mai 2015

Connaissance, conservation, information au sujet des insectes

Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté a intégré depuis 4 ans une fonction d’observatoire régional des invertébrés par un rapprochement avec l’Opie. Frédéric Mora, entomologiste de la structure, détaille cette mission.
Photo Laurent Cheviet / DR
Connaissance, conservation, information au sujet des insectes Connaissance, conservation, information au sujet des insectes Connaissance, conservation, information au sujet des insectes

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
"Nous avons d’abord un rôle de connaissance des invertébrés, pour laquelle nous mettons notamment en place de prospections de terrain, sur des secteurs pas trop connus, en multipliant les types d’habitats. A partir de là, nous déterminons si une espèce et très répandu ou non, si elle est menacée, si elle nécessite un plan de conservation. Nous travaillons essentiellement sur les criquets, les sauterelles, les libellules, les papillons et les mollusques. Ce travail s'effectue avec un réseau de bénévoles. 60 % des données viennent d’eux, ils ont un rôle unique.

Qui sont-ils ?
En général des entomologistes amateurs, qui ont de bonnes connaissances. Mais tout le monde peut apporter sa pierre, notamment sur les espèces faciles. Il y a des papillons qui peuvent être déterminés très facilement pas le grand public. Par exemple l’aurore, papillon blanc à bouts d’ailes oranges. Quand on s’intéresse à ce domaine, il faut progresser tranquillement. Cependant, les gens intéressés ne doivent pas hésiter à nous aider. Même la connaissance d’une espèce classique a son intérêt. Au début des années 2000, il y avait surtout des collectionneurs, mais dans les collections, on trouve plus d’espèces rares que communes. Petit à petit nous faisons émerger un réseau d’observateurs qui n’hésitent pas à noter  des espèces communes. Le grand public a son rôle à jouer à ce niveau. 
Les personnes intéressées peuvent d’ailleurs se rendre sur le site cbnfc.org où l'on trouve des enquêtes et des listes de discussion animées par l’office pour les insectes et leur environnement. Nous mettons en place des formations à l’utilisation de l’outil.
A partir de ces données, nous dressons une liste des espèces prioritaires. C’est notre rôle de conservation. On essaie de savoir comment une espèce est présente, quelle est son évolution, pour quelles raisons elle est menacée.

Quelles peuvent-elles être ?
Souvent, ce sont des facteurs cumulés. Fragmentation d’habitat, réchauffement climatique, abandon de certaines pratiques humaines. L’homme fait partie du système et lorsqu’il intensifie ou abandonne une activité, il modifie l’environnement des insectes. Beaucoup de milieux n’existeraient pas si l’homme n’était pas présent. Cela dit, ce qui est vraiment néfaste, c’est l’intensification de l’activité.

Comment agissez-vous ?
Une fois qu’on a évalué, on priorise les actions. Prenons l’exemple du papillon mélibée qui était dans le quart nord-est jusqu’aux années 70. Actuellement, il n’est présent que dans le Doubs et le Jura, dans des milieux naturels très particuliers, prés à litière ou clairières forestières, sur de petites parcelles. Comme les forêts claires ont cédé la place à des milieux plus fermés, il a disparu. Les derniers sont en Franche-Comté, donc nous avons une responsabilité. En 2003, on a commencé à caractériser sa répartition. C’est un papillon très sélectif sur une gamme de milieux très homogènes, très sédentaire. Nous avons entamé une phase d’information auprès des propriétaires des zones concernées. Nous leur donnons des conseils, passons des conventions, il arrive que nous leur proposions de vendre le terrain concerné. Ensuite nous passons le relais à des gestionnaires comme le conservatoire des espaces naturels, les opérateurs Natura 2000, les communes, les conseils généraux, l’ONF…

Les propriétaires privés ont-ils des obligations vis-à-vis des espèces protégées ?
Oui, il y a une législation. Ils n’ont par exemple pas le droit de modifier l’habitat. Dans la majorité des cas, ça se passe bien. Nous sommes plus dans l’explication et la sensibilisation que la contrainte. Nous avons des documents de sensibilisation et d’accompagnement que nous pouvons donner aux agriculteurs, par exemple. Un autre papillon, le cuivré des marais, ne se développe que sur des parcelles de 5 m de part et d’autre de ruisselets. Nous recommandons donc aux agriculteurs de laisser un peu d’herbe non fauchée à proximité.
Finalement, le processus de conservation est une chaîne qui passe par les bénévoles, le conservatoire botanique, les gestionnaires, les propriétaires. D’où l’importance de l’observation de la part des bénévoles.

Intervenez-vous auprès du public ?
Nous avons un rôle d’information et de diffusion, par notre site, par de la production de documents, par la présence de stands lors de manifestations diverses ou parfois sur le terrain où nous pouvons être associés à des initiatives pédagogiques. Nous menons des formations auprès des entomologistes voire du grand public. Pour les insectes, nous avons l’appui de l’Office pour les insectes et leur environnement, association avec qui nous travaillons et mutualisons les actions depuis 4 ans".

Recueilli par Stéphane Paris
CBNFC
Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté œuvre en termes de connaissance, de conservation, d’expertise, de communication et de sensibilisation autour de la flore et - depuis 4 ans - de l’entomofaune régionales (par un rapprochement avec l’office pour les insectes et leur environnement).
CBNFC, maison de l’environnement de Franche-Comté
7 rue Voirin
25000 Besançon
0381830358
cbnfc.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Podcast "Au rythme du Haut-Jura"


mai 2024
Le Parc naturel régional du Haut-Jura lance son podcast « Au rythme du Haut-Jura ». Il propose un décryptage sonore de son territoire et ses richesses naturelles et humaines sur lesquels pèse le spectre des changements globaux tel que le réchauffement climatique. Au fil des rencontres ce podcasts analyse ces patrimoines remarquables, explique leurs enjeux et présente quelques actions mises en place pour les préserver. Pour cette première année, le Parc propose deux séries aux formats distincts : « La forêt » et « Curiosités ».  Elles sont diffusées alternativement selon un rythme d’un épisode par mois. Ce podcast est accessible sur toutes les plateformes d’écoute classiques.

Association écologique et forestière franc-comtoise


mai 2024
Cette association basée à Grandfontaine, à côté de Besançon, a pour but de préserver l’écologie et les forêts à travers des actions de sensibilisation telles que clean walks, buvettes écologiques, plantations d’arbres comme les Petits Fruitiers pour l’avenir installés en novembre 2022. aeeffc.org

Microforêts


mai 2024
Les projets locaux en faveur de la forêt sont multiples. On peut citer les microforêts urbaines de la Ville de Dijon. La première a été créée autour du stade d’Epirey dans le quartier des Grésilles. Inspirée du modèle de reforestation du botaniste japonais Miyawaki, elle comprend 9000 arbres ou arbustes plantés en 2021 pour créer 4000 m2 de forêt dense. C’est également en Côte d’Or, sur les communes de Pasques et d’Ouges, qu’ont vu le jour les deux premières créations forestières bio diverses sur l’idée que bâtir une forêt est possible (ouvrage de référence disponible sur forestiersdumonde.org). Citons également la plantation pédagogique de la plus petite forêt communale de France, réalisée par des élèves de primaire à Saint-Jean-de-Losne à proximité du City stade. Sur le principe de « pyramide végétale », elle servira de laboratoire et d’observatoire de l’évolution des essences.

Climat et forêt


avril 2024
Le renouvellement des forêts est précieux pour la capture du CO2. Or l’Ademe Bourgogne-Franche-Comté signale que la capacité de stockage de carbone des forêts est passée de 9,7 millions de tonnes stockés annuellement en 2011 à 0,4 million de tonnes en 2021 ! La direction régionale accompagne les initiatives de renouvellement des massifs forestiers pour restaurer cette fonction de puits de carbone. bourgogne-franche-comte.ademe.fr

Inventaire forestier


avril 2024
Connaître la forêt française ? L’IGN propose chaque année un inventaire forestier national chiffré à découvrir sur ign.fr
Voir tout