décembre 2018

«Les gouttes d’eau finissent par devenir des mers»

Le développement durable est l'affaire de tous. Un entretien avec Blandine Aubert, directrice régionale de l’Ademe Bourgogne-Franche-Comté.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le développement durable est au cœur des préoccupations  de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Elle met son expertise au service des entreprises, des pouvoirs publics mais aussi des particuliers. Sur son site, on peut lire : «L'avenir de notre planète passe par une société de la sobriété et par la responsabilisation des acteurs. Tous les enjeux sont interdépendants : énergie, déchets, qualité de l'air, préservation des ressources...» Blandine Aubert, directrice de l'organisme en Bourgogne-Franche-Comté prolonge ce point de vue.

Pensez-vous que la sensibilisation du grand public aux thèmes liés au réchauffement climatique est en bonne voie ?
Oui, mais ça ne va pas assez vite. Le sujet a pris une place importante dans les médias. On ne peut plus écouter les journaux sans avoir au moins un sujet sur l’environnement. La prise de conscience augmente mais le plus difficile c’est le passage à l’action. Il n’est pas évident de revenir sur les habitudes prises. La consommation des ressources naturelles a été multipliée par 10 au siècle dernier et l’évolution est exponentielle. On sait qu’il est impossible de continuer à suivre la courbe. Nous sommes obligés de changer de modèle de développement, ce qui remet en cause notre vision du monde établie depuis les années 50.

Pensez-vous que les jeunes sont plus sensibles à ces questions ?
Oui, mais ils sont aussi très sensibles aux messages d’incitation à la consommation et ils zappent vite. Dans certains domaines comme la voiture, leur comportement est différent des générations d’avant. J’ai l’impression qu’ils sont moins attachés à la propriété d’une voiture personnelle. Mais dans d’autres comme les smartphones, ils sont beaucoup plus consommateurs.

Certains ne savent pas ce qu’ils peuvent faire, d’autres pensent que les petits gestes de particuliers sont une goutte d’eau. Il y a aussi une part de déni ou d’incrédulité.
C’est vrai que toute la population n’est pas convaincue. Pourtant, chacun peut agir. Les petits gestes ont un impact, pas seulement sur l’environnement mais aussi sur les dépenses de chacun. On peut être plus sobre dans la consommation, utiliser au maximum ce qui ressort des ressources renouvelables. Aujourd’hui encore, une majorité des automobiles se déplacent avec un seul passager. Le covoiturage est assez facile à pratiquer. Dans tous les domaines, chacun peut agir : les modes de déplacement, le logement, l’alimentation, l’habillement… Manger des fruits de saison, être attentif aux écolabels est à la portée de tous. Et plus il y a de monde plus il y a un impact sur les entreprises. On le voit avec le développement du bio, qui répond à une demande. En allant plus loin, les particuliers peuvent aussi interpeller les fabricants, s’investir dans des collectifs comme on peut le voir dans le domaine des énergies renouvelables. Si on cumule l’ensemble, les gouttes d’eau finissent par devenir des mers.

On peut être découragé quand on voit que des grands pays abandonnent la lutte contre le réchauffement.
Cela ne veut pas dire que l’ensemble du pays suit le mouvement. Aux Etats-Unis, des grandes villes ont choisi de rester dans l’accord de la Cop 21. Il n’y a pas que les Etats, il y a aussi les entreprises, les collectivités et les citoyens.  Chaque acteur a un bout de la solution.

Recueilli par Stéphane Paris



www.ademe.fr
En savoir plus
ademe.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Et si on dessinait une Europe verte ?


janvier 2023
En partenariat avec Eurodesk, le CIDJ lance la seconde édition de concours de bandes dessinées « Je dessine mon Europe verte », un projet participatif qui a pour objectif de sensibiliser et faire dialoguer les jeunes autour des enjeux citoyens et environnementaux. Ce concours leur donne l’occasion de laisser libre cours à leur créativité et à leur engagement en réalisant 2 planches de BD pour bâtir une Europe verte. Format : histoire courte de deux planches format A4. Les créations représentant un seul dessin ne sont pas admises. Seules les bandes dessinées rédigées en langue française sont acceptées. Thèmes possibles : pollution atmosphérique, énergies renouvelables, l’agriculture ou l’alimentation, l’environnement et la santé, pêche, transports, tourisme, eau, tri et recyclage, économie circulaire. Lots : 1 week-end pour 2 personnes vers une destination au choix : Bruxelles, Anvers, Cologne, Amsterdam. Participation réservée aux 15 à 25 ans, avec accord parental pour les mineurs, avant le 19 mai 2023. Règlement.

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.
Voir tout