juillet 2022

Le Département du Doubs, chef d’orchestre d’espaces naturels sensibles

Pour préserver les milieux naturels remarquables, le Département développe un réseau d’ENS. 31 sont actifs, dont celui du Bizot, près de Maîche.
Le Département du Doubs,  chef d’orchestre d’espaces  naturels sensibles Le Département du Doubs,  chef d’orchestre d’espaces  naturels sensibles

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En 2013, les prairies humides et la tourbière des Guillemins sur les communes du Bizot et du Mémont, étaient devenues un espace naturel déséquibré et menacé. Les trop importants prélèvements de tourbe et le drainage de la zone avaient modifié l’écosystème et son régime hydrologique. L’eau n’était plus retenue et participait aux épisodes de surinondation, partant directement dans les dolines avoisinantes puis dans le Dessoubre, la rivière proche, sans avoir le temps d’être filtrée. Au passage, elle traversait les déchets entassés dans les dolines, emmenant directement les divers polluants dans la rivière.
« En plus le drainage n’a pas vraiment fonctionné car la zone est trop humide » indique Bérénice Ibled, chargée de mission du Département du Doubs pour les Espaces naturels sensibles. Depuis 2013, le Département a entrepris de restaurer les tourbières avec l’appui du Conservatoire des espaces naturels qui a rédigé le plan de gestion et apporté son soutien scientifique. En 2020, « on a réhabilité la tourbière pour permettre la rétention des eaux et ça a tout de suite eu des effets. En 2021, on a nettoyé les dolines et retiré 250 tonnes de déchets ! » Des palissades ont été installées dans le sol afin de retenir l’eau et relancer la création de tourbe. 
Les pâturages adjacents ont été confiés à deux jeunes agriculteurs pour éviter l’enfrichement et garder l’ouverture paysagère. Ils ont signé un bail rural à clause environnementale (interdiction de retourner les sols, fauche tardive, pâturage extensif de juillet à octobre). Une concertation avec les propriétaires forestiers a permis de limiter l’impact de l’exploitation des boisements.

Eviter, réduire, compenser

Ce site du Bizot, considéré comme zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique s’inscrit dans le schéma départemental des espaces naturels sensibles du Doubs. « Il y en avait 56 au départ du schéma défini en 2007 précise Bérénice Ibled. Aujourd’hui, 31 sont actifs, c’est-à-dire dotés d’un plan de gestion car après l’état des lieux initial, il faut pouvoir intervenir. Au Bizot, le Département a pu acquérir des terrains en 2013, mais cela ne suffit pas car le plan d’action ne peut se faire qu’en concertation avec les élus et les acteurs locaux. L’objectif étant le long terme, il ne peut que passer par une appropriation locale de la démarche  ».
Sur les sites où ils interviennent, le Département du Doubs et ses partenaires sensibilisent les propriétaires privés et la population. « A Bremondans, il y a un papillon protégé. Les habitants ont pris l’habitude d’en parler aux visiteurs » cite Bérénice Ibled en exemple. Dans certains espaces, le Département aménage des sentiers pour minimiser l’impact des promeneurs. « La sensibilisation est fondamentale, mais c’est un travail de patience » estime Bérénice Ibled.
En matière d’espace naturel sensible, chaque Département définit sa politique. L’objectif est la conservation de la biodiversité, avec une obligation d’ouverture au public, de manière variable en fonction de la zone.
« Lorsqu’on définit un ENS, on réalise un état écologique du site et on regarde comment il se positionne sur les plans socio-économique et socio-culturel puis on définit un plan d’action pour la préservation des milieux naturels en relation avec l’activité humaine ». Le Dépar-tement dispose de deux outils pour cette mission, une taxe d’aménagement sur les constructions et extensions de bâtiment et un droit de préemption, très peu utilisé dans le Doubs.
«  En terme de sites naturels, il est toujours plus facile de détruire que de réhabiliter. Mais nous sommes là pour trouver des solutions, pas pour juger, car tout le monde a participé à l’état actuel. » Pour cette raison, le principe préconisé par l’Etat est désormais éviter, réduire, compenser : éviter au possible les atteintes à l'environnement, réduire celles qui n'ont pu être évitées et compenser les effets qui n'ont pu être ni évités, ni suffisamment réduits.

S.P.
En photo
1 - ENS du Bizot (photo CD25)

2 - Création des palissades (photo CD 25)

3 - Bérénice Ibled (photo Laurent Cheviet)

En savoir +
doubs.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.

L’Agence régionale de la biodiversité


juillet 2022
La mission de cette agence créée en 2019 tient en 3 mots : reconquérir la biodiversité. Moyens : coordonner les initiatives, en générer de nouvelles, les généraliser, partager les connaissances et les bonnes pratiques. Etablissement public cofondé par l’Office français de la biodiversité et la Région, l’Agence mobilise tous azimuts : en direction des collectivités, des citoyens, des scientifiques, des associations, des acteurs de l’éducation et des agents économiques, orientant son travail sur le thème innovant de « biodiversité et entreprises ». Agir avec le monde économique est d’ailleurs l’une de ses 5 missions principales avec la mise en réseau des acteurs, l’organisation et la valorisation des connaissances, la cohérence des politiques publiques et l’effort pour susciter l’adhésion de tous. Financée par l’Office français de la biodiversité, la Région et le Département de la Nièvre, l’ARB de Bourgogne-Franche-Comté est l’une des 8 déjà à l’œuvre avec celles de Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Ile de France, Guadeloupe, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Normandie, Nouvelle Aquitaine et Occitanie.
arb-bfc.fr
Voir tout