juillet 2022

« Sensibiliser pour changer le regard sur la nature »

Cette année, 1189 élèves de Bourgogne-Franche-Comté ont participé à des projets d’Aires terrestres éducatives, s’inscrivant pleinement dans les dimensions pédagogiques et civiques de l’enseignement scolaire. Exemple à Nuits-Saint-Georges.
Photo Vincent Arbelet
« Sensibiliser pour changer le regard sur la nature » « Sensibiliser pour changer le regard sur la nature » « Sensibiliser pour changer le regard sur la nature »

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En ce jour de veille de vacances de printemps, 25 élèves de l’école primaire Henri Challand ont rendez-vous dans la nature avec un apiculteur. On est à Nuits-St-Georges, dans un verger conservatoire pédagogique créé par la Ville, un lieu choisi par les enfants eux-mêmes en début d’année, dans le cadre d’un projet d’Aire terrestre éducative. Leur permettre de s’approprier l’espace naturel et de s’y impliquer est l’un des enjeux des ATE, coordonnées en Bourgogne-Franche-Comté par l’agence régionale de la biodiversité. L’enthousiasme de la découverte, et peut-être de la proximité des vacances, incite Jean-Pierre Martin, l’apiculteur, à tempérer d’emblée. « Attention, avec les abeilles, il faut être très calme et ne pas courir partout ! ». Mais les enfants sont plutôt attentifs et curieux de découvrir le fonctionnement d’une ruche et la fabrication de miel. Les questions fusent. « Combien pèsent les cadres avec le miel ? Tu fais beaucoup de miel ? Est-ce qu’on pourra goûter ? Tu mettras ton déguisement ? » A son tour, Jean-Pierre Martin demande aux élèves ce qu’ils savent des abeilles. Réponses : « Elles font du miel. Elles piquent. Elles butinent des fleurs ».
Jean-Pierre Martin, apiculteur à Argilly, est surtout là pour expliquer l’organisation étonnante des abeilles, leur fragilité, leur importance. « Savez-vous qu’il faut des centaines de milliers de km parcourus pour produire 1 kg de miel ? Qu’une reine pond 2000 œufs par jour ? » Lui-même a été sensibilisé par un autre apiculteur en 2012. « J’avais une propriété où un essaim s’était posé. Je l’ai appelé pour savoir quoi faire et il m’a suggéré l’idée d’avoir des ruches. Je me suis dit pourquoi pas, il m’a montré en une saison. Il n’y a pas vraiment de formation, on apprend sur le tas et chaque apiculteur fait à sa façon. Depuis je continue… » Comme tous les autres, il s’alarme de importantes pertes d’abeilles actuelles, en raison des constructions, des maladies, de la pollution voire du frelon asiatique.

Démarche pédagogique et synergie

Lancées en 2018, les ATE sont destinés aux élèves du CM1 à la 3e, dans le cadre de l’éducation à l’environnement et au développement durable qui vise à « créer du lien entre l’individu et son environnement naturel, culturel, socio-économique tout en permettant une prise de conscience de l’urgence de préserver notre environnement en sortant de l’approche anthropocentrée ». Elles placent l’élève « au cœur de la démarche en le rendant acteur de la préservation du patrimoine naturel et culturel de sa commune ». Une idée des ATE est de confier la gestion participative d’une parcelle de zone naturelle à des élèves, dans une démarche pédagogique autour de l’environnement et de la biodiversité dans le cadre du programme scolaire. Les élèves étudient leur aire éducative et décident des actions à y mener pour préserver le patrimoine naturel et culturel. Mais ils ne sont pas seuls. Outre leurs enseignants, un référent du domaine de l’environnement et des intervenants les accompagnent au long de la démarche. Une autre idée centrale des ATE est de mettre en synergie des acteurs sur le terrain.
A Nuits-Saint-Georges, ce sont les jeunes qui ont effectivement choisi le verger conservatoire. Responsable du service espaces verts et propreté de la Ville, Mathilde Rollot était présente lors de l’animation. « On a créé cet espace pour la biodiversité mais aussi à des fins pédagogiques, donc ça tombe bien. C’est dans l’air du temps, mais c’est important. Dans le cadre de l’ATE, cela permet à des enfants des villes d’avoir accès à la nature ». Même à Nuits-St-Georges, une commune de 5500 habitants, proche de la nature, le besoin de reconnexion est ressenti.
Au total, cette année, les élèves de Henri Challand ont passé 12 demi-journées sur le terrain encadrés par une association de Chenôve, Pirouette Cacahuète, intervenante référent sur deux ATE. Le jour de la sortie nature, à côté de la sensibilisation à l’apiculture, Chloé Fourneret et Kelly Joly, animatrices de l'association, ont proposé aux enfants de mettre la main dans le terreau. Opération semis de fleurs au programme. Les élèves s’y sont prêté entre sérieux et amusement, chacun responsable d’une bande de plantation. « Le projet s’inscrit sur 3 ans explique Chloé Fourneret. Après avoir identifié le lieu d’action, défini les enjeux et mis en place le projet, l’idée est d’être au maximum dehors. On veut que les enfants touchent, sentent, observent, qu’ils n’aient pas peur de la nature ». Auparavant, les élèves ont contribué à fabriquer des nichoirs. « Ils ont créé un affect avec le lieu, donc on espère qu’ils auront moins envie de dégrader ! Plus généralement, c’est pour ça qu’on fait ce boulot : sensibiliser, ouvrir les yeux, contribuer à changer le regard. Et on sait que c’est durant l’enfance que c’est le plus important ».

S.P.
Aires éducatives
Le dispositif Aire Educative s’installe partout en France, avec comme référent national l’Office français de la biodiversité (OFB). Une Aire éducative est un petit territoire naturel géré de manière participative par les élèves d’une école (du cours moyen à la 3e), leurs enseignants et une structure d’éducation à l’environnement. Elle peut être terrestre (ATE) ou maritime (AME). Le projet s’inscrit dans une dynamique à la fois d’enseignement scolaire (il est développé tout au long de l’année scolaire) et d’écocitoyenneté. Le concept d’Aire éducative vient d’ailleurs d’enfants : en 2012, des élèves d’une classe de Vatahu, en Polynésie, ont voulu agir pour la baie située devant leur école. C’est devenu la première Aire éducative. Cette année, 26 Aires ont été labellisées en Bourgogne-Franche-Comté.
Les classes de Bourgogne-Franche-Comté qui souhaitent participer doivent prendre contact avec l’Agence régionale de la biodiversité BFC (arb-bfc.fr)

Pirouette Cacahuète
Cette association créée en 2003 à Chenôve est spécialisée dans l’éducation à l’environnement à travers des interventions, des formations, des conceptions paysagères (végétalisation, jardin partagé…), des accompagnements de projets. Sa finalité est d’« inciter chacun, famille, enfant et adulte, à prendre conscience et à être acteur de l’environnement et de son cadre de vie dans lequel il souhaite s’inscrire. » Cette sensibilisation passe par une pédagogie concrète, ludique et interdisciplinaire, en faisant se croiser les disciplines, en diversifiant les thèmes, en favorisant la participation active des publics.
pirouette-cacahuete.net

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.

L’Agence régionale de la biodiversité


juillet 2022
La mission de cette agence créée en 2019 tient en 3 mots : reconquérir la biodiversité. Moyens : coordonner les initiatives, en générer de nouvelles, les généraliser, partager les connaissances et les bonnes pratiques. Etablissement public cofondé par l’Office français de la biodiversité et la Région, l’Agence mobilise tous azimuts : en direction des collectivités, des citoyens, des scientifiques, des associations, des acteurs de l’éducation et des agents économiques, orientant son travail sur le thème innovant de « biodiversité et entreprises ». Agir avec le monde économique est d’ailleurs l’une de ses 5 missions principales avec la mise en réseau des acteurs, l’organisation et la valorisation des connaissances, la cohérence des politiques publiques et l’effort pour susciter l’adhésion de tous. Financée par l’Office français de la biodiversité, la Région et le Département de la Nièvre, l’ARB de Bourgogne-Franche-Comté est l’une des 8 déjà à l’œuvre avec celles de Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Ile de France, Guadeloupe, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Normandie, Nouvelle Aquitaine et Occitanie.
arb-bfc.fr
Voir tout