janvier 2022

De l’emploi en mode cuisine

Les écoles Cuisine mode d’emploi ont été créées par Thierry Marx en 2012 sur le constat que les métiers de la restauration étaient en tension. C’est toujours le cas. Des 9 écoles créées, deux sont dans la région.
Photo Laurent Cheviet
De l’emploi en mode cuisine De l’emploi en mode cuisine De l’emploi en mode cuisine

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Ce mardi matin, ils sont une dizaine à s’activer dans les locaux de Cuisine mode d’emploi à Besançon. L’un des groupes est venu de Dijon pour une journée de découverte des métiers de la restauration. Avec leur formatrice, Andréa, ils alternent séance en cours et application pratique à la Manufacture, le restaurant pédagogique de la structure. Découverte qui n’exclut pas sérieux et professionnalisme : les mardis et jeudis, la Manufacture accueille une clientèle réelle. A 16 euros le menu, le service se doit d’être aussi pro que la cuisine.
Le groupe est en « Prépa », une formation consolidante pour les publics les plus précarisés ou très peu qualifiés lancée grâce à l’appel à projets « 100 % inclusion ». La découverte du métier s’accompagne d’enseignements de base en français et maths, d’apprentissage de postures et savoir-être. Le groupe est appliqué et attentif. Pour eux, la « Prépa » est peut-être le préalable à l’intégration d’une formation de Cuisine mode d’emploi, concept créé par Thierry Marx il y a 9 ans et qui compte aujourd’hui 9 écoles, dont une à Dijon (en boulangerie) et une à Besançon (en cuisine et service). « Nous mettons en place des formations itinérantes pour lutter contre la problématique de la mobilité notamment au sein des petites communes et zone rurales isolées » ajoute Céline Quinquenel, responsable des écoles bisontine et dijonnaise. Quel que soit le module entre formation de 11 semaines, atelier d’immersion ou semaine de découverte, une seule méthode : faire pour apprendre. Pendant leur formation, les stagiaires réalisent des prestations en conditions réelles d’exercice.
Un peu plus loin, une équipe est aux casseroles et fourneaux sous les conseils avisés de Pascal Garnier, le formateur. Certains ont entamé le parcours de formation de 11 semaines. Parmi eux, Thaïs, Belfortaine de 18 ans, peaufine des mille-feuilles selon une recette traditionnelle. A côté, ses camarades de formation préparent salades de crevettes au gingembre et citron vert, feuilleté de chèvre chaud au pesto, potage de légumes, escalope de volaille milanaise sauce tomate, tarte à l’ananas. On est dans une cuisine en conditions professionnelles, avec 50 couverts à préparer. « Je crée les menus en fonction de la progression des apprenants et du référentiel de formation » explique Pascal Garnier, présent depuis 5 ans à Cuisine mode d’emploi. Arrivée le 7 octobre, Thaïs est en formation polyvalente cuisine et service. « Je suis venue car c’est une école réputée et je voulais une formation rapide avec un diplôme. Je voulais aussi voir la réalité du métier et pour l’instant, ça me plaît. On est un groupe de 5, il y a une très bonne ambiance, beaucoup d’entraide. Ensuite, j’envisage de travailler à droite à gauche et plus tard, éventuellement, de créer mon entreprise ».
A leurs côtés, d’autres sont en découverte des métiers de la restauration, une action proposée régulièrement par l’école pour passer une semaine en immersion. Simon, 22 ans, titulaire d’un BTS dans l’industrie, veut explorer d’autres perspectives. « Je reviens de la Journée de l’emploi et de la formation organisée au palais des sports. C’est là que j’ai connu cette possibilité. J’ai travaillé en intérim, mais je voulais voir autre chose que l’industrie. Pour l’instant, ça me plaît alors peut-être que je poursuivrai dans ce domaine ».

Un programme de CAP en 11 semaines

A chacun, Pascal Garnier donne ses conseils afin d’aboutir « à une assiette digne de ce nom ». « Le plus difficile à transmettre, c’est l’organisation. Le challenge, c’est qu’il faut le faire en peu de temps et en donnant les bases de la cuisine. On y arrive parce que les stagiaires ont « les mains dans e cambouis » en permanence ! La récurrence des tâches chaque jour leur donne des réflexes. J’adore ce métier et je suis venu à la formation pour transmettre ses valeurs : le travail en équipe, l’abnégation, le respect. C’est un métier valorisant, avec un enrichissement culturel, où l’on ne s’ennuie jamais. Il permet même de beaucoup voyager » Dans l’ensemble, Pascal Garnier est satisfait de ses stagiaires. « Comme ce sont des adultes, ils ont un certain pragmatisme. La principale qualité est de se sentir impliqué et d’avoir envie de faire plaisir aux convives ».
« Nos élèves passent 8 semaines à l’école et 3 en stage, avec le même programme que le CAP ! » souligne Céline Quinquenel. A la fin, ils ont un titre professionnel ou un CQP reconnus par le ministère du Travail. Et ensuite, ils ont une bonne chance de trouver un emploi car le secteur est actuellement plus qu’en tension. Dans cette situation, la polycompétence est un énorme atout ». A raison de 5 sessions annuelles, l’école forme environ 50 personnes en cuisine, autant en boulangerie et 20 en service. Pour être l’un d’eux, il faut avoir 18 ans et surtout un projet professionnel orienté vers la restauration. « Il faut que le projet soit un minimum travaillé ».

Stéphane Paris
En savoir +
Cuisine mode d'emploi, 4 J chemin de Palente à Besançon ; 22 boulevard Chanoine Kir à Dijon.
cuisinemodemplois.com

Dijon : spécialité boulangerie

Le métier de boulanger exige la maîtrise de la fermentation et de la cuisson des pains. Aujourd’hui, les boulangers proposent de plus en plus de produits comme les viennoiseries, les sandwichs… A Dijon, l’école de Cuisine mode d’emploi a été créée en 2018 dans le quartier Fontaine d’Ouche. Comme dans les autres écoles du groupe, elle est accompagné d’un potager pédagogique pour sensibiliser les stagiaires aux bienfaits de l’agriculture urbaine. L’école propose des sessions de 8 semaines en centre de formation qui incluent l’apprentissage des gestes et techniques de base, de fiches-recettes (boulangerie et pâtisserie boulangère), de la réglementation et des normes d’hygiène, de notions sur la gestion des coûts. Elles sont complétées de 3 semaines en entreprise. La formation boulangerie débouche sur un certificat professionnel permettant de travailler en qualité d’employé de boulangerie en boulangerie artisanale comme dans la grande distribution. Prérequis : motivation, cohérence du projet professionnel, maîtrise de la langue française et des 4 grandes opérations mathématiques de base.

Employé polycompétent de restauration
Proposée à l’école de Besançon, cette formation à la fois pratique et théorique de 10 semaines en centre de formation donne une polyvalence permettant de répondre plus facilement aux offres d’emploi. Elle passe par six modules d’enseignement transversaux : réception et stockage de marchandises, préparations culinaires et dressage, organisation et tenue de buffets chauds et froids, service en salle, tenue de caisse, remise en état des locaux et du matériel. S’y ajoutent, un module d’anglais professionnel, l’apprentissage des gestes techniques professionnels, de recettes du patrimoine culinaire tdes techniques du service en salle
Prochaines dates de formation, 10 mars au 27 juin 2022

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Chirurgien-dentiste


décembre 2021
Une faculté d’odontologie (chirurgie dentaire) ouvre à la rentrée 2022 en Bourgogne-Franche-Comté. Le gouvernement a annoncé la création de 8 nouvelles facultés dentaires, en plus des 16 existantes, dans les régions qui en sont actuellement dépourvues : Amiens, Besançon, Caen, Dijon, Grenoble, Poitiers, Rouen et Tours. Deux sites sont prévus en Bourgogne-Franche-Comté avec un département d’odontologie commun et partagé au sein des UFR sciences de santé de Besançon et de Dijon. La formation commune sera répartie sur les deux sites, et s’appuiera sur un maillage de lieux de stage permettant de couvrir au mieux l’ensemble de la région BFC. En savoir +

Le BIA


octobre 2021
Le brevet d’initiation aéronautique (BIA) est une proposition faite aux collégiens ou lycéens passionnés d’aviation : elle permet de suivre durant un an des cours de culture aéronautique pour décrocher un diplôme mais surtout, de rencontrer des professionnels et parfois, de vivre un premier vol en planeur. Ce premier niveau de sensibilisation à l’aéronautique permet aux jeunes de goûter au pilotage avant d’envisager la suite (brevet de base, light aircraft pilot licence, private pilot licence…) voire une carrière dans l’aéronautique. Certains établissements scolaires proposent de préparer et passer le BIA. Renseignements auprès des Ciras (ciras.ac-dijon.fr et cirasfc.wixsite.com). On peut aussi passer par un aéroclub : la liste des sites formateurs est sur enviedepiloter.fr. Plus d’infos sur ffvp.fr et ffa-aero.frA lire aussi, "initiation au vol".

Aéronautique au lycée


octobre 2021
Il existe des options dans certaines secondes. Par exmple, le lycée Xavier Marmier à Pontarlier dispose d’une classe de seconde à projet aérospatiale. Elle permet aux élèves passionnés par ce domaine de profiter d’enseignements complémentaires centrés sur la technologie aérienne, l’histoire de l’aviation et de la conquête spatiale, les principes physiques correspondants et sur l’étude de textes littéraires. Les élèves qui le souhaitent peuvent préparer le brevet d’initiation aéronautique (BIA). Au Creusot, le lycée Léon Blum propose une seconde générale de culture scientifique et technologique avec une coloration aéronautique et espace.

Escadrilles Air-jeunesse


octobre 2021
Les EAJ ont pour ambition de développer des liens avec la jeunesse à travers l’aéronautique, les valeurs de l’aviateur, l’histoire de l’armée de l’Air et de l’Espace et ses traditions. La première escadrille a vu le jour en 2019. Aujourd’hui, l’armée de l’Air et de l’Espace accueille près de 400 jeunes sur 9 sitesdont Luxeuil et Dijon. Ces escadrilles rassemblent des jeunes de 12 à 25 ans pour leur permettre de découvrir et s’impliquer dans l’univers de l’aéronautique et du spatial. A Luxeuil, le partenariat entre la base aérienne et le lycée Lumière (qui envisage la création d’un BTS aéronautique en 2024) programme activités de modélisme, pilotage de drone, simulation de vol, vols en avion de tourisme avec l’aéroclub de Vesoul...Au programme de Dijon : découverte de l’aéronautique, de son environnement sportif, culturel, patrimonial, et des métiers de l’armée de l’Air. Des vols en avion de tourisme sont organisés en partenariat avec l’aéroclub de Darois. fondation-ailesdefrance.fr

Étudiants en situation de handicap


octobre 2021
Dans le but de simplifier les démarches administratives, un élève en situation de handicap peut bénéficier d'aménagements pour l'examen du bac. Dans ce cas, cet aménagement peut également s’appliquer aux concours et au sein des cycles de formation de l’enseignement supérieur. A l'université, des dispositifs d’accueil handicap leur sont dédiés.
Les étudiants en situation de handicap ont possibilité demander le réexamen de leur candidature à l’entrée en master. Ainsi, si le titulaire d’une licence n’a pas de place à l’entrée en master, il peut saisir le recteur d’académie qui lui fait trois propositions d’admission en master. Si l’étudiant accepte une proposition, le recteur l’inscrit dans la formation concernée.
En 2021, le nombre de contrats doctoraux réservés aux étudiants en situation de handicap passe de 25 à 30.
Voir tout