faut laisser déborder une rivière ?
Quand on explique, il accepte plutôt bien. Avec l’apparition de la compétence Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), on espère que ça va entrer dans les esprits. Les méandres, les échanges avec la nappe phréatique sont vraiment essentiels. Une rivière respire en débordant et quand elle le fait, elle recharge la nappe phréatique.

Stocker l’eau en grande quantité à l’exemple des mégabassines n’est pas une solution ?
Un cours d’eau qui fonctionne bien n’est ni plus ni moins qu’une mégabassine naturelle avec de l’eau que l’on peut prendre quand il le faut et sans détruire la biodiversité. Retenir l’eau artificiellement n’a pas de sens par rapport à l’idée de restaurer le milieu, qui est beaucoup plus efficace.

Vous préconisez de restaurer et reméandrer. Mais cela a un coût.
Cela peut sembler cher, mais si on compare au coût d’une autoroute, d’une aire de jeu, ça ne l’est pas. C’est une question de choix.

Est-ce qu’on retrouve cette problématique ailleurs ? Est-ce qu’il y a un consensus scientifique sur le sujet ?
En Europe, oui, on retrouve cette situation fréquemment. Sur le fait que le fonctionnement naturel d’une rivière est optimal, les hydrobiologistes sont plutôt unanimes. On essaie d’insister sur la prise en compte de l’ensemble des fonctionnalités d’un cours d’eau pour avoir un impact significatif. Cela nécessite de s’appuyer sur le fonctionnement naturel, mais pas seulement. Pour retrouver de la biodiversité, cela ne suffit pas car la qualité de l’eau entre en jeu. Or un cours d’eau est le réceptacle de tout ce qui se passe autour. On peut restaurer un cours d’eau, mais pour avoir une restauration complète de l’écosystème, c’est une autre paire de manches ! Ce qui n’empêche pas qu’il faut des travaux ambitieux.

Est-ce que l’impact est rapide ?
Ça peut mettre 5 à 6 ans pour que la rivière se stabilise. L’une des premières que l’on a reméandrée était le Drugeon dans le haut Doubs. Lors de la sécheresse de 2018, on a observé que c’était l’une des seules rivières qui coulait encore, sauf à deux endroits, l’un sur une zone non reméandrée, l’autre en aval d’un étang. Ce n’était pas basé sur des données scientifiques, c’était uniquement de l’observation, mais c’était assez fort.

Peut-on généraliser ces travaux ?
Ce serait bien mais c’est complexe car chaque cours d’eau est particulier et parfois on ne peut pas. Dans une ville, il n’est pas possible de restaurer les méandres. On est souvent confrontés à la problématique foncière. Il faut convaincre chaque propriétaire de parcelle, ce qui n’est pas simple. Quand ça bloque, c’est rarement technique, souvent foncier. Mais je veux préciser qu’on ne jette pas la pierre à ceux qui ont fait des travaux à une époque où l’idée était de nourrir la France. C’était de bonne volonté, mais les conséquences, c’est maintenant qu’on les voit.

Recueilli par S.P.
Synusie eau
Cette association née en 1980 a d’abord été créée pour représenter les hydrobiologistes de l’Ecole de Besançon et notamment diffuser des offres d’emploi. D’autres missions sont venues s’ajouter : travail sur l’assainissement autonome biologique puis sur l’écrevisse à pattes blanches, promotion de l’hydrobiologie et partage de connaissances.
Actuellement, elle a pour but de « promouvoir l’intégration de l’hydrobiologie, de l’hydroécologie et le traitement de l’eau dans l’étude la gestion et la valorisation des systèmes aquatiques continentaux et faire connaître et reconnaître l’École bisontine d’hydrobiologie et de traitement de l’eau », dont la première promotion date de 1969. L’association ajoute à ces piliers des interventions de sensibilisation au sujet de l’eau, en participant à des événements et surtout en proposant la conférence « Et au milieu coulait une rivière ». Elle peut s’adresser à tous les publics (élus, étudiants, particuliers), dans toute la région (une participation aux frais est demandée).
Contact Synusie Eau
36 A Avenue de l’observatoire
25030 Besançon
synusie@gmail.com

Note
(1) DĂ©bit minimal d'un cours d'eau

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Podcast "Au rythme du Haut-Jura"


mai 2024
Le Parc naturel régional du Haut-Jura lance son podcast « Au rythme du Haut-Jura ». Il propose un décryptage sonore de son territoire et ses richesses naturelles et humaines sur lesquels pèse le spectre des changements globaux tel que le réchauffement climatique. Au fil des rencontres ce podcasts analyse ces patrimoines remarquables, explique leurs enjeux et présente quelques actions mises en place pour les préserver. Pour cette première année, le Parc propose deux séries aux formats distincts : « La forêt » et « Curiosités ».  Elles sont diffusées alternativement selon un rythme d’un épisode par mois. Ce podcast est accessible sur toutes les plateformes d’écoute classiques.

Association écologique et forestière franc-comtoise


mai 2024
Cette association basée à Grandfontaine, à côté de Besançon, a pour but de préserver l’écologie et les forêts à travers des actions de sensibilisation telles que clean walks, buvettes écologiques, plantations d’arbres comme les Petits Fruitiers pour l’avenir installés en novembre 2022. aeeffc.org

Microforêts


mai 2024
Les projets locaux en faveur de la forêt sont multiples. On peut citer les microforêts urbaines de la Ville de Dijon. La première a été créée autour du stade d’Epirey dans le quartier des Grésilles. Inspirée du modèle de reforestation du botaniste japonais Miyawaki, elle comprend 9000 arbres ou arbustes plantés en 2021 pour créer 4000 m2 de forêt dense. C’est également en Côte d’Or, sur les communes de Pasques et d’Ouges, qu’ont vu le jour les deux premières créations forestières bio diverses sur l’idée que bâtir une forêt est possible (ouvrage de référence disponible sur forestiersdumonde.org). Citons également la plantation pédagogique de la plus petite forêt communale de France, réalisée par des élèves de primaire à Saint-Jean-de-Losne à proximité du City stade. Sur le principe de « pyramide végétale », elle servira de laboratoire et d’observatoire de l’évolution des essences.

Climat et forêt


avril 2024
Le renouvellement des forêts est précieux pour la capture du CO2. Or l’Ademe Bourgogne-Franche-Comté signale que la capacité de stockage de carbone des forêts est passée de 9,7 millions de tonnes stockés annuellement en 2011 à 0,4 million de tonnes en 2021 ! La direction régionale accompagne les initiatives de renouvellement des massifs forestiers pour restaurer cette fonction de puits de carbone. bourgogne-franche-comte.ademe.fr

Inventaire forestier


avril 2024
Connaître la forêt française ? L’IGN propose chaque année un inventaire forestier national chiffré à découvrir sur ign.fr
Voir tout