septembre 2016

Insectes prometteurs d’avenir

On en parle de plus en plus comme solution nutritionnelle et ils ont d’autres atouts. Luc Herrmann est l’un des premiers français à créer une entreprise d’élevage, basée à Rioz.
Photo Laurent Cheviet
Insectes prometteurs d’avenir

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parler d’avenir lorsqu’on évoque la nourriture à base d’insectes n’est pas tout à fait exact. «C’est une habitude traditionnelle partout dans le monde sauf dans le mode de vie occidental. Mais à une époque, c’était aussi le cas en Europe». Luc Herrmann s’intéresse de près au sujet depuis une dizaine d’années. Il est sur le point d’inaugurer Agri bug’z à Rioz, accueilli par l’hôtel d’entreprises de la communauté de communes. «Il s’agit d’élever et reproduire des insectes de manière autonome et intelligente». Son entreprise est dédiée à l’élevage du ténébrion meunier, un coléoptère commun.
Un exemple rare en France. Parmi les raisons, une législation qui tarde à adopter les normes nécessaires. «Pour l’instant, et au moins jusqu’à début 2017, le fait de manger des insectes n’est pas légiféré en Europe. On se trouve dans un domaine flou, ni légal, ni illégal, avec une tolérance dans certains pays». La nourriture pour humains est la plus spectaculaire des perspectives liées à l’élevage d’insectes. Les solutions qu’elle apporte sont de plus en plus évoquées : nourriture abondante, riche, de qualité et moins polluante que la production de viande animale, élevage qui demande moins d’espace, meilleur rendement. «C’est même plus digeste que la viande traditionnel et le goût est bon signale Luc Herrmann. Quant à l’effet répulsif, il peut être contourné par la fabrication de farines, de galettes, de nuggets ou par l’insertion dans des préparations culinaires».

 
 Recyclage
   des déchets 


Si Luc Herrmann est prêt à lancer Agri bug'z, ce n’est pour l’instant pas dans le domaine de la nourriture humaine - en attendant l’évolution de la législation : il va commencer par produire pour la consommation animale, pour les éleveurs, les zoos ou encore les propriétaires de nouveaux animaux de compagnie. Il a fait d’une passion («toute ma passion pour l’observation des insectes découle de la pêche  à la mouche que je pratiquais tout petit») une reconversion professionnelle, passant par un bac pro gestion des installations agricoles, un hébergement à l’incubateur d’entreprises de Besançon entre juin 2014 et juin 2016, un tour d’Europe à la rencontre de spécialistes, des stages à la Citadelle de Besançon . Il a obtenu un certificat de capacité à l’élevage d’animaux non domestiques pour le ténébrion meunier mais aussi le criquet migrateur, le ver géant et le grillon domestique, quatre insectes aux intérêts nutritifs avérés. «Je préfère les insectes locaux pour éviter de polluer la biodiversité». Pour évaluer les perspectives de développement, il suit de près les pratiques, les évolutions technologiques et législatives.
Mais tout est à inventer. Son mode d’élevage, Luc Herrmann l’a conçu en s’installant dans un hangar et en utilisant des containers hermétiques de la marine. Il a déposé 2 brevets, dont un système de tri des insectes logique mais auquel personne n’avait semble-t-il pensé (secret de production). L’autre est un système qui permet à chacun de constituer sa propre ferme d’élevage. Mais l'insecte-nourriture n'est peut-être pas la perspective la plus révolutionnaire. Comme d'autres, Luc Herrmann s’est aussi lancé dans la recherche : une collaboration avec le labo chronoenvironnement de l’Université au sujet de la valorisation des déchets par les insectes. «Certains insectes auraient des propriétés étonnantes comme celle de consommer le plastique…»

 
 Une filière
   à créer


En tenant compte du respect des normes, le nombre d’éleveurs en France serait de moins d’une dizaine. «Il existe une demande croissante pour laquelle il reste à organiser une filière en France. D’autres pays comme la Hollande sont plus avancés». La nouveauté rend les gens «frileux, y compris les agriculteurs» estime-t-il. «Il nous faut communiquer,  montrer que l’on est sérieux et que l’on construit une filière propre».
Pour cette raison, il prend son temps et commence son élevage avec un seul type d’insecte, estimant pouvoir atteindre une production de 40 tonnes d’ici 5 ans. Du côté des institutions, la conviction semble plus avancée. Outre l’aide à l’installation de jeune agriculteur, Agri bug’z a reçu des appuis des collectivités. Indice significatif : «je n’ai pas eu à prospecter du côté des banques. Ce sont elles qui m’appelaient avec des offres avantageuses».

Stéphane Paris



En savoir plus
Agri bug’z
2 rue Alfred Nobel
zone Technova
70190 Rioz
0630920899
biobugz.fr

ffpidi.org

Législation
En France, la consommation d’insectes est pour l’instant illégale. Début 2015, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a émis un rapport soulignant le manque d’études scientifiques concernant les risques sanitaires liés à leur élevage, leur transformation et leur consommation. Risques évoqués : les allergies, les substances toxiques fabriquées par certains insectes (venin) ou emmagasinées dans les organismes (pesticides, métaux lourds…), leurs parasites. Cependant, 2,5 milliards d’humains se nourrissent régulièrement d’insectes. Environ 1500 espèces sont directement consommables par l’homme.



Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Et si on dessinait une Europe verte ?


janvier 2023
En partenariat avec Eurodesk, le CIDJ lance la seconde édition de concours de bandes dessinées « Je dessine mon Europe verte », un projet participatif qui a pour objectif de sensibiliser et faire dialoguer les jeunes autour des enjeux citoyens et environnementaux. Ce concours leur donne l’occasion de laisser libre cours à leur créativité et à leur engagement en réalisant 2 planches de BD pour bâtir une Europe verte. Format : histoire courte de deux planches format A4. Les créations représentant un seul dessin ne sont pas admises. Seules les bandes dessinées rédigées en langue française sont acceptées. Thèmes possibles : pollution atmosphérique, énergies renouvelables, l’agriculture ou l’alimentation, l’environnement et la santé, pêche, transports, tourisme, eau, tri et recyclage, économie circulaire. Lots : 1 week-end pour 2 personnes vers une destination au choix : Bruxelles, Anvers, Cologne, Amsterdam. Participation réservée aux 15 à 25 ans, avec accord parental pour les mineurs, avant le 19 mai 2023. Règlement.

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.
Voir tout