mai 2013

Nos jardins à la loupe

Les espèces animales rares ou en voie de disparition attirent naturellement l'attention. Mais avez-vous déjà pensé à observer les espèces communes qui vivent dans votre jardin ?
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Lancée par les quatre CPIE (Centres permanents d'initiative pour l'environnement) de Franche-Comté et soutenue par la Région, l'animation « Nos jardins à la loupe » a pour but de sensibiliser petits et grands à la biodiversité. Si les espèces protégées font l'objet de toutes les attentions et d'observations régulières, ce n'est pas le cas des espèces communes, ce qu'on appelle la « nature ordinaire ». Pourtant, elle est sous nos yeux et mérite qu'on s'y attarde car elle joue un rôle important dans le fonctionnement des écosystèmes. «Même dans son jardin, il y a des informations très importantes» explique Laurianne Schoff, chargée de mission au CPIE du Haut-Jura.
Pas besoin d'être spécialiste ou connaisseur pour participer il suffit d'ouvrir l’œil ! Après s'être  inscrit sur le site nos-jardins-a-la-loupe.fr, chacun peut commencer ses propres observations. Oiseaux, papillons, escargots, insectes pollinisateurs… Il s'agit de reconnaître les espèces, préciser où on les observe, les compter ou les prendre en photos. Les observations dépendent du temps que chacun peut y consacrer sans contraintes définies. Quelques minutes peuvent suffire. « C'est très facile, tout le monde peut réaliser des observations. Les CPIE sont aussi là pour accompagner les participants, il ne faut pas hésiter à nous appeler» assure Laurianne Schoff. Des outils pratiques, par exemple pour aider à reconnaître les espèces, sont également disponibles sur le site.
Mise en place pour deux ans minimum, cette animation s'inscrit dans le programme de science participative du réseau national Vigienature porté par la Muséum national d'histoire naturelle. «Tous les résultats sont traités au niveau national et seront mis en ligne une fois par an». Et plus le nombre d'observations sera grand, plus les résultats seront exploitables et fiables. Ils permettront aux scientifiques d'obtenir des réponses aux questions essentielles sur la biodiversité et d'apporter des solutions pour mieux organiser sa préservation.
Pour compléter cette mission de sensibilisation du grand public, divers événements sont organisés dans toute la région. Fête des jardins le 15 juin à Saint Lupicin (Jura), fête de la nature à Brussey (Haute-Saône) le 13 octobre, ateliers, visites de jardins... demandez le programme au CPIE de votre département !


Katia Mairey



Les CPIE en Franche-Comté
CPIE du Haut-Doubs, 8 rue Charles Le Téméraire, 25560 La Rivière-Drugeon, 03 81 49 82 99,

CPIE de la Bresse du Jura, maison de la nature, 39140 Arlay, 03 84 85 12 75

CPIE du Haut-Jura, 1 Grande rue, 39170 Saint-Lupicin, 03 84 42 85 96

Maison de la nature de Brussey – CPIE de la vallée de l’Ognon, 6 rue du Moulin, 70150 Brussey, 03 84 31 75 49

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Podcast "Au rythme du Haut-Jura"


mai 2024
Le Parc naturel régional du Haut-Jura lance son podcast « Au rythme du Haut-Jura ». Il propose un décryptage sonore de son territoire et ses richesses naturelles et humaines sur lesquels pèse le spectre des changements globaux tel que le réchauffement climatique. Au fil des rencontres ce podcasts analyse ces patrimoines remarquables, explique leurs enjeux et présente quelques actions mises en place pour les préserver. Pour cette première année, le Parc propose deux séries aux formats distincts : « La forêt » et « Curiosités ».  Elles sont diffusées alternativement selon un rythme d’un épisode par mois. Ce podcast est accessible sur toutes les plateformes d’écoute classiques.

Association écologique et forestière franc-comtoise


mai 2024
Cette association basée à Grandfontaine, à côté de Besançon, a pour but de préserver l’écologie et les forêts à travers des actions de sensibilisation telles que clean walks, buvettes écologiques, plantations d’arbres comme les Petits Fruitiers pour l’avenir installés en novembre 2022. aeeffc.org

Microforêts


mai 2024
Les projets locaux en faveur de la forêt sont multiples. On peut citer les microforêts urbaines de la Ville de Dijon. La première a été créée autour du stade d’Epirey dans le quartier des Grésilles. Inspirée du modèle de reforestation du botaniste japonais Miyawaki, elle comprend 9000 arbres ou arbustes plantés en 2021 pour créer 4000 m2 de forêt dense. C’est également en Côte d’Or, sur les communes de Pasques et d’Ouges, qu’ont vu le jour les deux premières créations forestières bio diverses sur l’idée que bâtir une forêt est possible (ouvrage de référence disponible sur forestiersdumonde.org). Citons également la plantation pédagogique de la plus petite forêt communale de France, réalisée par des élèves de primaire à Saint-Jean-de-Losne à proximité du City stade. Sur le principe de « pyramide végétale », elle servira de laboratoire et d’observatoire de l’évolution des essences.

Climat et forêt


avril 2024
Le renouvellement des forêts est précieux pour la capture du CO2. Or l’Ademe Bourgogne-Franche-Comté signale que la capacité de stockage de carbone des forêts est passée de 9,7 millions de tonnes stockés annuellement en 2011 à 0,4 million de tonnes en 2021 ! La direction régionale accompagne les initiatives de renouvellement des massifs forestiers pour restaurer cette fonction de puits de carbone. bourgogne-franche-comte.ademe.fr

Inventaire forestier


avril 2024
Connaître la forêt française ? L’IGN propose chaque année un inventaire forestier national chiffré à découvrir sur ign.fr
Voir tout