mars 1990

«Vanité et profits détruisent l'humanité»

Un entretien exclusif avec le vulcanologue Haroun Tazieff.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
A 75 ans, Haroun Tazieff s'exprime avec une passion de jeune homme et la franchise rapeuse d'un homme plus à l'aise sur les pentes volcaniques que dans les salons. Il répond aux questions de Topo après en avoir posé une sur la couverture de son dernier livre : «la Terre va-t-elle cesser de tourner ?» paru chez Seghers.

Si vous aviez 20 ans, ou moins, aujourd'hui, seriez-vous écolo ?
Oui, puisque j'étais défenseur de la nature. On ne disait pas écolo, ni écologisme, ni environnement, à l'époque. On aimait la nature, chez moi, par le fait même on la protégeait, on la défendait. Mais elle était infiniment moins agressée qu'elle ne l'est. Il n'y a pas de commune mesure entre les agressions que la nature subit aujourd'hui, en réalité depuis 1945, et ce qui se passait dans mon enfance. En quarante-cinq ans, la nature a été plus agressée que pendant les siècles précédents, pendant toute la durée de l'humanité, c'est-à-dire deux millions d'années ! C'est un désastre, une agression monstrueuse qui nous conduit tout droit vers des cataclysmes.

   La planète s'en fout

Quand on est jeune aujourd'hui, il y a donc de quoi être inquiet pour la planète ?
Lorsqu'on parle de la planète je réagis mal. La planète se fout complètement de la vie qu'il y a dessus. C'est un astre sur la surface duquel il y a un film absolument imperceptible d'épaisseur qui est ce qu'on appelle la biosphère. Donc une sphère de vie dont nous faisons partie et que nous sommes en train d'agresser et de détruire.

Contrairement à certains, vous ne dites pas, sauvons la planète, mais sauvons l'humanité qui se détruit elle-même en polluant ?
Actuellement, notre comportement est une sorte de suicide collectif. Par imbécilité, par vanité, par souci de faire des profits. C'est le profit qui conduit à la destruction de l'humanité et le profit joue sur la vanité de l'homme. Celle-ci est une caractéristique négative très répandue, surtout dans les sociétés riches.

Qu'avez-vous envie de dire aux jeunes générations? Ne soyez pas vaniteux ?
Soyez, avant tout, le moins vaniteux possible. II faut lutter contre sa propre vanité. J'essaie de le faire depuis l'enfance. Le conseil que j'ai envie de donner est celui que ma mère m'a prodigué : il ne faut jamais que l'objectif de ce qu'on fait soit l'argent. Certes, il est indispensable. C'est le seul moyen avec lequel on puisse faire des choses. Mais ce n'est qu'un moyen. Il ne doit jamais êtré un but.

   Pas d'éthique

La société, aujourd'hui, ne vous donne-t-elle pas l'impression de faire une finalité de l'argent ?
Bien sûr, l'argent est une finalité dans notre société. Depuis que l'humanité est civilisée, entre guillemets, depuis qu'elle vit en société non nomade et non agricole, l'enrichissement apparaît comme un des moyens essentiels de se sécuriser. La vanité en est un autre, comme les honneurs, les médailles, toutes ces babioles...

Etes-vous décoré ? Avez-vous la Légion d'honneur ?
Je l'ai refusée trois fois déjà. Je ne pense pas qu'il y aura une quatrième proposition...

L'argent pour l'argent, la vanité sont, selon vous, très répandus dans la société d'aujourd'hui. Mais quelle est la valeur qui fait le plus défaut ?
C'est l'éthique.

Espérez-vous que les générations qui montent auront davantage d'éthique ?
Je le souhaite... 

Percevez-vous des signes, dans ces générations, d'un appétit d'éthique ?
Oui, mais la plupart du temps cet appétit disparaît quand les jeunes, quittant leur adolescence, entrent dans l'âpre lutte pour la vie, la compétition et l'université, au CNRS, au CEA, le nec plus ultra de la connaissance scientifique. Quand ils étaient à l'école, ils avaient de l'éthique. Il y a dix pour cent qui n'ont pas d'éthique et, de ce fait, arrivent plus haut que les autres parce qu'ils utilisent n'importe quelle méthode. C'est donc souvent des gens qui n'ont pas suffisamment d'éthique qui sont trop souvent, aux leviers de commande. C'est aussi vrai pour la politique.
   
   Trop d'arrivistes

Lorsque vous étiez au gouvernement, vous en êtes-vous rendu compte, entre 1981 et 1986 ?
Oui, j'ai été commissaire, puis délégué aux risques majeurs auprès du Premier ministre. Je ne regrette pas cette expérience mais je ne la recommencerai pas.

Vous avez été déçu ?
Oh là là... Quelle ouverture de paupières ! Des tas de gens sur lesquels je me faisais des illusions m'ont fait perdre ces illusions.

Les gens ne s'intéressent pas beaucoup à la politique et vous vous semblez désabusé par rapport à la politique, plus exactement au personnel politique...
Le personnel politique me déçoit car, une fois encore, ce sont les vanités et les arrivismes personnels qui jouent.

Si aujourd'hui on vous disait : Monsieur Tazieff, on vous prend au ministère de l'Environnement, que feriez-vous ?
Je dirais moi je veux bien mais c'est totalement impossible. Parce qu'un vrai ministère de l'Environnement devrait avoir un budget au moins égal à celui du ministre de la Défense ou de l'Intérieur ou de l'Education nationale. Il y a, en effet, énormément à faire à l'environnement et cela demande beaucoup de moyens et ça, on ne me le donnera jamais. Ou alors il faudrait un Gorbatchev, mais il n'y en a qu'un par millénaire dans le monde.

Vous rejoignez les reproches que font les Verts. Vous sentez-vous proche d'eux ?
Pas du tout. L'écologisme ne doit pas être un parti politique. Leur démarche est politicienne.

   Les milliards de la Défense nationale

Vous estimez que l'écologie ne doit pas être politicienne, ni récupérée par un parti ?
Si, l'écologisme doit constituer une part importante du programme de chaque parti politique. Pour qu'il y ait des élus qui défendent la biosphère, la nature, la vie dans la politique de leur parti. Cela dit, les partis se sont découvert une fibre écologique quand ils ont constaté qu'il y a 10 à 15 % d'électeurs à récupérer. Je voudrais que tous les partis, surtout les partis importants qui sont au pouvoir, prennent les problèmes de la vie avec le même sérieux que ceux de la Défense nationale qui n'a plus tellement de raison d'être et on ne consacre rien à la protection de la vie.

Vous êtes sceptique quand on vous parle de l'effet de serre et des trous dans la couche d'ozone. Selon vous, il n'y a pas de danger ?
Je n'y crois pas du tout. Je ne suis pas le premier scientifique à mettre en doute ce danger mais je suis celui qui a la possibilité d'être écouté par le grand public. Je ne crois absolument pas à cette menace. En tout cas pas à son immi-
nence.

Quelle est la menace imminente selon vous ?
Ce sont les pollutions. Sur terre, les déchets de toute nature, à commencer par les ordures ménagères. C'est une menace monstrueuse.

   Blablabla

Et les déchets nucléaires?
Aussi, mais c'est secondaire par rapport aux autres. Alors là, je m'en fous éperdument parce qu'on sait très bien, en y mettant les moyens, comment les stocker en profondeur dans une géologie convenable et il n'y a aucun risque. Mais les autres déchets augmentent de façon exponentielle. Il y a aussi la pollution des eaux, de toutes les eaux. Surtout les nappes phréatiques et les eaux marines. Les rivières c'est secondaire, on peut les dépolluer quand on veut.

Encore faut-il une volonté politique. Pensez-vous qu'elle existe ?
Ah non ! Il n'y a que du bla-blabla. A part Lalonde ce n'est que du blabla.

La situation est-elle réversible ?
Pour le moment, elle l'est. Mais à la vitesse à laquelle croit la pollution dans moins de vingt ans il y aura des quantités de choses irréversibles, notamment dans les océans et dans beaucoup de nappes phréatiques.

Les jeunes générations vont être confrontées à de graves problèmes d'environnement ?
Nous aussi. D'ici à l'an 2000 à la vitesse avec laquelle elle s'accroît, la pollution ce sera peut-être dix fois pire qu'aujourd'hui. La preuve que ça va mal : les Etats consentent à parler d'ordures. Ils ne font rien mais ils en parlent. C'est un début...

Recueilli par Francis Loridan
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Déchets : action ou vérité ?


octobre 2021
En savoir plus sur les déchets, leur réduction, leur recyclage en s'amusant ? 7 structures spécialisées ont proposé à 9 personnalités de la région (Laurence Semonin, Vincent Defrasne, Xavier Thévenard, Mystical Faya...) de mettre en avant certaines pratiques par l'intermédiaire du jeu action ou vérité, prétexte à rencontrer une vingtaine d'acteurs locaux et découvrir des astuces dans ce domaine. A voir sur actionouverite-bfc.fr

Le Muséum de Besançon rejoint #UnispourlaBiodiversité


avril 2021
Le Muséum de Besançon vient de rejoindre la coalition mondiale #UnispourlaBiodiversité, initiative de la commission européenne. Cette coalition rassemble tous les jardins botaniques, musées de science et de sciences naturelles, zoos, aquariums et parcs naturels qui veulent joindre leurs forces pour informer, sensibiliser et appeler chacun à agir pour la biodiversité. Interpeller les "leaders mondiaux" sur le sujet fait également partie de ses objectifs. En savoir plus 

Devenir POTE


mars 2021
Les Pionniers ordinaires de la transition écologique sont des citoyens engagés qui veulent faire accélérer la transition. Ils sont environ 500 dans la région et pour être candidat, il suffit d'aller voir là.

Inventaire des plantes printanières


février 2021
Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté propose cette mission à tous les amoureux de la nature : recenser les espèces printanières, y compris les plus communes. Cet inventaire doit permettre d'améliorer la connaissance de leur répartition et de suivre l'évolution de la biodiversité régionale tout en observant si une fleur est menacée ou non. Un tel travail est conséquent aussi le Conservatoire sollicite-t-il la participation des volontaires, invités à faire part de leurs observations au gré de leurs promenades. Un formulaire de saisie simple d'utilisation est à disposition sur le site du CBNFC.

Défi rien de neuf


novembre 2019
Si on utilisait en priorité les objets déjà en circulation plutôt que d’acheter du neuf ? Un défi lancé parce que derrière chaque objet neuf se cache une montagne de ressources naturelles invisibles pour l'utilisateur final. L’idée est de se poser la question avant tout achat : “puis-je faire autrement ?” Pour aider les volontaires sur cette question, le site riendeneuf.org propose des alternatives et des conseils, un forum d’échanges de pratiques. Chacun peut suivre ses résultats en kilos de ressources naturelles préservées. Objectif 2019 : atteindre 100 000 participants.
Voir tout