juillet 2022

« Repenser nos manières de vivre »

Le Comité local d’aide aux projets encourage la prise d’initiatives des jeunes dans tous les domaines. L’environnement en fait partie, bien entendu, à l’exemple de divers projets portés ces derniers temps.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
- Plusieurs jeunes passionnés par le milieu montagnard envisagent une journée d’animations au refuge du Berbois à La Pesse (Jura) notamment dans l’idée de sensibiliser à l’environnement un public jeune. Le projet s’articule autour d’une journée festive et animée dans un refuge de montagne, avec activité en pleine nature autour du passé, de la faune et de la flore locale, des spectacles, l’intervention d’un photographe et d’un conteur.
- Lucie, Ronny, Clara et Liv sont des Jurassiens de 18 ans qui ont souhaité sensibiliser le public à la protection et la préservation des pollinisateurs et particulièrement des abeilles sauvages à travers l’action « Perrigny fête l’abeille ».
- Anatole et Romain, deux étudiants « passionnés par la philosophie et la nature » ont organisé à Lons-le-Saunier « Vivre autrement », forum avec conférences et ateliers partant du principe que « face aux enjeux sociaux et environnementaux actuels, il est nécessaire de repenser nos manières de vivre ».
- Florent, étudiant à l’UTBM de Belfort-Montbéliard est parti à vélo à la découverte de modes de vie alternatifs (lire ici).
- Eva-Marie et Dorian, deux jeunes dijonnais, se sont lancés dans un reportage documentaire dans un écovillage (lire ici).
- Geoffrey et Emma ont eux aussi pour projet de partir à la découverte d’écohameaux : « le but de ce voyage est de rencontrer des personnes qui ont de l’expérience dans le domaine de la permaculture et les habitats écologiques afin de s’inspirer de leur vécu pour, à terme, construire notre propre maison autonome ».
- Lou et Timéo, deux jeunes bisontins, ont souhaité apporter leur soutien au projet de sanctuaire pour éléphants de cirque dans le Limousin (elephanthaven.com/fr/home), en s’y rendant à vélo « pour notre autonomie et ramasser les déchets sur les routes, car Timéo souhaite devenir guérisseur des sols (pédologue ou microbiologiste des sols). Pour nous alimenter en énergie nous aurons des panneaux solaires embarqués. Notre envie première est de nous sentir bien sur une planète propre ».
De nombreux autres projets sont à découvrir sur energiejeune.fr. Et pourquoi pas proposer le vôtre ?
En savoir +
energiejeune.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.

L’Agence régionale de la biodiversité


juillet 2022
La mission de cette agence créée en 2019 tient en 3 mots : reconquérir la biodiversité. Moyens : coordonner les initiatives, en générer de nouvelles, les généraliser, partager les connaissances et les bonnes pratiques. Etablissement public cofondé par l’Office français de la biodiversité et la Région, l’Agence mobilise tous azimuts : en direction des collectivités, des citoyens, des scientifiques, des associations, des acteurs de l’éducation et des agents économiques, orientant son travail sur le thème innovant de « biodiversité et entreprises ». Agir avec le monde économique est d’ailleurs l’une de ses 5 missions principales avec la mise en réseau des acteurs, l’organisation et la valorisation des connaissances, la cohérence des politiques publiques et l’effort pour susciter l’adhésion de tous. Financée par l’Office français de la biodiversité, la Région et le Département de la Nièvre, l’ARB de Bourgogne-Franche-Comté est l’une des 8 déjà à l’œuvre avec celles de Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Ile de France, Guadeloupe, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Normandie, Nouvelle Aquitaine et Occitanie.
arb-bfc.fr
Voir tout