septembre 2020

Ça casse où ça passe

Les affleurements rocheux sont des éléments géologiques typiques du massif jurassien… et de la zone AOP Comté. Certains agriculteurs veulent s’en débarrasser à l’aide de « casse-cailloux ». Les défenseurs de la nature parlent de destruction, les agriculteurs d’aménagement. Les scientifiques, quant à eux, évoquent une détérioration des sols.
Photo Laurent Cheviet
Ça casse où ça passe Ça casse où ça passe Ça casse où ça passe

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Va-t-on vers la disparition des affleurements rocheux (1) dans le haut Doubs et dans le Jura ? Cette crainte est exprimée depuis 2017 par une dizaine d’associations réunies en collectif pour les paysages du massif jurassien (2). Selon elles, il y a même désormais urgence à protéger ces éléments typiques de certains paysages de moyenne montagne. « Ils font partie des prés-bois, eux aussi menacés. C’est le patrimoine naturel de la région ».  
Principaux accusés, les agriculteurs qui utilisent des engins mécaniques dénommés « casse-cailloux » capables de concasser et de réduire en poussière - ou presque - les affleurements. D’après le collectif, cette pratique, à ne pas confondre avec l’épierrage (3), s’est intensifiée ces dernières années. Dans le Doubs, la situation a donné lieu à une discussion initiée par la préfecture fin 2019. Tout le monde s’est mis autour d’une table : Etat, associations environnementales, agriculteurs, scientifiques. Résultat : dans le département, il faut désormais faire une demande préalable de destruction d’éléments rocheux. Elle est soit accordée, soit accordée partiellement, soit refusée après visite de l’Office français de la biodiversité, sorte de police de l’environnement. Ce n’est pas suffisant selon le collectif, qui demande un moratoire « pour faire cesser tout de suite les destructions »
« Attention, tous les agriculteurs ne sont pas responsables. Mais certains d’entre eux poursuivent leur pratique sans demander d’autorisation » assure Guy Pourchet, l’un des membres du collectif. Au premier semestre 2020, une centaine de cas d'abus avaient été comptabilisés après signalement. Ils concernaient les destructions de haies et d’affleurements proches, mais comme les casse-cailloux ne sont pas condamnables légalement, leur cas est, isolément, plus compliqué à évaluer. D’après ses constats sur le terrain, le collectif est persuadé que la pratique est en hausse, mais la préfecture n’a pas d’éléments chiffrés pour le confirmer. « Peut-être qu’auparavant cela se pratiquait à de plus petites échelles et cela se voyait moins avance Vanessa Grollemund, du service environnement de la DDT du Doubs. Aujourd’hui, les agriculteurs ont des machines plus puissantes, c’est spectaculaire mais il n’y a aucun moyen de savoir de façon objective si les destructions augmentent ». Elle note que les discussions, les explications sur le terrain génèrent une prise de conscience. « Je pense qu’il y avait une méconnaissance et que la sensibilisation a des effets. En cas de doute, les gens ont tendance à nous appeler ».

Agriculteurs sur la défensive

Les agriculteurs se sentent isolés et accusés alors qu’ils ne sont pas seuls responsables. Ils pointent du doigt d’autres aménagements comme les lotissements ou les équipements sportifs type pistes de ski, qui impliquent eux aussi la destruction d’affleurements.
« Mais, signale un technicien de l’OFB, il ne me semble pas avoir exemple de non-respect de la réglementation dans les domaines des TP, des équipements sportifs, des routes, des lotissements… Dans ces cas-là, il y a étude préalable systématique ».
Dans le Jura, on n’en est pas encore au protocole établi dans le Doubs. Il n’existe pas de réglementation sauf dans la zone Natura 2000, mais Christophe Buchet, président de la FDSEA (4), se déclare « prêt à discuter et à trouver un terrain d’entente, à condition que l’on écoute nos arguments. Je ne pense pas que le but de la plupart de nos agriculteurs soit d’intensifier la production ou de casser par plaisir. C’est d’abord pouvoir valoriser sa parcelle, continuer à travailler dessus sans casser son matériel. C’est notre outil de travail, on n’a pas non plus envie de le détruire ! ».
En ce qui concerne l’intensification, tout le monde n’est pas d’accord, du moins pour le Doubs. En zone AOP Comté (5), l’augmentation de la taille de certaines exploitations, la hausse de la production sont même les principales causes de pollution des eaux selon une étude récente du laboratoire de chrono-environnement de l’Université de Franche-Comté (6) : «Les excès d'azote dans les milieux aquatiques et l'accroissement des teneurs en bicarbonates sont la conséquence de l'intensification des pratiques agricoles. Les contaminations multiples par des produits phytosanitaires, des biocides et les substances actives issues des médicaments vétérinaires sont elles aussi en partie liées à l'intensification de l'agriculture». Quant au passage du casse-cailloux, il permet de rendre le terrain plus praticable mais aussi d’accroître les prairies de fauchage.
En porte-parole de la profession, Christophe Buchet conteste le mot destruction. « Je préfère parler d’aménagement. Dans certains endroits du Jura, si on n’intervient pas, le paysage se referme, c’est l’enfrichement. Si on ne peut pas entretenir un champ, on l’abandonne. Je ne sais pas si la biodiversité y gagne ».

Protection des espèces végétales et animales

« Façonner la nature n’est pas nouveau dit un autre agriculteur. Il faut accepter que les choses changent ». Les prés-bois, par exemple sont dus à l’intervention humaine. S’il ne s’agissait que de paysage, le problème des affleurements rocheux ne serait qu’une question de subjectivité. Mais ils constituent également un milieu spécifique, habitat privilégié d’espèces dont certaines en voie d’extinction. « Les détruire engendre également une banalisation, une uniformisation de la flore » estime le collectif. La protection des espèces est l'un des critères majeurs des autorités lorsqu'elles accordent ou non une autorisation de destruction. Une question se pose : et si en bout de course, cela contribuait à uniformiser le goût du Comté ? Pour l’instant, personne ne peut répondre.
Pour les agriculteurs, produire doit faire partie de l’équation. Le problème des affleurements ne serait qu’un élément de plus à verser au compte d’un « agribashing » ambiant et de l’idée que les écologistes ont le vent en poupe. Christophe Buchet étend le questionnement. « Il faut nous dire quelle agriculture on veut pour demain. Comment doit-on faire si on ne nous donne pas les moyens de faire correctement notre travail ? A un moment donné, on a besoin de terrains pour continuer à produire en quantité et qualité. Pour revenir sur les affleurements, il faut rappeler qu’il y a une quinzaine d’années, c’est l’administration qui finançait le passage des casse-cailloux. Ça ne posait de souci à personne ».

Transformation du sol

Mais les choses changent, comme le résume Eric Lucot, enseignant-chercheur en pédologie à l’Université de Franche-Comté : « Auparavant, ça n’avait pas l’ampleur que ça prend actuellement. Et la méthode ancestrale de retirer les cailloux n’a pas les mêmes conséquences que la transformation biochimique du sol induite par le concassage d’éléments calcaires ». Il est l’auteur d’une étude sur les sols à affleurements rocheux datée de février 2018. Elle conclut à une transformation des sols après la destruction des affleurements : « sols très caillouteux, au ph devenu basique à cause du calcium libéré, destruction de la végétation et perturbation des organismes du sol ».
Parmi les conséquences dans les mois qui suivent, il note une libération importante des nitrates suite à la destruction de la végétation, une forte augmentation de la quantité de calcium, une réserve en eau faible à très faible avec une répartition volumique modifiée. En résumé, il évoque « des modifications physiques et chimiques irréversibles, un potentiel agronomique qui reste faible, voire dégradé et des risques de transferts en profondeur (nitrates...) en cas d'épandage de fertilisants ou d'un nombre trop élevé d'animaux en pâture ». Le broyage des affleurements va dans le sens d'une uniformisation, « dans le sens de simplification de la végétation, de recul des epèces ». Ce n'est pas la seule modification de l'environnement : « les transferts d'azote dans les rivières correspondent aux zones de labour et de broyage. Par ailleurs, la valeur agronomique induite par les broyages est très réduite. A la base, l'un des problèmes est que les agriculteurs ne sont pas formés et sensibilisés aux sols. Ils n'ont donc pas trop conscience des conséquences ».
Le contexte a lui aussi changé : « si l’on était par exemple au début du XXe siècle sans l’évolution du paysage et le réchauffement que l’on connaît actuellement, il n’y aurait pas les mêmes enjeux. Mais là, ils se trouve que l’on touche à des milieux encore pas trop transformés, avec des écosystèmes naturels qui ne subissent pas trop de pression. Ces milieux sont de plus en plus rares. Les protéger va au-delà du goût du Comté ».

Stéphane Paris
En photo
Il reste des affleurements du côté de Fournet-Luisans montrent les membres du collectif pour les paysages du massif jurassien. La différence avec les zones passées au casse-cailloux est assez visible.

Notes
(1) Il s’agit d’un ensemble de roches mises à nu et apparaissant en surface. Dans la région, ils sont dus à la dissolution hétérogène du calcaire.
(2) Collectif pour les paysages du massif  / facebook
(3) Action d'enlever les pierres d'un champ.
(4) Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles
(5) Une révision du cahier des charges de la filière Comté doit être officialisée en 2021.
(6) Étude de l’état de santé des rivières karstiques
en relation avec les pressions anthropiques sur
leurs bassins versants
(
7) Les sols des zones à affleurements rocheux et
conséquences du concassage des éléments calcaires


Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.

L’Agence régionale de la biodiversité


juillet 2022
La mission de cette agence créée en 2019 tient en 3 mots : reconquérir la biodiversité. Moyens : coordonner les initiatives, en générer de nouvelles, les généraliser, partager les connaissances et les bonnes pratiques. Etablissement public cofondé par l’Office français de la biodiversité et la Région, l’Agence mobilise tous azimuts : en direction des collectivités, des citoyens, des scientifiques, des associations, des acteurs de l’éducation et des agents économiques, orientant son travail sur le thème innovant de « biodiversité et entreprises ». Agir avec le monde économique est d’ailleurs l’une de ses 5 missions principales avec la mise en réseau des acteurs, l’organisation et la valorisation des connaissances, la cohérence des politiques publiques et l’effort pour susciter l’adhésion de tous. Financée par l’Office français de la biodiversité, la Région et le Département de la Nièvre, l’ARB de Bourgogne-Franche-Comté est l’une des 8 déjà à l’œuvre avec celles de Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Ile de France, Guadeloupe, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Normandie, Nouvelle Aquitaine et Occitanie.
arb-bfc.fr
Voir tout