janvier 2013

«Une fascination inconsciente»

Laurent Néault est vétérinaire à Pirey dans le Doubs. Son point de vue sur les nouveaux animaux de compagnie.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Est-ce que vous notez une progression du nombre de nouveaux animaux de compagnie ?
En ce qui concerne les consultations au cabinet, durant les 3 dernières années, il n’y a pas énormément d’évolution en termes de volume. Mais je pense qu’il y en a quand même de plus en plus. On en voit de plus en plus en magasin, ce qui signifie qu’il y a une demande. Ce que je note, c’est surtout une évolution de ce que sont capables de faire les gens en termes d’investissement financier et affectif. Aujourd’hui, on nous demande d’opérer des lapins, ce qui n’arrivait pas auparavant. Le lapin est de plus en plus un animal de compagnie équivalent au chien ou au chat.

Et dans les types d’animaux ?
C’est varié. Cela va des traditionnels lapin, cobaye, hamster aux plus exotiques. Les reptiles restent limités car il faut une certaine expertise. Mais la variété augmente. Hier, j’ai vu un varan tupinambis, espèce rare d’Argentine qui peut atteindre 7 kg. On m’a aussi apporté une mygale qui perdait ses poils.

Qui sont les amateurs de ce type d’animaux de compagnie ?
La plupart sont des jeunes, entre 20 et 30 ans. Il y a des vrais passionnés qui ont plusieurs animaux, avec des espèces de toute nature. Ils ont une certaine connaissance de leurs animaux et savent comment s’en occuper. Mais il y a aussi de plus en plus d’amateurs qui sont intéressés par des animaux exotiques dont il est plus facile de s’occuper, comme certains pythons ou les geckos. Dans tous les cas, il faut savoir entretenir l’environnement de l’animal. Ce n’est pas seulement une question de nourriture. Pour chaque espèce, il faut reproduire les conditions du milieu d’origine, la température, les UV. Cela impose une technicité et de l’équipement.

Quel est votre point de vue sur l’attrait de ces nouveaux animaux ?
Il y a un côté esthétique, décoratif plus qu’affectif. Avoir ces animaux est aussi une façon de montrer une certaine originalité, voire une marginalité. Je pense qu’il y a aussi quelque chose de l’ordre de la fascination inconsciente. Enfin, il est question de rapport à la nature, à l’inconnu. De savoir jusqu’où on est capable d’aller pour dominer ce que l’on ne maîtrise pas. Plus les gens s’y connaissent, plus ils essaient d’avoir des espèces de plus en plus difficiles à manipuler.

Recueilli par Stéphane Paris
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Podcast "Au rythme du Haut-Jura"


mai 2024
Le Parc naturel régional du Haut-Jura lance son podcast « Au rythme du Haut-Jura ». Il propose un décryptage sonore de son territoire et ses richesses naturelles et humaines sur lesquels pèse le spectre des changements globaux tel que le réchauffement climatique. Au fil des rencontres ce podcasts analyse ces patrimoines remarquables, explique leurs enjeux et présente quelques actions mises en place pour les préserver. Pour cette première année, le Parc propose deux séries aux formats distincts : « La forêt » et « Curiosités ».  Elles sont diffusées alternativement selon un rythme d’un épisode par mois. Ce podcast est accessible sur toutes les plateformes d’écoute classiques.

Association écologique et forestière franc-comtoise


mai 2024
Cette association basée à Grandfontaine, à côté de Besançon, a pour but de préserver l’écologie et les forêts à travers des actions de sensibilisation telles que clean walks, buvettes écologiques, plantations d’arbres comme les Petits Fruitiers pour l’avenir installés en novembre 2022. aeeffc.org

Microforêts


mai 2024
Les projets locaux en faveur de la forêt sont multiples. On peut citer les microforêts urbaines de la Ville de Dijon. La première a été créée autour du stade d’Epirey dans le quartier des Grésilles. Inspirée du modèle de reforestation du botaniste japonais Miyawaki, elle comprend 9000 arbres ou arbustes plantés en 2021 pour créer 4000 m2 de forêt dense. C’est également en Côte d’Or, sur les communes de Pasques et d’Ouges, qu’ont vu le jour les deux premières créations forestières bio diverses sur l’idée que bâtir une forêt est possible (ouvrage de référence disponible sur forestiersdumonde.org). Citons également la plantation pédagogique de la plus petite forêt communale de France, réalisée par des élèves de primaire à Saint-Jean-de-Losne à proximité du City stade. Sur le principe de « pyramide végétale », elle servira de laboratoire et d’observatoire de l’évolution des essences.

Climat et forêt


avril 2024
Le renouvellement des forêts est précieux pour la capture du CO2. Or l’Ademe Bourgogne-Franche-Comté signale que la capacité de stockage de carbone des forêts est passée de 9,7 millions de tonnes stockés annuellement en 2011 à 0,4 million de tonnes en 2021 ! La direction régionale accompagne les initiatives de renouvellement des massifs forestiers pour restaurer cette fonction de puits de carbone. bourgogne-franche-comte.ademe.fr

Inventaire forestier


avril 2024
Connaître la forêt française ? L’IGN propose chaque année un inventaire forestier national chiffré à découvrir sur ign.fr
Voir tout