décembre 1990

Comme un arbre dans la ville...

... Je suis né dans le béton coincé entre deux maisons...

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Cette chanson de Maxime Le Forestier mentionnait déjà les difficultés rencontrées par «l'arbre des villes». Il faut admettre que le milieu urbain propose à l'arbre des conditions d'existence particulièrement difficiles, bien différentes de celles de «l'arbre des champs» : revêtement des sols, nombreux ouvrages creusés dans le sous-sol, conditions atmosphériques, grande fréquentation des espaces, etc. Nul ne voit, en ville, l'arbre germer, jaillir du sol. Quand on le plante, il semble qu'on l'amène comme un accessoire du décor urbain. Il est vrai que l'un des premiers rôles que l'homme lui a attribué fut d'embellir la ville, rôle esthétique joué grâce à l'aspect décoratif de sa silhouette, différente d'une espèce à l'autre, par les teintes de son feuillage changeant au fil des saisons. On l'a chargé de nombreuses fonctions : mettre en valeur l'architecture, assouplir les lignes trop rigides du paysage urbain, cacher des façades désagréables à voir, donner de la cohérence à une rue ou à un passage, abriter une place... S'il partage avec le ciel le privilège d'être l'un des premiers éléments naturels dans la ville, c'est lui cependant qui éveille à l'idée de nature... Son rôle psychologique et poétique n'est donc pas négligeable. Ces rôles sont en général parfaitement identifiés par le citadin.
Par contre, le rôle biologique de l'arbre est moins connu car difficile à observer. Il est pourtant très important, jugez-en :
- il régule le taux de CO 2 (dioxyde de carbone) dans l'atmosphère, en le consommant et en rejetant de l'oxygène (0 2) pendant la journée : c'est le phénomène de photosynthèse,
- il assainit l'air de la ville : les feuilles captent les poussières qui proviennent des multiples activités qui se déroulent dans la ville, elles absorbent les microbes et les polluants chimiques de l'air (en particulier le plomb, produit par les véhicules automobiles et très dangereux pour l'homme),
- il apporte une certaine humidité atmosphérique en rejetant de la vapeur d'eau lors de sa transpiration,
- il amortit le bruit de la vie urbaine et peut assumer une fonction d'écran anti-bruit. En bref, un vrai travail de titan... qu'il accomplit dans des conditions de sol et d'atmosphère peu favorables.
L'arbre souffre d'atteintes :
- aux racines, lors des travaux mécaniques conduits au niveau du sol ou du sous-sol (vibrations des marteaux-piqueurs, tranchées...) et par compactage, tassement, bitumage ou piétinement,
-  au tronc, lorsqu'il est heurté par les véhicules ou utilisé comme support,
- aux branches, lors de tailles répétées ou abusives,
- au feuillage, par l'agression constante des polluants atmosphériques et par l'éclairage.
Les manques d'eau, d'éléments nutritifs et d'air affaiblissent l'arbre qui devient moins résistant à ces divers traumatismes.
Des mesures de prévention contre les agressions sont possibles : entourage protecteur du jeune arbre, aération au pied de l'arbre... Des soins sont également préconisés dans certaines villes, comme à Besançon où est pratiquée la technique de la chirurgie arboricole : pour guérir une plaie, par exemple, celle-ci est tout d'abord curetée afin d'éviter que l'arbre ne pourrisse, puis elle est recouverte d'un produit non rétractable. Cette «écorce artificielle» joue alors un rôle de protection vis-à-vis de l'extérieur. De nombreux arbres bisontins ont été soignés par cette méthode. Vous pouvez les rencontrer le long du quai Vieil-Picard, au parc Micaud ou à la promenade Chamars, par exemple. Le service des Espaces verts, sportifs et forestiers de la Ville, a édité une plaquette «L'Avenir des arbres de Besançon», disponible à la mairie, rue Mégevand, ou à l'Apieu, porte Rivotte.



Les droits de l'arbre en ville
Un arbre peut être protégé :
- au titre de la loi de 1930 sur les monuments naturels et les sites, il est alors, soit inscrit à l'inventaire des monuments naturels et des sites (les travaux sont soumis à l'architecte des Bâtiments de France), soit classé (les travaux sont soumis à autorisation ministérielle).
- au titre de la loi Malraux du 4 août 1962 : cette loi permet la création de secteurs sauvegardés avec l'établissement d'un plan de sauvegarde et de mise en valeur.
- au titre de la loi du 7 janvier 1983 sur les ZPPAU : la zone de protection du patrimoine archi-tectural et urbain est un autre sys-tème de protection du patrimoine historique et esthétique : les travaux sont alors soumis à autorisation du maire ou du préfet.



Contacts
Si vous estimez qu'un arbre mérite une protection particulière, prenez contact avec la Drae ou le SDA :
Délégation régionale à l'Architecture et à l'Environnement 5, rue Sarrail - 25000 Besançon (Tél. 81.61.53.33)
Service départemental de l'Architecture 5, rue Sarrail - 25000 Besançon (Tél. 81.61.53.36).

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Déchets : action ou vérité ?


octobre 2021
En savoir plus sur les déchets, leur réduction, leur recyclage en s'amusant ? 7 structures spécialisées ont proposé à 9 personnalités de la région (Laurence Semonin, Vincent Defrasne, Xavier Thévenard, Mystical Faya...) de mettre en avant certaines pratiques par l'intermédiaire du jeu action ou vérité, prétexte à rencontrer une vingtaine d'acteurs locaux et découvrir des astuces dans ce domaine. A voir sur actionouverite-bfc.fr

Le Muséum de Besançon rejoint #UnispourlaBiodiversité


avril 2021
Le Muséum de Besançon vient de rejoindre la coalition mondiale #UnispourlaBiodiversité, initiative de la commission européenne. Cette coalition rassemble tous les jardins botaniques, musées de science et de sciences naturelles, zoos, aquariums et parcs naturels qui veulent joindre leurs forces pour informer, sensibiliser et appeler chacun à agir pour la biodiversité. Interpeller les "leaders mondiaux" sur le sujet fait également partie de ses objectifs. En savoir plus 

Devenir POTE


mars 2021
Les Pionniers ordinaires de la transition écologique sont des citoyens engagés qui veulent faire accélérer la transition. Ils sont environ 500 dans la région et pour être candidat, il suffit d'aller voir là.

Inventaire des plantes printanières


février 2021
Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté propose cette mission à tous les amoureux de la nature : recenser les espèces printanières, y compris les plus communes. Cet inventaire doit permettre d'améliorer la connaissance de leur répartition et de suivre l'évolution de la biodiversité régionale tout en observant si une fleur est menacée ou non. Un tel travail est conséquent aussi le Conservatoire sollicite-t-il la participation des volontaires, invités à faire part de leurs observations au gré de leurs promenades. Un formulaire de saisie simple d'utilisation est à disposition sur le site du CBNFC.

Défi rien de neuf


novembre 2019
Si on utilisait en priorité les objets déjà en circulation plutôt que d’acheter du neuf ? Un défi lancé parce que derrière chaque objet neuf se cache une montagne de ressources naturelles invisibles pour l'utilisateur final. L’idée est de se poser la question avant tout achat : “puis-je faire autrement ?” Pour aider les volontaires sur cette question, le site riendeneuf.org propose des alternatives et des conseils, un forum d’échanges de pratiques. Chacun peut suivre ses résultats en kilos de ressources naturelles préservées. Objectif 2019 : atteindre 100 000 participants.
Voir tout