octobre 2020

Dynamique rock à Mâcon

Depuis 1992, l’association Luciol fait vivre les musiques actuelles. Dans l’événementiel comme dans l’accompagnement, elle s’est adaptée aux évolutions du secteur.
Photo Laurent Cheviet
Dynamique rock à Mâcon

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Pas évident de rester positif à l’heure actuelle quand on est dans l’événementiel. Beaucoup de questions, peu de réponses. Mais du côté de la Cave à musique, lieu central du rock en Saône-et-Loire depuis 1992, on reste confiant. « C’est sûr que pour le moral ce n’est pas agréable, mais on reste soutenus et pour l’instant, on a les reins solides » indique Rémi Velotti, responsable Espace musiques amplifiées et action culturelle. Il faut dire que la Cave a pris une place importante dans la vie culturelle mâconnaise - plutôt dynamique pour une ville de cette taille, qui compte une scène nationale, un club de jazz réputé.
Née du rock, elle est aujourd’hui transdisciplinaire accueillant aussi bien des spectacles jeune public que du cinéma en partenariat avec l’association l’Embobiné. « Il y a toujours eu d’autres disciplines autour de la scène rock, à l’image de l’atelier de sérigraphie que nous proposons. On peut jouer le rôle d’incubateur associatif. On essaie d’être pluridisciplinaire à partir de notre base musicale ».
Car le cœur de métier de la Cave à musique, qui héberge également l’assoce de producteurs et tourneurs Youz, c’est le rock. Ou plutôt, désormais, les musiques actuelles. « Le lieu est né d’une volonté municipale de répondre à des sollicitations des jeunes. C’était l’époque des cafés concerts, d’une nouvelle politique jeunesse. L’association Luciol a répondu à un appel à projet. Aujourd’hui encore, c’est elle qui gère l’équipement mis à disposition par la Ville de Mâcon ».

Culture conviviale

D’abord lieu de concerts, il a rapidement répondu à un autre besoin, celui d’un local où répéter. Petit à petit, Luciol a récupéré et aménagé 4 caves côte à côte pour aboutir à la structure actuelle, un ensemble cohérent composé d’un espace d’accueil et d’expositions, d’une salle de spectacle (jauge 400 debout ou 133 assis), d’un espace musiques amplifiées (EMA) comprenant deux locaux de répétition équipés, un local « musiques assistées par ordinateur », un local résidence, un centre de ressources et un atelier création numérique. Ces espaces donnent sur une cour qui sert aussi à des animations tels que des apéros musicaux. « On y invite les voisins. On est issus d’une culture conviviale et humaine, c’est important et même fondamental pour nous ». Luciol tient à l’idée de rencontre. Les musiciens invités sont accueillis, mangent avec l’équipe. « Pouvoir échanger, discuter est sympa pour les bénévoles et pour les artistes. On a un retour positif de leur part sur l’accueil ».
Les 70 soirées annuelles – en temps normal – ne doivent pas masquer les heures de résidences, animations, formations, répétitions, prévention des risques auditifs qui font de la Cave à musique un lieu d’accompagnement, de conseils, de mise en réseau, d’émulation, d’abord dédié à la pédagogie et à la musique de loisir.

Evolution des pratiques et des styles

Bon an mal an, elle accueille 130 projets « On a répondu aux besoins à mesure qu’ils apparaissaient, par exemple en créant un studio pour aider les groupes à développer un projet ». La Cave a grandi avec l’évolution des pratiques. « Il y a un peu moins de groupes qu’il y a 10 ans. Comme partout en France, l’essor de l’informatique musicale a amoindri les pratiques collectives. Beaucoup font de la musique seuls chez eux et cherchent une visibilité sur le net. Les styles des jeunes aujourd’hui relèvent plus du rap et de l’electro qui sont moins en recherche de scène que le rock. Mais on a aussi des gens de 50 ans qui continuent à en faire. Nous sommes ouverts à toutes les esthétiques, Satisfaire les nouvelles générations et même les mélanger aux anciennes font partie de nos buts. Mais avant, les jeunes venaient à la Cave sans se poser la question de ce qui s’y passait. Aujourd’hui, j’ai l’impression que le public est plus volatile ».
A court terme, l’équipe de 11 personnes (auxquels ajouter une vingtaine d’intermittents et les bénévoles) se pose la question de redémarrer la programmation en s’adaptant à la nouvelle donne. A plus long terme : « le gros projet est d’agrandir la salle car on doit récupérer une cave. L’idée est de passer à 700 places pour accueillir une autre catégorie d’artistes. Mais en gardant l’identité construite depuis 28 ans ».

S.P.
En photo
Rémi Velotti et Cynthia Bossart, programmatrice

En savoir plus
La Cave à musique
119 rue Boullay
71000 Mâcon
03 85 21 96 69
luciol.cavazik.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Stage musical


décembre 2019
Avec « Idencité », le Caem propose à Besançon un atelier hebdomadaire et des stages pendant les vacances pour mettre sur pied un spectacle et se produire sur scène dans des conditions professionnelles. Pour cela, pas besoin d'être déjà musicien. La trentaine de participants est accompagnée par les professeurs du Caem et différents acteurs locaux des musiques actuelles : la Rodia, le Bastion, Radio Campus. Au programme de cette nouvelle édition : stages de création, promo radio, accompagnement à la scène, rencontres avec des artistes, concerts, résidence à la Rodia et enregistrement live ! Quand ? : les mardis 17 h-18 h 30 / stage vacances février + concert au centre Nelson Mandela : du 24 au 29 février / stage vacances avril + enregistrement au Bastion : du 20 au 24 avril / concert à la fête de Planoise : fin juin.Tarifs : 5 € pour l'année. Âge : entre 12 et 17 ans. Infos +

Tremplin Musiques de R.U.


décembre 2018
Ce tremplin musical tous styles est ouvert aux étudiants. Organisé par les Crous, il a pour but de faire découvrir de jeunes artistes des scènes bourguignonne et franc-comtoise.Trois artistes joueront à La Poudrière de Belfort le 14 février pour la finale régionale coorganisé par le Crous Bourgogne Franche-Comté et la licence pro marketing et communication des organisations du spectacle, de l'événementiel et des loisirs (Mosel) de l’IUT de Belfort-Montbéliard. Les candidats, groupes composés d'au minimum 50 % d'étudiants, doivent envoyer entre 3 et 6 compositions originales avec leur dossier d'inscription (à demander ici). Le groupe lauréat gagnera des heures de répétition au Moloco, des passages à l’Antonnoirr et à la Vapeur. Il représentera également la Bourgogne Franche-Comté lors de la finale nationale à Bordeaux. Le gagnant national remportera 2000 € et des dates de concerts.

Radio Campus et musique


janvier 2018
Si vous cherchez le Top campus, classement mensuel des artistes les plus diffusés sur les radios Campus en France, c'est ici.

Catfish


mars 2016
Catfish, duo jurassien rock, s'active pour sortir son deuxième album "Dohyō" en octobre prochain. Pour le successeur de l'excellent "Muddy shivers", le groupe a opté pour une campagne de financement participatif via la plateforme Ulule. Contributions possibles à partir de 5 euros sur ulule.com/catfishofficiel

La grosse radio


janvier 2016
Une radio web à écouter en permanence qui en regroupe en réalité 3, puisque le site propose une radio rock, une metal et une reggae. Archivées, les émissions et les enregistrements live acoustique peuvent être réécoutées. Il est également possible de faire une recherche par artiste et de voter pour eux. Les musiciens peuvent également proposer leurs oeuvres. Enfin des jeux et des forums viennent agrémenter le site. Rendez-vous sur lagrosseradio.com
Voir tout