juin 2015

Abeilles : alerte générale

Les populations diminuent depuis plusieurs années alors qu'elles sont essentielles pour l'environnement. Les décisions pour enrayer la situation restent pauvres.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’alarme a sonné depuis quelques années. En France comme ailleurs, les populations d’abeilles diminuent, depuis deux décennies. Le phénomène s’est accentué ces derniers temps avec des taux de surmortalité de 30 à 35 %, pouvant atteindre 50 % de pertes hivernales. «C’est un souci constaté au niveau mondial» rappelle Frédéric Mora, entomologiste au conservatoire botanique de Franche-Comté. «Avec des régressions d’abeilles sauvages, dont font partie les bourdons, et des disparitions d’abeilles domestiques qui peuvent être brutales puisqu’elles concernent parfois 100 % d’une ruche».
Les causes sont encore mal connues ou plutôt elles sont multiples. «Parfois la mortalité est complètement différente à quelques kilomètres de distance. Parfois les ruches redémarrent. Il y a un faisceau de causes diverses et de facteurs croisés». Pesticides, pollution, génétique, parasites, virus, changements des contextes saisonniers, simplification des milieux, intensification de l’agriculture et même le frelon asiatique sont plus ou moins responsables.
«En ce qui concerne les abeilles sauvages, la simplification des habitats est la principale cause. En Franche-Comté, nous avons encore la chance d’avoir des milieux pas si mal que ça». Mais la région n’échappe pas non plus aux hécatombes. «Nos abeilles vivant en milieu urbain semblent moins fragilisées que celles du monde rural» note Frédéric Maillot, technicien animalier à la Citadelle de Besançon. L'insectarium de la Citadelle entretient des ruches et le syndicat apicole du Doubs constate la meilleure santé de leurs habitantes que celles de la campagne. A moins qu'elles ne soient exposées à des produits moins nocifs.... Toujours est-il que la production nationale apicole de l'année 2014 a été la plus faible jamais enregistrée.

   40 % de l'alimentation
  est concernée


L’abeille est fragile, et indispensable. Elle est le principal insecte pollinisateur, ces derniers assurant les ¾ de la reproduction des plantes.  Cela concerne le colza comme, la pomme, le melon, les carottes, les salades ou les fraises. Au total, 40% de notre alimentation dépendrait de l’insecte. Un calcul évalue à près de 3 milliards la valeur de leur acivité. «Il y a des zones aux Etats-Unis où les agriculteurs sont payés pour polliniser eux-mêmes, afin d’avoir des pommes !» illustre Frédéric Mora.
Autre élément important, «l’abeille intervient comme sentinelle et donne l’alerte pour les atteintes à l’environnement et la biodiversité. Elle est l’avant-garde de l’humain. Observer les troubles et les mortalités des colonies d’abeilles, et surtout chercher à en comprendre les causes, c’est protéger la santé publique et le milieu dans lequel vivront nos enfants». Ces lignes sont issues du plan de développement durable de l'apiculture du ministère de l'Agriculture, établi en 2012. Depuis, peu d'évolution à noter. Alors que l'alerte est donnée depuis longtemps, les Etats-Unis viennent de lancer un plan d'action pour sauver les abeilles. En Europe, un moratoire (c'est-à-dire une interdiction temporaire) de 2013 s'oppose à l'utilisation de certains pesticides dans certains cas. Il ne concerne que quatre molécules, qui peuvent de toute façon être utilisées sur les céréales d'hiver. Les populations d'abeille continuent de diminuer et le moratoire arrive à terme à la fin de l'année. La France, elle, a décidé de le prolonger et l'étendre à d'autres substances, visant particulièrement les néonicotinoïdes, neurotoxiques lancés au milieu des années 90. Cette décision fait partie d'un nouveau plan national d'action. C'est déjà le deuxième en 2 ans. Les fabricants de produits phytosanitaires sont contre.
Les défenseurs des abeilles le trouvent timide, même s'ils admettent que leur combat est reconnu, surtout après un amendement adopté en mars par l'Assemblée nationale interdisant les néonicotinoïdes à partir de janvier 2016. L'Union nationale de l'apiculture française admet des "annonces encourageantes mais attend des précisions pour évaluer l'ampleur des avancées". Signe le plus positif, outre l'extension du moratoire : «la confirmation de la demande d’accélération de la réévaluation scientifique auprès de la Commission européenne par l’Agence européenne de sécurité sanitaire des aliments (AESA)».
Mais le syndicat reste prudent. il rappelle que malgré les déclarations, "la France continue de délivrer des autorisations de mise sur le marché à plusieurs pesticides contenant des néonicotinoïdes (Luzindo à base de thiaméthoxam sur la vigne, Sonido à base de thiaclopride sur le maïs, Suxon Forest à base d'imidaclopride sur les pins, etc.)." L'Unaf continue à demander leur interdiction, avec celles d'autres substances de cette famille, reconnues très dangereuses pour les abeilles et demeurant sur le marché, telles le thiaclopride ou l’acétamipride. Le plan national prévoit d'autres mesures plus anecdotique : fauchage tardif sur les routes nationales, encouragement des jachères fleuries. De ce côté, l'Unaf attend "un engagement de l'agriculture dans des pratiques véritablement respectueuses de l'environnement tout en restant aussi performantes en matière de rendement : rotation des cultures, diversités des plantes cultivées, agroforesterie, etc".

Stéphane Paris
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Et si on dessinait une Europe verte ?


janvier 2023
En partenariat avec Eurodesk, le CIDJ lance la seconde édition de concours de bandes dessinées « Je dessine mon Europe verte », un projet participatif qui a pour objectif de sensibiliser et faire dialoguer les jeunes autour des enjeux citoyens et environnementaux. Ce concours leur donne l’occasion de laisser libre cours à leur créativité et à leur engagement en réalisant 2 planches de BD pour bâtir une Europe verte. Format : histoire courte de deux planches format A4. Les créations représentant un seul dessin ne sont pas admises. Seules les bandes dessinées rédigées en langue française sont acceptées. Thèmes possibles : pollution atmosphérique, énergies renouvelables, l’agriculture ou l’alimentation, l’environnement et la santé, pêche, transports, tourisme, eau, tri et recyclage, économie circulaire. Lots : 1 week-end pour 2 personnes vers une destination au choix : Bruxelles, Anvers, Cologne, Amsterdam. Participation réservée aux 15 à 25 ans, avec accord parental pour les mineurs, avant le 19 mai 2023. Règlement.

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.
Voir tout